autisme

la Fédération québécoise de l’autisme organise une série d'activités de sensibilisation à l'occasion du mois de l'autisme, célébré en avril à travers le monde.

Un mois pour démystifier l’autisme

Share

Dimanche 2 avril, c’était la journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme. Cette journée, instituée en décembre 2007, par les Nations Unies, a été célébré cette année sous le thème « Vers l’autonomie et l’autodétermination ». Mais au-delà de la journée, c’est tout le mois d’avril qui est consacré à la sensibilisation aux questions du trouble du spectre de l’autisme (TSA).

Même si au Canada, on a choisi le mois d’octobre pour braquer les feux de la rampe sur le TSA, le Québec, lui, a conservé le mois d’avril. La Fédération québécoise de l’autisme profite d’ailleurs de l’occasion pour sensibiliser le grand public aux besoins des autistes et de leurs familles. Elle a prévu de nombreuses activités tout au long du mois d’avril, comme nous l’explique Annick Lavogiez, Coordonnatrice de projets à la Fédération québécoise de l’autisme.

Écoutez
 rci-avril-autisme
Les garçons sont plus touchés que les filles par le TSA. Mais le phénomène ne se présente pas chez tout le monde de la même façon. © FQA

Selon la Fédération québécoise de l’autisme, le TSA, généralement  visible dans la petite enfance, peut se manifester de façon plus évidente au moment de l’entrée à l’école. Et ce, de façon différente selon les individus.

On estime qu’environ un Canadien sur cent en serait atteint. Généralement décelés dans la petite enfance, les signes d’autisme vont de l’absence de crainte des dangers réels à un attachement démesuré à  certains objets, en passant par la perte des habiletés langagières ou sociales. De façon générale, l’autisme se caractérise par des difficultés importantes dans la communication (expression verbale et non verbale) et dans les interactions sociales. Les activités et intérêts des autistes sont habituellement restreints ou répétitifs. D’après Santé Canada, les garçons sont de 4 à 5 fois plus susceptibles que les filles d’obtenir un diagnostic de TSA.

 rci-avril-autisme2
Même si l’autisme se manifeste souvent par des difficultés de communication, il n’empêche pas certaines personnes atteintes d’être quasi autonomes © FQA

Bon à savoir

  • Les causes de l’autisme ne font pas encore l’objet d’un consensus. On suspecte des causes génétiques et environnementales.
  • Environ 70 % des personnes atteintes du TSA peuvent souffrir d’un trouble psychiatrique comorbide ou plus, comme le trouble d’hyperactivité avec déficit (TDAH), l’anxiété sociale ou la dépression.
  • Selon les estimations américaines de 2006 à 2008, environ 1 enfant sur 6 a une déficience intellectuelle, ce qui inclut le TSA.
  • Le diagnostic de TSA est posé chez les enfants à l’âge moyen de 5,5 ans
  • Les enfants d’âge préscolaires reçoivent en moyenne 6 services différents; les enfants d’âge scolaire reçoivent en moyenne 8 services; et les adultes reçoivent en moyenne 9 services différents.

(Source : Gouvernement du Canada, Fédération québécoise de l’autisme)

Les ministres Lucie Charlebois, Sébastien Proulx et Gaétan Barrette ont présenté mardi le plan d’action du gouvernement du Québec sur le trouble du spectre de l’autisme.
Les ministres Lucie Charlebois, Sébastien Proulx et Gaétan Barrette ont récemment présenté le plan d’action du gouvernement du Québec sur le trouble du spectre de l’autisme. © Radio-Canada

Le Plan d’action du gouvernement du Québec repose sur huit axes d’intervention représentatifs des besoins des personnes ayant un TSA, selon leur groupe d’âge et leur étape de vie :

  • Services d’évaluation en temps opportun (un incontournable);
  • Modes d’intervention qui répondent aux besoins et aux profils variés des jeunes enfants;
  • Ententes locales et des services intersectoriels adaptés et complémentaires pour les enfants et les adolescents;
  • Services pour répondre aux besoins des adultes et à leur projet de vie;
  • Ressources pour répondre aux besoins des familles;
  • Milieux de vie au choix des personnes ayant un TSA;
  • Meilleur accès aux services des différents réseaux pour les personnes présentant des troubles graves du comportement ou de multiples problématiques;
  • Transfert de connaissances à la portée de tous les partenaires et une diversification plus large de la recherche.

(Source: Gouvernement du Québec)

Autisme
L’autisme n’a pas encore révélé tous ses mystères. Il est cependant possible d’améliorer le quotidien des personnes atteintes. © Radio-Canada

Selon l’OMS

  • Un enfant sur 160 présente un trouble du spectre autistique.
  • Les troubles du spectre autistique apparaissent dans l’enfance, mais ont tendance à persister à l’adolescence et à l’âge adulte.
  • Certaines personnes atteintes d’un trouble du spectre autistique sont capables de mener une vie indépendante et productive, mais d’autres souffrent de handicaps graves qui nécessitent des soins et une aide toute la vie durant.
  • Les interventions psychosociales fondées sur des données factuelles, comme les thérapies comportementales, peuvent réduire les difficultés de communication et de comportement social et influer favorablement sur le bien-être et la qualité de vie.
  • Les interventions ciblant les personnes atteintes de troubles du spectre autistique doivent aller de pair avec des mesures plus générales visant à rendre l’environnement physique plus accessible, le milieu social plus accueillant et les mentalités plus solidaires.
  • Dans le monde entier, les personnes atteintes de troubles du spectre autistique sont souvent victimes de stigmatisation, de discrimination et de violations des droits de l’homme et n’ont pas suffisamment accès aux services et aux aides dont elles ont besoin.
Share
Catégories : Environnement, International, Internet et technologies, Politique, Santé, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*