Affiche faisant la promotion du mouvement « alt - right » sur un poteau près d’un parc à Toronto

Affiche faisant la promotion du mouvement « alt - right » sur un poteau près d’un parc à Toronto
Photo Credit: Canadian Broadcasting Corporation

Plusieurs incidents « racistes » au Canada récemment

Share

Aperçues les derniers jours, des affiches faisant la promotion d’un groupe d’individus d’extrême droite connus par le nom « alt-right » ont alarmé des résidents de Toronto. Les affiches, dont il y a au moins une demi-douzaine, attirent l’attention par les mots suivants : « Hé, personne blanche », pour ensuite inviter les lecteurs à « rejoindre l’alt-right. »  Les affiches répertorient également des sites web qui promettent de fournir des informations d’un point de vue « pro-européen ». 

On pouvait également lire : « Fatigué de la rectitude politique ? Vous vous demandez pourquoi seuls les pays blancs doivent devenir « multiculturels » ?

La police de Toronto qui travaille à les enlever, a affirmé qu’une enquête a été lancée concernant ces affiches.

«Nous nous en occupons » a dit Caroline De Kloet, porte-parole de la Police de Toronto. « Il y a une enquête en cours et nous allons partir de là »

De Kloet a aussi dit que la police a pris des photos des affiches et essaye de savoir qui en est responsable; elle a invité toute personne qui témoigne l’affichage de ses écriteaux racistes à communiquer avec la police.

Affiche faisant la promotion du mouvement « alt - right » quelque peu détaché du poteau où il se trouvait près d’un parc à Toronto
Affiche faisant la promotion du mouvement « alt – right » quelque peu détaché du poteau où il se trouvait près d’un parc à Toronto © Canadian Broadcasting Corporation
Un phénomène qui grandit ? 

Au cours de dernières années, on a évalué à au moins cent le nombre de groupes d’extrême droite actifs au Canada. Selon les rapports, il s’agirait autant de petites et des grandes cellules que des groupes organisés, qui sont tout de même moins agressifs que leurs homologues aux États-Unis et en Europe.

Cependant, les prises de parole remarquées sont plus récentes. Au début du mois d’octobre par exemple, de la propagande de l’organisation suprématiste blanche des États-Unis, Ku Klux Klan (KKK), a été trouvée dans des sacs en plastique transparents à la porte de quelques dizaines de maisons dans deux villages de la Colombie-Britannique. Des tracts similaires étaient aussi apparus dans les villes voisines pendant l’été.

Ces dernières semaines, des affiches contre les musulmans et les Sikhs ont également été vues dans deux universités en Alberta.

swastikaPhoto : Facebook

À Ottawa, Anna Maranta, une femme rabbin qui dirige un centre de prière juif s’est dite « stupéfaite » de se réveiller au milieu de la nuit et de découvrir que quelqu’un avait peint une croix gammée et une injure antisémite sur la porte d’entrée de sa maison.

Vendredi dernier, un graffiti raciste a aussi été aperçu à Regina, créant confusion et déception au Conseil multiculturel de la Saskatchewan. Il s’agissait des graffitis où l’on pouvait lire « KKK » et « KKK est grand » et d’autres qui utilisaient un langage offensif pour se référer aux Noirs.

Photo : CBC

Photo : CBC

Comment ces incidents peuvent être expliqués ?

Pour l’analyste James O. Ellis du Canadian Network for Research on Terrorism,Security & Society (TSAS, par son sigle en anglais) la stratégie antiterroriste du Canada confirme que la violence parmi les groupes terroristes du pays, y compris ceux qui prônent la suprématie blanche, persiste. Mais, il n’existe que peu de recherches contemporaines sur l’extrémisme de droite canadien.

Ellis affirme qu’il est urgent que le Canada procède à une évaluation approfondie de cette menace pour promouvoir une politique fondée sur des données probantes et améliorer les opérations de sécurité.

Pour sa part, Rinaldo Walcott, directeur du Women and Gender Studies Institute de l’Université de Toronto, a déclaré dans un courriel à CBC Toronto qu’il estimait que le moment de l’apparition des affiches à Toronto n’était pas un accident.

« Bien sûr, l’élection américaine a enhardi les groupes nationalistes blancs à Toronto », a-t-il écrit. « Seul le temps dira à quel point ils émergeront de l’ombre.»

La victoire de Donald Trump aux élections présidentielles américaines a laissé de nombreux groupes minoritaires à Winnipeg inquiets de savoir si sa présidence pourrait provoquer plus de crimes haineux au Canada et encourager le racisme.

 « Nous avons notre part de racisme ici dans notre pays », a déclaré Shahina Siddiqui, présidente de l’Association islamique des services sociaux de Winnipeg. « Maintenant que M. Trump est au pouvoir, va-t-il encourager des haineux, des racistes ou des bigots? »  se demande-elle.

Shahina Siddiqui

Shahina Siddiqui (CBC)

Rhonda Rosenberg, directrice générale du Conseil multiculturel de la Saskatchewan, suggère de son côté quelques choses à faire lorsque des personnes que vous connaissez font un commentaire basé sur des informations racistes :

  • Interrogez-les à ce sujet, en utilisant une approche de curiosité.
  • Évitez de les réprimander car cela ne facilitera pas la communication.
  • Engagez-les dans la conversation et explorez leurs idées et les raisons pour les avoir.
  • Partagez vos propres expériences pour montrer que leur point de vue n’est pas la seule façon de voir les choses.
Radio Canada International avec Canadian Broadcasting Corporation 
Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*