La Loi visant à protéger les Canadiens contre les drogues dangereuses (Loi de Vanessa) est l’un des plus importants changements apportés à la Loi sur les aliments et drogues en 50 ans.
Photo Credit: luchschen

Loi de Vanessa : un ancien député demande à la ministre de la Santé d’examiner son application par son ministère

Share

L’ancien député conservateur Terence Young demande à la ministre de la Santé du Canada, Jane Philpott, d’examiner personnellement la façon dont son ministère applique une loi portant le nom de sa fille, une demande appuyée par deux partis de l’opposition, le NPD et le Bloc québécois.

Terence Young, député conservateur (Oakville) de 2008 à 2015 (Chambre des Communes)

M. Young explique qu’une loi robuste visant à protéger les Canadiens contre les lois dangereuses, baptisée « Loi de Vanessa », n’a rencontré aucune opposition aux Communes et au Sénat, mais il croit maintenant que Santé Canada tente discrètement de diluer ses pouvoirs.

Il donne en exemple des documents de consultation préparés par le ministère ces derniers temps en affirmant que des éléments clés de la loi, notamment l’obligation par les établissements de soins de santé, hôpitaux et cliniques, de rapporter les effets secondaires des médicaments, sont mis de côté.

Jane Philpott, ministre de la Santé (Chambre des communes)

Enjeu personnel

Pour Terence Young, qui a perdu son siège lors des élections fédérales de 2015, l’enjeu est personnel.

Sa  file Vanessa n’avait que 15 ans quand elle est décédée après avoir ingurgité un médicament visant à traiter une forme mineure de trouble alimentaire.

Depuis lors, il milite pour une amélioration des lois sur la sécurité des médicaments.

Réaction des conservateurs et des néo-démocrates

Le porte-parole conservateur en matière de santé, Colin Carrie, croit que l’inquiétude manifestée par son ancien collègue est légitime et que la ministre doit examiner attentivement ce qui se passe dans son ministère.

Don Davies, porte-parole du NPD en matière de santé, craint également que le gouvernement tente d’atténuer la portée de la loi.

À Santé Canada

David Lee, de Santé Canada, indique que le ministère effectue des consultations sur la réglementation liée à la Loi de Vanessa et a l’intention de se conformer aux intentions du Parlement et de mettre l’accent sur la sécurité des patients.

Loi de Vanessa

La Loi visant à protéger les Canadiens contre les drogues dangereuses (Loi de Vanessa) est l’un des plus importants changements apportés à la Loi sur les aliments et drogues en 50 ans. Cette loi, qui a reçu la sanction royale en novembre 2014, vise à mieux protéger les Canadiens contre les médicaments et les instruments médicaux dangereux. Elle concerne directement les organisations de soins de santé, ainsi que les travailleurs du système de santé, et elle comprend des règles qui renforceront la réglementation des produits thérapeutiques et amélioreront la déclaration des réactions indésirables par les établissements de soins de santé.

En 2011, Terence Young faisait paraître « Mourir sur ordonnance, un père enquête sur l’industrie pharmaceutique » (Écocité)

RCI, PC, Santé Canada, Le Collectif

Share
Catégories : Politique, Santé
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*