Le Canadien Maher Arar

Selon Amnistie internationale, de nombreux Canadiens pourraient vivre aujourd'hui, un cauchemar semblable à celui de Maher Arar en 2002
Photo Credit: Radio-Canada

Ottawa n’aurait pas tiré les leçons de l’affaire Maher Arar

Share

Amnistie internationale estime que le gouvernement canadien n’a toujours pas mis en place, 10 ans après l’affaire Arar, les recommandations clés qui étaient au coeur du problème.

En 2002, Maher Arar, Canadien d’origine syrienne, est en escale à New York avant de revenir au pays, après un séjour en Tunisie. Les autorités américaines le soupçonnent d’avoir des liens avec l’organisation terroriste Al-Qaïda.

Douze jours plus tard, il est transporté en catimini en Syrie, où il vivra un véritable « cauchemar », selon le rapport du juge Dennis O’Connor, chargé d’enquêter sur le dossier. M. Arar sera incarcéré pendant près d’un an dans son pays d’origine et y sera torturé pendant plusieurs jours, même si « rien n’indique que M. Arar ait commis une infraction ou que ses activités aient représenté une menace à l’égard de la sécurité du Canada », a alors noté le juge O’Connor. D’ailleurs, aucune accusation ne sera portée contre lui.

 rci-juge-dennis
Pour le juge Dennis O’Connor, Maher Arar avait été injustement arrêté, incarcéré et torturé. © Tom Hanson/Canadian Press

Après le dépôt du rapport du juge ontarien, le premier ministre de l’époque, Stephen Harper, présentait officiellement ses excuses au nom du gouvernement canadien à M. Arar. Celui-ci recevra d’Ottawa une compensation de 10,5 millions de dollars, plus 1 million pour payer les frais de cour.

C’est que, le Canada a eu son rôle à jouer dans le cauchemar de M. Arar, selon le juge O’Connor.  La Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait par exemple transmis des informations inexactes aux autorités américaines. Et la communication entre les organismes canadiens sur ce dossier était pleine de lacunes, selon le juge.

Le Canada maintiendrait le partage d’informations avec d’autres pays

Pour Amnistie internationale, Ottawa n’a pas tiré de leçons de cet événement. Il serait possible qu’un tel cas se reproduise de nos jours.

Neve ne pense pas que toutes les mesures ont été prises pour éviter une répétition d’un cas similaire. Or, Dennis O’Connor avait clairement demandé au Canada de ne plus partager des informations avec un pays « où il y a un risque crédible qu’elles entraînent un recours à la torture ou qu’elles y contribuent ».

Mais, selon Alex Neve, le Canada a plutôt « formalisé par écrit cette pratique ». Une directive ministérielle rédigée en 2010 permet aux responsables de demander et de partager de l’information avec des partenaires étrangers, même lorsque cela risque de placer quelqu’un en danger de traitement brutal, s’il y a une préoccupation en matière de sécurité nationale.

Reste que « le juge O’Connor a été très clair. Ce n’était pas une recommandation qui a des exceptions», observe M. Neve.

Alex Neve est le secrétaire général d’Amnistie internationale à Ottawa.
Le secrétaire général d’Amnistie Internationale au Canada, Alex Neve estime que le Canada n’a pas tiré les leçons de l’affaire Arar © Radio-Canada

Le juge avait aussi suggéré l’implantation d’un mécanisme d’examen indépendant des activités de la GRC relatives à la sécurité nationale, ce qui n’a pas été fait. « Le gouvernement actuel propose de mettre en place un comité parlementaire pour la sécurité nationale, mais Dennis O’Connor voulait que ce soit des experts indépendants », a souligné M. Neve.

D’ailleurs, trois autres Canadiens, Abdullah Almalki, Ahmad Abou-Elmaati et Muayyed Nureddin, ont vu leurs droits être violés pendant la même période. Le juge Frank Iacobucci a constaté au terme d’une enquête, en 2008, qu’il y avait eu des problèmes de communication entre les agences qui ont mené parfois à des sévices. Ces trois individus n’ont reçu aucune excuse ni compensation.

« Pour moi, c’est un signe que cet enjeu n’est pas pris au sérieux et que nous n’avons pas vu une réelle volonté d’améliorer les choses dans ce domaine. Si c’était le cas, ces hommes ne seraient pas pris dans une poursuite pour essayer d’avoir des excuses et une compensation », a affirmé M. Neve.

Ottawa se défend d’être inactif

Dans une déclaration transmise par courriel, le bureau du ministre de la Sécurité publique du Canada, Ralph Goodale, a assuré que le gouvernement avait mis en place les recommandations du juge O’Connor.

Il a rappelé que le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) n’était jamais autorisé à partager des informations qui pourraient mener à un mauvais traitement sauf « s’il y a un risque sérieux de perte de vie, de blessures, de dommages substantiels ou de destruction de biens ».

 Minister of Public Safety and Emergency Preparedness Ralph Goodale makes a funding announcement during a visit to an immigrant holding centre in Laval, Que., Monday, August 15, 2016.
Le ministre de la Sécurité publique du Canada, Ralph Goodale soutient que le gouvernement respecte et applique les recommandations du juge O’Connor. © PC/Graham Hughes

Selon le gouvernement, le comité de parlementaires qu’il propose permettra de mieux surveiller les agences de sécurité. « Cela permettra aux membres du Parlement et aux sénateurs de tous les partis d’avoir un accès spécial à des informations classifiées pour examiner les enjeux de sécurité nationale dans tous les ministères et agence, contrairement aux comités de surveillance déjà en place », est-il écrit dans le courriel.

Quant aux trois Canadiens qui sont toujours en attente de recevoir des excuses, le bureau du ministre Goodale a dit qu’il serait « prématuré de commenter sur ces dossiers », qui sont en processus de médiation.

Lire aussi

Un ancien espion américain affirme que Maher Arar était innocent

Le nouveau ministre de la Sécurité publique veut corriger le tir de la nouvelle loi antiterroriste

Ottawa : la difficile réforme d’une politique cautionnant la torture

Où se cache le bourreau de Maher Arar?

Share
Catégories : International, Politique, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*