Photo Credit: CBC

Terrorisme : sécurité accrue dans les bureaux des passeports canadiens

Share

Le gouvernement fédéral a déjà apporté discrètement des changements dans ses bureaux des passeports afin de resserrer la sécurité parce qu’ils pourraient être la cible d’une attaque terroriste.

La Gendarmerie royale du Canada poursuit son examen de ce qui pourrait être fait dans l’espace des bureaux et dans la disposition des services afin de mieux protéger les travailleurs des bureaux des passeports.

La disposition physique des bureaux et les mesures de sécurité ont été modifiées et des changements opérationnels ont été adoptés pour diminuer le risque d’une attaque.

Parmi les mesures, il y a celle de prolonger la période de renouvellement du passeport de 5 à 10 ans, puis celle de laisser les Canadiens renouveler leurs passeports en ligne afin de diminuer la fréquentation dans les bureaux.

Une cible potentielle pour les terroristes

© Radio Canada

Des documents internes du gouvernement démontrent que de hauts responsables s’inquiètent maintenant de la possibilité qu’un individu avec des idées extrémistes cible de tels établissements pour mener une attaque, surtout si le gouvernement fédéral a révoqué ses privilèges liés aux passeports parce qu’il a tenté d’aller se battre avec des groupes terroristes à l’étranger.

Une note d’information transmise au ministère de l’Emploi et du Développement social indique que ces bureaux pourraient devenir facilement des cibles, ou du moins subir des dommages collatéraux.

Ils pourraient être visés pour leur « valeur symbolique » dans des attaques futures, est-il écrit dans la note datant de 2015.

Deux précédents qui tracent la voie potentiellement à de nouveaux dangers

Martin Rouleau-Couture © Facebook

Les inquiétudes ont pris naissance dans la foulée des deux attentats terroristes survenus au Canada en octobre 2014.

Dans le premier cas, Martin Couture-Rouleau avait frappé deux soldats avec sa voiture dans le stationnement d’un centre commercial de Saint-Jean-sur-Richelieu, tuant sur le coup l’adjudant Patrice Vincent, âgé de 53 ans. Les autorités lui avaient confisqué son passeport au mois de juillet de cette année-là après que la police l’eut empêché de s’envoler vers la Turquie.

Quelques jours plus tard, Michael Zehaf-Bibeau avait abattu le caporal Nathan Cirillo au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa, avant d’ouvrir le feu dans le parlement. Il était arrivé de Vancouver après qu’il eut éprouvé des problèmes à se procurer un passeport pour se rendre en Libye.

Michael Zehaf-Bibeau
Michael Zehaf-Bibeau © HO-RCMP

Le deuxième incident a amené les fonctionnaires du ministère à demander à la GRC d’évaluer les menaces contre les bureaux des passeports au pays. Des évaluations ont été aussi menées pour voir ce qui pourrait être fait dans l’espace des bureaux et dans la disposition des services afin de mieux protéger les travailleurs.

Le rapport de la GRC datant d’avril 2015 conclut que les bureaux des passeports faisaient face à des menaces terroristes ou criminelles, bien qu’ils ne soient pas visés directement ou immédiatement.

Un porte-parole d’Emploi et du Développement social Canada, qui supervise les 151 bureaux qui délivrent les passeports au Canada, indique que le ministère continuait d’apporter des changements dans les établissements existants et futurs en raison de ces inquiétudes.

Le nouveau visage de la sécurité dans nos aéroports : la reconnaissance faciale

Le déploiement dans les aéroports canadiens à partir de ce printemps d’appareils de reconnaissance faciale était prévu depuis 2015, avance l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Mais plusieurs s’interrogent : ces appareils sont-ils vraiment nécessaires et sécuritaires et leur implantation découlerait-elle en fait d’un ordre venu de Washington?

Ce qui contribue grandement à alimenter le moulin à rumeurs c’est le fait que l’ASFC refuse de répondre à toutes questions précises sur le programme du contrôle frontalier automatisé. Elle affirme laconiquement que des détails seront dévoilés avant le lancement officiel au printemps.

Grâce à une enquête menée par CBC, on sait que les premières nouvelles bornes, similaires à celles déployées par le département de la Sécurité intérieure des États-Unis, seront installées à l’aéroport international d’Ottawa dès ce printemps. Lisez la suite… 

La biométrie utilise les caractéristiques individuelles - comme les empreintes digitales et la reconnaissance de l'iris ou du visage - afin d'identifier des personnes. Photo Credit: iStock

La biométrie utilise les caractéristiques individuelles – comme les empreintes digitales et la reconnaissance de l’iris ou du visage – afin d’identifier des personnes.
Photo Credit: iStock

RCI avec La Presse canadienne

Sur le même thème

Les bureaux des passeports ont resserré la sécurité – Radio-Canada 

Les Snowbirds canadiens pourraient bientôt rester jusqu’à 8 mois aux États-Unis sans pénalité – RCI 

Le nombre de passeports canadiens volés ou perdus en forte augmentation – RCI 

.

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*