L’intelligence artificielle présente l’avantage de ne pas avoir besoin de l’humain pour fonctionner.

L’intelligence artificielle présente l’avantage de ne pas avoir besoin de l’humain pour fonctionner.
Photo Credit: iStock

L’intelligence artificielle s’empare de nous

Share

La notion d’intelligence émotionnelle est née en Amérique du Nord au début des années 1990. Puis, elle est sortie des laboratoires et est venue se mêler aux conversations de tous les jours des Canadiens vers le milieu de la même décennie.

Une intelligence artificielle plus émotionnelle se profile à l'horizon.
Une intelligence artificielle plus émotionnelle se profile à l’horizon. © iStock

On l’a décrit comme étant l’intelligence non pas du cerveau, mais du cœur, et qui a la capacité de percevoir chez les autres les émotions et les sentiments. Or, les personnes autour de vous qui sont intellectuellement peut-être moins intelligentes que vous, mais qui sont capables d’une meilleure lecture des émotions des autres et d’un meilleur contrôle de leurs propres émotions, réussissent probablement mieux que vous dans la vie et au travail.

Montréal, qui est depuis peu une plaque tournante mondiale dans le domaine de la recherche en intelligence artificielle, possède les outils pour créer des ordinateurs plus intelligents que nous et aussi possiblement plus intelligents émotionnellement que nous le sommes.

Tous ces scientifiques canadiens qui travaillent en ce moment à développer l’intelligence artificielle de nos ordinateurs, de nos gadgets et de nos robots, un pôle d’activité très important au Canada, pourraient dans les faits sans le savoir préparer la fin de l’humanité…
La fin de l’humanité se produirait vers 2045 et le Canada y travaillerait activement

Le chercheur Yoshua Bengio est un spécialiste Montréalais de l’intelligence artificielle. Selon lui, la conception de l’intelligence artificielle telle que véhiculée par les médias relève de la science-fiction.
Le chercheur Yoshua Bengio est un spécialiste Montréalais de l’intelligence artificielle. Selon lui, la conception de l’intelligence artificielle telle que véhiculée par les médias relève de la science-fiction. © Radio-Canada

Dans le domaine de la recherche en intelligence artificielle le Canada est loin d’être un simple spectateur, notamment en raison de ses avancées importantes dans le secteur de la robotique depuis plusieurs années, un secteur cousin de la recherche en intelligence artificielle. Plusieurs de nos efforts scientifiques dans ces secteurs prennent place dans la région de Montréal au Québec.

Une Chaire de recherche en intelligence artificielle est née il y a quatre ans à l’Université de Montréal. Il existe aussi une Chaire de recherche du Canada en sciences cognitives à l’Université du Québec à Montréal. Non loin de là, à une centaine de kilomètres de la métropole, il existe une équipe de recherche dans le domaine des systèmes tutoriels intelligents ASTUS (Apprentissage par Système Tutoriel de l’Université de Sherbrooke).

Tous ces scientifiques canadiens, à en croire Stephen Hawking, travailleraient donc à la fin de notre humanité… C’est du moins une des conclusions étonnantes que l’on peut tirer des propos tranchants tenus en 2014 par l’astrophysicien britannique. Le scientifique contemporain le plus en vue de la planète avait notamment déclaré dans une entrevue à la BBC que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mener à la fin de l’humanité. Cette révolte des machines intelligentes pourrait se produire selon lui dès l’année 2045.

Stephen Hawking
L’astrophysicien Stephen Hawking. © (Ted S. Warren/Associated Press)

Selon Stephen Hawking, « les formes primitives d’intelligence artificielle que nous avons déjà se sont montrées très utiles, mais je pense que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à la race humaine. »

Selon lui, une fois que les hommes auront développé l’intelligence artificielle, celle-ci évoluera par elle-même et se redéfinira de plus en plus vite.

Ce sentiment est partagé aussi par Elon Musk, le patron de SpaceX, qui déclarait en 2015 : « Je pense que nous devrions être très prudents à propos de l’intelligence artificielle. Si je devais miser sur ce qui constitue notre plus grande menace existentielle, ce serait probablement ça. »

RCI avec la contribution de Marcia Pilote, Vincent Maisonneuve, Rudy Desjardins, Richard Daigle, Matthieu Dugal et Martin Lessard de Radio-Canada

Sur le même thème

L’intelligence émotionnelle au travail – Ordre des conseillers en ressources humaines 

Comment gérer ses émotions au travail? – Université du Québec à Montréal 

L’intelligence émotionnelle – Huffington Post 

Montréal pourrait-elle devenir une vallée de l’intelligence artificielle? – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «L’intelligence artificielle s’empare de nous»
  1. Avatar Michaël Lessard dit :

    J’aimerais proposer un angle différent, inspiré de la brillante télé-série Westworld ou encore du film Ex Machina. C’est simple, si on créé des êtres artificiels, doté de conscience et/ou d’émotions, les Humains en feraient assurément d’abord des esclaves, ce qui est cruel. Westworld tire la chose à l’extrême, où ces êtres sont maltraités, tués et violés comme des jouets, et leur mémoire effacé tous les jours. Des êtres sentients (pensant ou ayant une conscience) doivent avoir des droits ou du moins une forme de dignité. Quand on y pense un peu plus, ce n’est pas sans rappeler comment l’Humanité traite d’autres espèces sur la Terre.

    Je n’adhère pas à des théories linéaires, comme si la vie était prévisible: des intelligences ou êtres artificiels ne vont pas nécessairement chercher à détruire d’autres êtres, humains ou autres. Cette dernière théorie est peut-être une projection: c’est peut-être plutôt ce que feraient les Humains.

    En somme, la chose la plus éthique ou sensé serait de ne pas créer des êtres artificiels, surtout dotés d’émotions, conscients de leur état d’esclaves ou de sous-êtres. C’est tout simplement malsain et violent. Un désir égocentrique humain sans sens des responsabilités. Par contre, la création d’êtres artificiels est inévitable: on veut créer des intelligences artificielles. Serons-nous des «Bon Dieux», capables d’accorder la liberté, ou des «Dieux dominateurs»? N’étant pas en démocratie sincère ni dirigés par des sages, nous serons d’abord les pires parents, cruels et violents, jusqu’à temps que les êtres concernés arrivent à faire valoir leur existence.

    La manière que c’est écrit, monsieur Hawking semble oublier que ce sont des hypothèses. Les Humains peuvent surprendre. Les œuvres de fictions sont déjà surprenantes.