Deux québécois ont été arrêtés à Miami pour avoir blanchi des centaines de milliers de dollars. L’homme d’affaire Éric St-Cyr, et l’avocat Patrick Poulin, qui résident aux Iles Caïmans et Turquoises, sont soupçonnés d’avoir blanchi au moins 200 000 $ provenant d’une présumée fraude bancaire et d’activités criminelles. Compte-rendu du journaliste Christian Latreille.

Un organisme fédéral a suggéré une méfiance accrue de certaines communautés ethniques, originaires de pays en conflit, suspectées de pratiquer du blanchiment d’argent au Canada

Blanchiment d’argent : des communautés ethniques particulières à surveiller?

Share

Existe-t-il au Canada des communautés ethniques plus susceptibles que d’autres de se livrer au blanchiment d’argent dans le secteur de l’immobilier? Un organisme fédéral de surveillance financière a semblé répondre positivement à cette question.

Le Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANFE) avait rédigé un document avertissant le secteur de l’immobilier de rester à l’affût par rapport à certaines communautés ethniques dont le pays natal est affecté par le terrorisme ou la guerre. L’agence a finalement retiré cette requête à la demande d’une association du secteur.

Des échanges entre le CANFE et l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) révèlent que le groupe immobilier s’est inquiété qu’un tel avertissement puisse dissuader les agents de faire des affaires avec certaines personnes en raison de leur ethnicité.

Le CANFE critiqué

La version préliminaire du document visait à aider les entreprises à respecter leurs obligations pour détecter le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Il énumère une série de facteurs qui pourraient accroître le risque pour les entreprises d’être emmêlées dans des crimes financiers. L’organisme mentionne par exemple le fait d’être impliqué avec des communautés ethniques qui affrontent des événements particuliers (par exemple le terrorisme, le blanchiment d’argent, la guerre, etc.) dans leur pays natal.

 rci-randall
Le porte-parole de l’ACI, Randall McCauley, n’a pas apprécié les insinuations discriminatoires du CANFE © ACI

Une telle requête violerait la Loi sur les droits de la personne, a déclaré l’association dans une lettre. Le porte-parole de l’ACI, Randall McCauley, a fait valoir que les Canadiens étaient fiers d’avoir leur Loi sur les droits de la personne, surtout au regard de ce qui se passe actuellement aux États-Unis.

« Nos avocats auraient souligné avec raison ou rappelé au CANFE que les Canadiens ne peuvent se discriminer entre eux ou refuser l’accès à un service selon l’origine », a-t-il soutenu.

L’organisme fédéral a mentionné qu’il n’avait fait référence à aucune ethnie en particulier dans le document.

Mea culpa

« L’intention de la directive était de souligner généralement que les entreprises réglementées peuvent faire affaire avec des clients qui ont une connexion matérielle avec des instances à haut risque ou d’autres instances qui font face à des événements précis, dont le terrorisme, ou le blanchiment d’argent, la guerre, un haut niveau de corruption ou le crime organisé », a affirmé Renée Bercier, porte-parole de l’agence.

Elle ajoute que le CANFE a choisi de retirer la terminologie quand il a pris conscience du potentiel de mauvaise interprétation ou de déformation qu’elle pouvait engendrer.

Les entreprises dans certains secteurs, dont les banques, les casinos et les sociétés immobilières, sont tenues par la loi d’identifier leurs clients, de garder des dossiers, et d’informer les autorités du CANFE de toute transaction élevée ou suspecte. Elles doivent aussi évaluer leur risque d’exposition au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme.

Une autre attaque contre un hôtel somalien. Les autorités tentent ici de reprendre le contrôle de l’hôtel Naasa Hablood à Mogadiscio.
Le contexte politique et social qui prévaut dans un pays n’est pas un indicateur crédible et suffisant pour évaluer la moralité des personnes issues du pays en question. © Feisal Omar / Reuters

Le CANFE avait fourni la version préliminaire de son document en 2014. Dans une lettre transmise au CANFE datant du 23 décembre 2014, l’ACI qualifie cette référence à l’ethnie d’inappropriée, surtout en parallèle avec une autre section du document qui invite les entreprises à adopter des mesures pour mettre fin à une relation d’affaires.

« Si cette directive est suivie, elle pourrait amener les agents à être tenus responsables d’avoir violé la Loi sur les droits de la personne », met en garde l’ACI. Le CANFE a répondu à l’organisation le 6 février 2015 pour dire qu’il avait retiré la référence à l’ethnie et celle sur les mesures pour mettre fin aux relations d’affaires.

(Avec La Presse canadienne)

Share
Catégories : Économie, Immigration et Réfugiés, International, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*