Elizabeth Wettlaufer, âgée de 49 ans, de Woodstock en Ontario, a été accusée mardi de huit chefs de meurtre prémédité relativement à la mort de résidants de deux foyers pour personnes âgées, à Woodstock et à London, entre 2007 et 2014.

Elizabeth Wettlaufer, âgée de 49 ans, de Woodstock en Ontario, a été accusée mardi de huit chefs de meurtre prémédité relativement à la mort de résidants de deux foyers pour personnes âgées, à Woodstock et à London, entre 2007 et 2014.
Photo Credit: Facebook

L’infirmière souriante accusée de meurtre en série – Portrait du diable derrière un « ange gardien »

Share
Elizabeth Tracey Mae Wettlaufer a comparu mardi matin et elle demeure en détention.Photo: Citynews Toronto / La Presse canadienne
Elizabeth Tracey Mae Wettlaufer a comparu mardi matin et elle demeure en détention.Photo: Citynews Toronto / La Presse canadienne

L’infirmière accusée de s’être transformée en « ange gardien » serait passé aux aveux le mois dernier, près de quatre semaines avant son arrestation, alors qu’elle se faisait soigner au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto, selon une source proche de l’enquête policière

Cette source policière proche de l’enquête a indiqué mercredi que les autorités du Centre de toxicomanie avaient alors prévenu la police qu’Elizabeth Wettlaufer avait tenu des propos « inquiétants ».

Puisque les crimes allégués n’ont pas été commis à Toronto, les policiers de la métropole canadienne ont transmis l’information à trois autres corps policiers, dont la Police provinciale de l’Ontario, a indiqué la source.

Les présumées victimes
James Silcox, 84 ans, qui est décédé le 17 août 2007.
Maurice Granat, 84 ans, qui est décédé le 23 décembre 2007.
Gladys Millard, 87 ans, qui est morte le 14 octobre 2011.
Helen Matheson, 95 ans, qui est morte le 27 octobre 2011.
Mary Zurawinski, 96 ans, qui est décédé le 7 novembre 2011.
Helen Young, 90 ans, qui est décédée le 14 juillet 2013.
Maureen Pickering, 79 ans, qui est décédée le 28 mars 2014.
Arpad Horvath, 75 ans, qui est décédé le 31 août 2014.

Choc, consternation et beaucoup de questions 

Derek Gilbert habitait dans le même immeuble qu’Elizabeth Wettlaufer.
Derek Gilbert habite dans l’immeuble d’Elizabeth Wettlaufer. © CBC

Les résidents de Woodstock, en Ontario, qui connaissaient l’accusée se disent tous consternés par les accusations de meurtre prémédité.

Dans cette petite communauté d’environ 37 000 habitants à 140 kilomètres au sud-ouest de Toronto on se demande comment l’infirmière a bien pu commettre les crimes dont elle accusée.

D’autres se demandent pourquoi elle aurait agi de la sorte et quels démons peuvent pourchasser une personne d’apparence si normale et sympathique.

D’autres veulent savoir ce qui pousse des travailleurs de la santé à commettre ce genre de meurtres.

Écoutez

Écoutez ou regardez notre reportage  – Durée : 7:34

Comment prévenir l’action des « anges gardiens »

La première ministre Kathleen Wynne
La première ministre Kathleen Wynne © CBC

La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a indiqué mercredi qu’une révision des mécanismes de contrôle des foyers pour personnes âgées pourrait être « éventuellement » exigée. Elle a par contre suggéré d’attendre la fin de l’enquête policière.

Le ministre de la Santé, Eric Hoskins, a de son côté soutenu que les mécanismes de contrôle pour les centres de soins de longue durée en Ontario sont parmi les plus sévères dans le monde.

Chaque centre est tenu de signaler les décès de résidents au coroner, mais ce dernier ne mène une enquête que lors de morts suspectes ou subites — violence, négligence, inconduite. Les cas de morts subites doivent obligatoirement être signalés au ministère de la Santé, qui décide ensuite si une enquête doit être menée.

Chronologie des événements
Les policiers enquêtaient depuis un mois
29 septembre 2016 : la police de Toronto reçoit, selon CBC, un appel du centre de toxicomanie ou l’on affirme qu’Elizabeth Wettlaufer a confessé ses crimes à du personnel de l’établissement.
30 septembre 2016 : Elizabeth Wettlaufer remet sa démission de l’ordre des infirmières et des infirmières praticiennes de l’Ontario.
14 octobre 2016 : un ordre de la cour de ne pas troubler l’ordre public est déposé contre Elizabeth Wettlaufer. Cette dernière est soumise à dix conditions pour demeurer en liberté en attendant la progression de l’enquête.
25 octobre 2016 : première comparution devant le tribunal de Woodstock d’Elizabeth Wettlaufer, au lendemain de son arrestation.

Elizabeth Wettlaufer
Elizabeth Wettlaufer © Bethe Wettlaufer/Facebook

RCI avec les informations de Radio-Canada et d’Andrea Janus de CBC et la contribution de Line Boily, Alain Gravel et Catherine Lachaussée de Radio-Canada

Sur le même thème

Une infirmière canadienne est accusée d’avoir tué huit personnes âgées – RCI 

Les dates clés de l’affaire Elizabeth Wettlaufer – Radio-Canada 

Former nurse ordered to stay away from nursing homes before – CBC 

How suspicious deaths at seniors homes can go unnoticed – CBC 

What we know about the nurse charged with 8 counts of murder – CTV 

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*