Au total, le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale versera au moins 2,5 millions $ en prestations d’aide sociale à ces demandeurs d’asile.LA PRESSE CANADIENNE, PAUL CHIASSON

Au total, le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale versera au moins 2,5 millions $ en prestations d’aide sociale à ces demandeurs d’asile.LA PRESSE CANADIENNE, PAUL CHIASSON

Des chèques d’aide sociale du Québec versés aux demandeurs d’asile

Share

Le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec pourrait verser environ 2,5 millions en prestations d’aide sociale aux demandeurs d’asile, uniquement pour le mois de septembre.

L’opération vise à fournir à environ 4000 demandeurs d’asile, pour la plupart des Haïtiens, un montant de base de 623 $ en plus d’un ajustement au prorata, qui dépend de leur état conjugal et de leur situation familiale. Par exemple, une personne seule aura droit à 14,92 $ de plus.

Des fonctionnaires seront déployés la semaine prochaine au Palais des congrès de Montréal pour remettre aux personnes concernées les chèques qui leur sont destinés. L’opération devrait s’étaler sur trois jours, soit du 30 août au 1er septembre.

Il était plus facile de rassembler ces 4000 personnes dans un même endroit, a dit M. Laboissonnière, qui s’attend à ce que tout se déroule rondement.

Des demandeurs d’asile arrivent au stade olympique de Montréal le 2 août 2017. Photo : Radio-Canada/Martin Thibault
Des demandeurs d’asile arrivent au stade olympique de Montréal le 2 août 2017. Photo : Radio-Canada/Martin Thibault

Un traitement qui n’a rien d’exceptionnel

François Blais, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale
François Blais, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale © Radio-Canada

Alors qu’une grande opération s’organise au Québec maintenant pour distribuer ces chèques d’aide sociale aux milliers de demandeurs d’asile qui viennent de traverser la frontière, le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale insiste pour dire qu’il suit la procédure habituelle et qu’il n’y a rien d’inhabituel dans sa démarche.

Une telle procédure est en vigueur depuis 1996 de dire Simon Laboissonnière, attaché de presse du ministre de l’Emploi François Blais.

Après avoir reçu l’équivalent d’un mois d’aide financière, les demandeurs d’asile seront invités à quitter les sites d’hébergement temporaires et à se trouver un logement permanent.

Permis de travail temporaires aux demandeurs d’asile

Justin Trudeau
Justin Trudeau © CBC

Mercredi, le premier ministre Justin Trudeau disait étudier la possibilité de délivrer des permis de travail temporaires aux demandeurs d’asile, en attendant que leur statut soit déterminé.

« C’est une possibilité qu’on espère pouvoir voir », a dit le premier ministre, lors d’un point de presse qu’il a tenu à l’issue d’une réunion du groupe de travail intergouvernemental sur la migration irrégulière, à Montréal.

« Nous savons que de pouvoir offrir des permis de travail, même temporaires, à des gens pour [qu’ils puissent] développer un peu moins de dépendance sur le système et [sur] le processus de soutien temporaire, ça peut être très positif », a avancé M. Trudeau.

La situation inhabituelle à la frontière est maîtrisée

« On est en train d’augmenter de façon significative le débit pour évaluer ces dossiers-là », a répété Justin Trudeau mercredi.

À son avis, la façon dont les autorités gèrent l’afflux de migrants entrés illégalement à la frontière canado-américaine renforce la confiance qu’ont les Canadiens dans le système, et par le fait même, rend les citoyens plus accueillants pour les migrants.

Pendant ce temps, à Ottawa, l’opposition reproche au gouvernement libéral sa gestion de la crise des demandeurs d’asile à la frontière américaine.

Michelle Rempel
Michelle Rempel © Sean Kilpatrick/Presse canadienne

Réactions au sein des partis politiques dans l’opposition

Les conservateurs accusent Justin Trudeau d’avoir créé une situation intenable pour le système de protection des réfugiés.

La députée Michelle Rempel reproche au premier ministre d’avoir donné de « faux espoirs » aux migrants avec son tweet « irresponsable » publié en janvier, peu de temps après la tentative du président américain Donald Trump d’interdire l’entrée aux États-Unis de ressortissants de pays à majorité musulmane. Justin Trudeau avait alors écrit que le Canada accueillerait ceux qui fuient les persécutions, la terreur et la guerre, peu importe leur religion.

« Le gouvernement libéral doit reconnaître qu’il a créé cette situation de toutes pièces et doit changer son message », a affirmé la députée Michelle Rempel en conférence de presse, mercredi, à Ottawa.

« C’est sa responsabilité », a-t-elle insisté.

De leur côté, les néo-démocrates ont envoyé une lettre au ministre de l’Immigration Ahmed Hussen, lui demandant plus de ressources pour traiter les demandes d’asile. La députée Jenny Kwan est également revenue à la charge en réclamant qu’on retire le statut de pays sûr aux États-Unis.

Découvrez :
À quoi ressemblerait le Canada si l’on mettait fin à l’immigration?
Si les politiques migratoires du Canada et du Québec devaient rester inchangées durant les 20 prochaines années, c’est près d’un Canadien sur deux qui sera un immigrant ou un enfant d’immigrant en 2036.

Une famille de demandeurs d’asile arrivant des États-Unis traverse la frontière canadienne cet été. - Radio-Canada

Une famille de demandeurs d’asile arrivant des États-Unis traverse la frontière canadienne cet été. – Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Demandeurs d’asile emprisonnés ici par milliers depuis des années – RCI 

Dérapage d’une contre-manifestation de militants antiracistes à Québec – RCI 

Plus de 5 Québécois sur 10 veulent empêcher les réfugiés d’entrer directement à la frontière – RCI 

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*