Une équipe transportent un patient sur une civière à l’urgence

Au Canada, environ 13 personnes par jour sont hospitalisées en raison d’une intoxication aux opioïdes.
Photo Credit: IS / vm

L’approche préventive pour combattre la crise des opioïdes.

Share

À l’occasion de leur journée d’action politique annuelle, la Fédération des étudiants et étudiantes en médecine du Canada ( FEMC )se mobilise pour contribuer à l’effort national de lutte contre la crise des opioïdes.

La parade par la prévention

Ces étudiants qui proviennent de tous les coins du pays vont aller à la rencontre des députés et membres du Sénat à la colline parlementaire.

Les futurs médecins recommandent aux élus de mettre l’accent sur la prévention contre ce fléau qui fait des ravages au sein de la population canadienne.

Le Canada est classé au 2e rang mondial selon le taux de consommation des opioïdes par habitant.

Le taux de dépendance aux opioïdes de plus en plus important et la demande de plus en plus croissante pour les narcotiques illicites sont accentués par la disponibilité de ces produits qui pullulent sur le marché et qui tuent en moyenne une personne dans le pays tous les trois jours.

Les opioïdes sont des produits pharmaceutiques fréquemment prescrits dans le système de la santé canadien. La crise des opioïdes que nous vivons actuellement représente un véritable enjeu pour nos patients, pour les professionnels de la santé et pour la population générale. L’engagement des étudiants avec les responsables des politiques publiques est aussi important que les leçons cliniques et les progrès faits en tant que professionnel. Par cet engagement, nous pouvons traduire les préoccupations de nos patients et voisins en politiques favorisant des habitudes de vie saines et des communautés en santé.  
– Franco Rizzuti, Président de la FEMC

Le W18 est un opioïde 10000 fois plus puissant que la morphine et peut se trouver sous plusieurs formes.
Le W18 est un opioïde 10000 fois plus puissant que la morphine et peut se trouver sous plusieurs formes. © CBC

À qui la faute ?

Dans un contexte où certains médecins prescrivent en moyenne 53 ordonnances d’opioïdes par 100 habitants pour répondre à des besoins de santé, des groupes se mobilisent et appellent à la déclaration de l’État d’urgence en santé publique au niveau du fédéral.

Cela s’était déjà vu en 2016 où ce problème avait pris des proportions inquiétantes en Colombie-Britannique. Le gouvernement provincial avait alors déclaré l’État d’urgence, devant la première province du pays à le faire, en face d’une situation qualifiée de « dévastatrice » par les autorités médicales, en raison de la hausse marquée de la consommation du Fentanyl et des surdoses associées.

Durant les trois premiers mois de 2016 dans cette province, plus de 200 personnes avaient trouvé la mort par surdose de consommation d’opioïdes, dont 64 reliés au Fentanyl.

Parmi les facteurs qui contribuent à la crise des opioïdes au Canada :

  •  L’accès limité en milieu rural à des soins interdisciplinaires de gestion de la douleur chronique,
  • Le manque flagrant de ressources pour le traitement des patients avec des dépendances aux narcotiques ou des maladies mentales, 
  • La stigmatisation liée aux programmes de réduction des méfaits qui ralentit actuellement leur développement.

À lire aussi : 

Crise nationale des opioïdes : le Canada approuve la distribution sans ordonnance du vaporisateur qui redonne vie

La pilule miracle pour faire échec à la crise canadienne des opioïdes

Les surdoses de fentanyl font des ravages en Colombie-Britannique

Le fentanyl est un puissant analgésique opioïde synthétique qui fait des ravages au pays.
Le fentanyl est un puissant analgésique opioïde synthétique qui fait des ravages au pays. © ICI Radio-Canada

Le projet de loi C-37 pour combattre la crise

Dans sa stratégie de lutte contre le fléau des opioïdes, le gouvernement fédéral a introduit le projet de loi C-37.

C’est un projet porteur d’espoir pour plusieurs raisons :

S’il est accepté par les élus, il permettrait de faire tomber certaines des barrières qui empêchent de développer un réel programme de lutte contre les méfaits.

Ce projet de loi est favorablement accueilli par les étudiants et étudiantes en médecine qui estiment qu’il propose une simplification des procédures et critères d’évaluation dans les centres d’injection , ce qui permet le développement de programmes de lutte contre les méfaits et contribue à limiter la mortalité et la morbidité reliées à la dépendance aux opioïdes.

Ils suggèrent cependant que d’autres actions soient menées au niveau fédéral afin de combattre le mal à la racine en identifiant les causes premières de la crise des opioïdes.

Ces futurs médecins recommandent aussi que l’accès aux traitements pour la douleur chronique soit ouvert aux modalités non pharmaceutiques, tout comme un examen plus approfondi pour mieux comprendre le lien entre la santé mentale et le mésusage de médicaments.

C’est ainsi que la Fédération lance l’appel suivant au gouvernement du Canada pour :

a.    Améliorer l’accès aux centres interdisciplinaires pour la douleur chronique, par l’appui d’efforts provinciaux/territoriaux dans ce domaine.

b.    Poursuivre le financement de programmes en santé mentale et investir dans la recherche visant à clarifier le lien entre la santé mentale et le mésusage de médicaments.

 

Share
Catégories : Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “L’approche préventive pour combattre la crise des opioïdes.
  1. Avatar Gilles Talbot dit :

    Nos Chef Politique Provinciaux ne semble pas s’intéresser a l’usage du Pot a Trudeau Comme si le pot n’étais pas une porte ouverte a la consommation de different autre Stupéfiants. Au Québec ont 3 DR en médecine et aucun de c’est prononcé sur le projet de Notre premier ministres qui veux simplifier la vente aux pusher au Canada.

  2. Avatar Nathalie Méthot dit :

    Et quoi dire de ceux qui signent ces prescriptions??¿

  3. Avatar Rene Albert dit :

    Moi ce que je n’arrive pas a comprendre, c’est le manque d’actions de la part de nos gouvernements a freiner la vente et distribution illegale de ces drogues qui tuent…et par consequent manquent grandement a leur premiere responsabilite de proteger les citoyens.

    C’est comme si on refuse de reconnaitre l’ampleur du probleme. Tres decevant!