Donald Trump signe un autre décret sur les frontières.

Le décret migratoire du président a connu deux moutures, qui avaient été bloquées des tribunaux inférieurs en février et en mars.
Photo Credit: Reuters / Le décret migratoire du président a connu deux moutures, qui avaient été bloquées des tribunaux inférieurs en février et en mars.

Retour partiel du décret de Trump sur l’immigration : à quoi s’attendre au Canada?

Share

La Cour suprême des États-Unis vient d’offrir une victoire politique à Donald Trump en remettant partiellement en vigueur son décret anti-immigration très controversé.

La Cour a accepté d’entendre l’appel du président et lève donc l’injonction contre son décret.

Cela veut dire qu’en attendant l’examen du décret à l’automne, plusieurs restrictions aux voyageurs issus de six pays à majorité musulmane pourront être appliquées.

Il touche les ressortissants de la Syrie, de la Libye, de l’Iran, du Soudan, de la Somalie et du Yémen.

Aide-mémoire…
Fin janvier, la première version de ce décret, par lequel Donald Trump voulait fermer temporairement les frontières américaines à tous les réfugiés et aux citoyens de sept pays majoritairement musulmans, avait provoqué une onde de choc dans le monde et un chaos dans les aéroports américains.
Son application avait été suspendue en février par un juge fédéral de Seattle. La seconde version du décret – ramenée à six pays sans l’Irak – avait elle aussi été bloquée en Justice.

Décret migratoire : Trump salue une *victoire* pour la sécurité nationale
Décret migratoire : Trump salue une *victoire* pour la sécurité nationale © AFP

Le décret Trump entre en vigueur jeudi

Le secrétaire d’État américain indique que la mise en application du décret interviendrait de manière ordonnée 72 heures après la décision de la Cour suprême, c’est-à-dire jeudi.

Ce décret s’appliquera à n’importe qui des six pays visés « n’ayant pas établi de relation de bonne foi avec une personne ou une entité aux États-Unis ». En clair, tout habitant qui serait totalement inconnu des autorités américaines se verra refuser l’accès au territoire.

À l’opposé, un ressortissant de ces pays venant rendre visite à un membre de sa famille établi en Amérique pourra venir, tout comme le pourra un étudiant admis dans une université américaine.

Vérifier un « lien de bonne foi » entre un visiteur potentiel et les États-Unis pourrait cependant être source d’arbitraire, font valoir des experts de l’immigration.

Le gouvernement Trudeau attend d’obtenir plus de détails

Le porte-parole du ministre de l’Immigration Ahmed Hussen.
Le porte-parole du ministre de l’Immigration Ahmed Hussen. © CBC

Le gouvernement canadien est en train d’évaluer quel pourrait être l’impact de ce décret sur les Canadiens.

Un porte-parole du ministre de l’Immigration Ahmed Hussen estime, pour le moment, que les Canadiens détenant la double citoyenneté et originaires de ces pays ne seraient pas visés par ces restrictions s’ils voyagent avec leur passeport canadien.

Les résidents permanents du Canada des six pays en question qui ont une carte valide de résidence permanente, un visa valide pour les États-Unis, et qui sont considérés comme admissibles par les autorités douanières américaines, n’auront pas de problème à entrer au pays, a assuré pour sa part le porte-parole Bernie Derible.

M. Derible a ajouté que les autorités canadiennes attendaient des informations supplémentaires de leurs homologues américains.

Aide-mémoire…
Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a adopté une approche prudente quant aux politiques du président Donald Trump, qui est célèbre pour ses tirades sur Twitter.
Bien qu’ils aient exprimé publiquement leur déception sur le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat, les libéraux ont évité de critiquer directement les politiques de M. Trump.

Des manifestants rassemblés le 29 janvier dernier devant l’aéroport international John F. Kennedy, de New York, afin de protester contre les décrets anti-immigration du président des États-Unis, Donald Trump. Photo : La Presse canadienne/Associated Press/Seth Wenig
Des manifestants rassemblés le 29 janvier dernier devant l’aéroport international John F. Kennedy, de New York, afin de protester contre les décrets anti-immigration du président des États-Unis, Donald Trump. Photo : La Presse canadienne/Associated Press/Seth Wenig

En complément

Le décret migratoire de Trump remis partiellement en vigueur par la Cour suprême – Radio-Canada 

L’administration Trump renvoie son décret anti-immigration devant la Cour suprême – Radio-Canada 

Le décret de Trump sur l’immigration profite à l’industrie technologique canadienne – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*