La Police provinciale de l’Ontario enquêtant sur l’accident impliquant un camion.

La Police provinciale de l’Ontario enquêtant sur l’accident impliquant un camion.
Photo Credit: OPP/Twitter

Ontario : toujours plus de morts liés aux accidents de la route

Share

Se basant sur les données de la circulation en 2016, la police ontarienne tire la sonnette d’alarme. Le nombre de morts à la suite d’une collision de véhicules motorisés dépasse la barre de 300 en un an. Elle lance un appel à la prudence de tous.

La Police provinciale de l’Ontario est sincèrement attristée du fait que les Ontariens et Ontariennes semblent avoir fait pencher le nombre de décès dans la mauvaise direction dans pratiquement toutes les catégories liées à la circulation l’année dernière. Il s’agit d’un sérieux avertissement pour les conducteurs, les passagers et les piétons indiquant qu’ils doivent adopter des comportements plus sécuritaires en 2017. Un facteur essentiel dans la diminution du nombre de décès évitables sur nos routes et hors route. 

–  Brad Blair, sous-commissionnaire de la Police provinciale de l’Ontario et commandant provincial, Sécurité de la circulation et soutien opérationnel.

Ce ne sont que des données préliminaires, prévient la police provinciale qui attire l’attention des usagers sur les conséquences de la mauvaise conduite sur la route.

Pour la seule année 2016, 276 collisions mortelles de véhicules motorisés ont été enregistrées sur les routes de la province, avec 309 morts.

C’est une augmentation « inquiétante », en comparaison à 262 collisions en 2015 ayant causé la mort de 301 personnes.

L’utilisation du cellulaire au volant est en cause dans de plus en plus d’accidents de la route en Ontario.
L’utilisation du cellulaire au volant est en cause dans de plus en plus d’accidents de la route en Ontario. © Radio-Canada

Des facteurs déterminants qui doivent être maîtrisés

Parmi les facteurs déterminants dans le pourcentage élevé du nombre global de décès causés par des accidents de la route en 2016, la police en mentionne quatre principaux :

  • la distraction des conducteurs;
  • la vitesse;
  • la consommation d’alcool ou de drogues;
  • l’omission d’utiliser le dispositif de retenue des occupants du véhicule, comme la ceinture de sécurité.

La police relève ainsi que 75 % des 309 collisions de véhicules motorisés en 2016 étaient reliés à ces mauvais comportements de la part des usagers. Ces mêmes causes ont été à l’origine de 77 % du nombre de décès liés aux collisions en 2015.

À lire aussi :

Défaut de ceinture de sécurité en Ontario : 42 décès en moins d’un an

L’Ontario traiterait ses conducteurs distraits comme des conducteurs ivres

Repousser l’âge pour boire de l’alcool pour freiner les accidents?

Deux policiers d’Ottawa sur les lieux d’un accident qui a coûté la vie à une piétonne.
Deux policiers d’Ottawa sur les lieux d’un accident qui a coûté la vie à une piétonne. © Radio-Canada/Steph Beaudoin

 Augmentation des accidents hors route

Dans ces différents cas, de nombreuses personnes ont perdu la vie dans la province en 2016, par rapport à l’année précédente.

Trois personnes de plus qu’en 2015 ont trouvé la mort en motoneige, tandis que 38 piétons sont décédés sur le territoire, comparativement à 23 l’année dernière.

De nouveau cette année, nous voyons beaucoup trop de motoneigistes circuler sur des cours d’eau glacés non sécuritaires, et le nombre de victimes jusqu’à présent traduit avec éloquence le danger d’agir de la sorte. Nous voyons aussi des motoneigistes emprunter des pistes de l’OFSC qui sont fermées, ce qui est interdit par la loi. Pour circuler en motoneige de façon sécuritaire, il faut commencer par choisir un terrain fiable. L’OFSC accomplit un travail exceptionnel pour ce qui est de fournir un système de pistes sécuritaires, et nous voulons voir les motoneigistes les utiliser. 

–  Brad Blair

En ce qui concerne les accidents hors routes, ce sont au total 23 décès qui ont fait l’objet d’enquête de la police provinciale, soit une dizaine de plus qu’en 2015.

Les décès liés à des accidents maritimes ont également augmenté, passant de 18 morts en 2015 à 21 cette année.

 

 

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*