Première rencontre entre Donald Trump et Justin Trudeau ce lundi

Première rencontre entre Donald Trump et Justin Trudeau ce lundi
Photo Credit: Reuters/Carlo Allegri/Andrew Kelly

Trudeau à la Maison-Blanche : quelle stratégie en face de Donald Trump ?

Share

Annoncée depuis quelques jours, la visite à Washington du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, aura lieu ce lundi. Les attentes de la rencontre avec le nouveau président des États-Unis sont importantes, compte tenu des enjeux économiques et diplomatiques de cette mission pour le Canada.

Obtenir un abaissement des barrières protectionnistes

Alors que les idées protectionnistes du président Donald Trump continuent de semer le doute et l’inquiétude chez les opérateurs économiques canadiens, la tâche pour le premier ministre, Justin Trudeau, consistera avant tout à obtenir de son hôte un adoucissement de ses positions.

Les Canadiens espèrent ainsi que leur premier ministre obtienne du président Trump ce qu’il y a de meilleur et de rassurant pour leur pays qui devrait pouvoir continuer à profiter des échanges de marchandises et de biens avec son voisin.

« Chaque minute qui passe, 1,4 million de dollars en biens et services traversent la frontière canado-américaine. Le Canada et les États-Unis sont les partenaires commerciaux les plus importants de la planète, avec des échanges qui ont atteint 880 milliards de dollars l’an dernier ».

La santé économique canadienne repose donc directement sur l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), signé il y a presque 23 ans, qui encourage l’ouverture des États-Unis aux produits du Canada et du Mexique.
La santé économique canadienne repose directement sur l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), signé il y a presque 23 ans, qui encourage l’ouverture des États-Unis aux produits du Canada et du Mexique. ©  Christian Bénard

Quelques dossiers clés

L’ALÉNA

Lors de la campagne en vue de son élection, Donald Trump avait soutenu haut et fort son idée de remettre à plat l’ALÉNA, l’Accord de libre-échange nord-américain qui relie depuis 1994 les États-Unis, le Canada et le Mexique.

L’intention pour le président Trump étant de le renégocier au plus grand bénéfice de son pays, car comme il l’a soutenu : les intérêts des États-Unis seront privilégiés et mis en avant en tout temps.

Au Canada, le premier ministre Justin Trudeau s’était montré ouvert à cette renégociation.

Depuis l’investiture de Donald Trump à la présidence américaine, plusieurs rencontres bilatérales ont eu lieu entre les représentants des deux pays sur cette question.

Certains des sujets abordés lors de ces rencontres seront certainement remis sur la table lors de la toute première rencontre entre Justin Trudeau et Donald Trump ce lundi.

L’agroalimentaire et le secteur manufacturier

Les secteurs qui seront touchés par une renégociation de l’ALÉNA sont principalement :

l’agroalimentaire, notamment l’industrie laitière où les producteurs canadiens de fromage fins pourraient perdre des parts de marché.

Certaines industries manufacturières du secteur minier ou qui produisent de l’aluminium, fabriquent des machineries qui sont exportées aux États-Unis, redoutent la baisse de leurs chiffres d’affaires et des pertes d’emplois importantes avec un nouvel accord qui ne tient pas compte de leurs intérêts.

Le bois d’oeuvre continue d’être source de mésentente entre le Canada et les États-Unis.
Le bois d’oeuvre continue d’être source de mésentente entre le Canada et les États-Unis. © iStock

L’accord sur le bois d’œuvre

Il existe un conflit permanent depuis 25 ansentre le Canada et les États-Unis en ce qui concerne le bois d’œuvre.

Les entreprises américaines accusent l’industrie canadienne d’être hautement subventionnée et elles exigent des droits compensateurs et des restrictions au niveau des exportations par des quotas ou par des taxations.

L’accord entre les deux pays sur ce bois d’œuvre est échu depuis quelques mois et les négociations se sont rouvertes et se poursuivent en vue du renouvellement de cette entente.

Les Canadiens attendent une nouvelle entente satisfaisante pour les entreprises forestières du pays qui ont déjà perdu plusieurs parts de marché à force de céder aux pressions américaines.

Depuis 1986, ces parts de marché ont dégringolé de 34 à moins de 25 %. Le souhait pour les entreprises américaines et qu’elles retombent à 22 % avec la conclusion d’une nouvelle entente.

Au Canada qui a toujours cédé aux pressions des États-Unis en laissant des parts de marché, les opérateurs économiques estiment qu’il est certes important d’avoir une nouvelle entente, mais que le Canada devrait « négocier fermement », en ce qui concerne l’industrie forestière qui a déjà assez accordé de concessions aux États-Unis.

C’est important pour permettre aux communautés de pouvoir se développer convenablement, soutiennent ces opérateurs, car s’il y a moins de commandes de la part des États-Unis, il y aura moins de production au Canada et moins de création d’emplois.

Dans son approche, Justin Trudeau est invité à éviter d’autres droits compensateurs « injustes » réclamés par les États-Unis, de nouvelles restrictions à travers des quotas ou autres taxations qui auront des conséquences dramatiques pour le Canada, notamment dans les plus grandes scieries, surtout celles de l’est du pays qui ont absolument besoin du marché américain pour se maintenir, contrairement aux industries de l’ouest.

Justin Trudeau a tout intérêt à éviter un conflit commercial avec les États-Unis, car, en définitive, les impacts de la renégociation de l’ALÉNA et de différents autres accords bilatéraux sur l’économie canadienne en général peuvent être dévastateurs, si le nouveau président en venait à appliquer sa ligne dure en ne privilégiant que les intérêts des États-Unis.

RCI avec Radio-Canada

À lire aussi :

Justin Trudeau rencontrera Donald Trump à Washington lundi

Renouvellement de l’entente sur le bois d’oeuvre

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*