Les experts disent que le procès d'une femme qui s'est tournée vers la médecine holistique avant la mort de son fils de sept ans est susceptible de relancer un débat sur l'utilisation de traitements naturels et alternatifs.

Les experts disent que le procès d'une femme qui s'est tournée vers la médecine holistique avant la mort de son fils de sept ans est susceptible de relancer un débat sur l'utilisation de traitements naturels et alternatifs.
Photo Credit: Facebook

Médecine holistique : début du procès de la Canadienne dont l’enfant est mort sans voir un médecin

Share

Une mère qui a utilisé la médecine holistique pour traiter son fils mortellement malade et qui a refusé de l’amener chez le médecin fait face à la justice cette semaine dans la province de l’Alberta, plus de trois ans et demi après les tristes événements.

. © Don Lovett

Son fils est mort d’une infection au streptocoque après 10 jours de maladie.

Tamara Lovett, 47 ans, est accusée d’avoir omis de répondre aux besoins essentiels à la vie et de négligence criminelle causant la mort de Ryan Lovett.

Ryan est décédé en mars 2013. Une autopsie a révélé que le garçon souffrait d’une infection au streptocoque du groupe A.

La police dit que la femme de Calgary a demandé de l’aide tôt le matin du 2 mars. L’enfant a été déclaré mort quelques heures plus tard à l’hôpital.

Reportage de CBC news en 2013

Remèdes à base de plantes

Tamara Lovett avait choisi de traiter l’infection bactérienne avec des remèdes homéopathiques au lieu de consulter un médecin.

« À court terme, ces cas peuvent polariser le débat et mener à un nouvel enracinement pour les vrais croyants de la médecine holistique », déclare Tim Caulfield, directeur de la recherche de l’Université de l’Alberta en droit de la santé.

La police dit qu’il n’y a aucun dossier indiquant que le jeune garçon ait été emmené chez un médecin pour des examens médicaux annuels ou un traitement quelconque. Les enquêteurs disent que les amis de la femme s’inquiétaient de la santé de l’enfant et l’exhortaient à l’emmener chez un médecin.

« Ce cas est une démonstration très dramatique et triste que nous ne devrions pas mettre des croyances personnelles sur la pseudoscience au-devant des intérêts et du bien-être des enfants », a déclaré M. Caulfield.

David et Collet Stephan
David et Collet Stephan © CBC

Aide-mémoire…
Ce n’est pas la première fois au Canada en 2016 que la question de la médecine naturelle et la mort d’un enfant sont portées devant les tribunaux.
– En avril dernier, David et Collet Stephan ont été reconnus coupables par un jury à Lethbridge, en Alberta, d’avoir omis de répondre aux besoins essentiels à la vie de leur fils de 19 mois, Ezekiel.
– Le couple a traité Ezekiel avec des boissons glacées contenant des piments, des oignons et du raifort quand il est tombé malade.
– Il est mort d’une méningite bactérienne à l’hôpital.
– Un certain nombre de personnes, y compris une infirmière qui était une amie de la famille, avaient recommandé aux parents d’amener Ezekiel chez un médecin.
– Les Stéphan, qui font appel, ont fait valoir que leur conviction constituait un précédent dangereux au Canada, parce que si « nous ne sommes pas en conformité avec la parentalité que le gouvernement juge convenable, nous risquons tous des poursuites criminelles. »

Ezekiel
Ezekiel © CBC

La loi canadienne doit être plus sévère

Université de Calgary, Juliet Guichon
Université de Calgary, Juliet Guichon

La bioéthicienne de l’Université de Calgary Juliet Guichon croit que la loi devrait aller un peu plus loin et tenir les amis et les membres de la famille responsables de la mort d’un enfant.

« Le système juridique exige que les citoyens avertissent les autorités quand le bien-être d’un enfant est en danger. Les citoyens doivent simplement appeler le 911 et ils peuvent le faire de façon anonyme », a-t-elle déclaré.

« Des accusations devraient aussi être portées contre des personnes pour n’avoir pas signalé un enfant en difficulté aux autorités. »

RCI avec La Presse canadienne et CBC News

Sur le même thème

Mother who used holistic medicine to treat fatally ill son heading to trial – CBC

Tamara Lovett charged in connection to the death of her seven year old son – CTV

Mother to stand trial in alleged negligent death of son – Calgary Herald

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*