Véhicule incendié du président du Centre culturel islamique de Québec Photo : Courtoisie

Véhicule incendié du président du Centre culturel islamique de Québec Photo : Courtoisie

Incendie criminel du véhicule du président du Centre culturel islamique de Québec

Share

Dans un message publié en ligne, le Centre culturel islamique de Québec indique que son président, Mohamed Labidi, a été victime d’un « crime haineux » le 6 août dernier.

Le Centre culturel islamique de Québec ajoute que des excréments ont été laissés devant la porte de la grande mosquée quelques jours après que le véhicule du président a été incendié.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) tente d’éviter de tirer une conclusion hâtive en ce qui a trait à l’incendie criminel qui a ravagé le véhicule du président du CCIQ. Rappelons que son édifice avait été le théâtre, en janvier dernier, d’un attentat qui a coûté la vie à six membres de la communauté musulmane lors d’une fusillade perpétrée par un seul individu.

Le lieutenant Jean-François Vézina du SPVQ se demande s’il y a lieu de décrire ce qui s’est produit, il y a maintenant plus de trois semaines, comme un « acte haineux ».

« Je crois qu’il faut faire attention. C’est une hypothèse qui est envisagée », a-t-il déclaré.

Le lieutenant Jean-François Vézina, agent de liaison auprès des communautés culturelles au SPVQ Photo : Radio-Canada
Le lieutenant Jean-François Vézina, agent de liaison auprès des communautés culturelles au SPVQ Photo : Radio-Canada

Aucun suspect en vue

Le SPVQ invite la population à collaborer étroitement avec les enquêteurs pour qu’ils puissent épingler le ou les responsables de cet épisode hautement troublant pour le président du Centre culturel islamique de Québec et pour ses proches.

L’incendie a pris naissance en pleine nuit dans le véhicule de Mohamed Labidi, qui était garé devant son domicile.

L’organisation affirme que le brasier a provoqué suffisamment de dégâts pour que le véhicule soit considéré comme une perte totale.

Mohamed Labidi
Mohamed Labidi © CBC

Réaction à retardement du maire de Québec

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Le maire de Québec, Régis Labeaume © Radio-Canada

Le maire de la Vieille Capitale Régis Labeaume a souligné, mercredi, que, malgré sa gravité, l’histoire a mis du temps à faire surface pour une raison fort simple.

« Le silence était la meilleure chose pour faire progresser l’enquête », a-t-il dit d’un ton sans appel devant les médias.

M. Labeaume a insisté sur le fait que ce qui s’est produit l’a dégoûté au plus haut point. Il a précisé que lorsqu’il a été informé de la nouvelle, il était non seulement sous le choc, mais aussi profondément déçu.

Dans le but sans doute de se faire rassurant, M. Labeaume a envoyé un message bien clair devant les caméras et les microphones. « Ce qui s’est passé ne ressemble pas à Québec. Québec est une ville ouverte où tous et toutes doivent pouvoir vivre ensemble en sécurité et dans le respect », a-t-il lancé avec conviction.

Réaction en chaîne des politiciens québécois

Le ministre québécois des Affaires municipales, Martin Coiteux.
Le ministre québécois des Affaires municipales, Martin Coiteux.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, estime que le fait que l’enquête évalue la possibilité d’un crime haineux « ajoute une couche ».

« Un crime, c’est inacceptable, mais un crime haineux, c’est encore plus inacceptable. »

Et cela, parce que cela vise des gens qui ont une appartenance à une communauté, à une religion ou qui ont une couleur de peau particulière, a expliqué le ministre. « Le Québec qu’on veut tous est un Québec inclusif. »

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée
Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée © Radio-Canada

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a lui aussi dénoncé ce crime « inacceptable » en conférence de presse. « J’appelle tous les Québécois à être solidaires dans la dénonciation de cet acte de violence », a déclaré le chef.

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a vivement déploré les nombreux actes de haine qui ont visé le Centre culturel islamique de Québec. Elle croit que la montée de l’extrême droite au Québec est indéniable et dit craindre cette « spirale de la haine ».

« Cette accumulation d’incidents haineux envers la communauté musulmane de Québec dans les derniers mois est angoissante. Est-ce que je dois rappeler que cette même communauté a été victime d’un attentat ayant coûté la vie à six personnes pas plus tard qu’en janvier dernier? », a-t-elle écrit dans un communiqué.

Aide-mémoire…
Plusieurs événements à caractère haineux
Cet incident s’ajoute à plusieurs autres gestes à caractère haineux perpétrés à l’endroit de la communauté musulmane de Québec au fil des dernières années.
Le 14 juillet dernier, deux jours avant le vote sur le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire, un Coran déchiqueté avec un couteau accompagné d’un message haineux avait été déposé à la grande mosquée.
Le 19 juin 2016, une tête de porc avait été laissée par le groupuscule Québec identitaire devant l’une des entrées de ce lieu de culte. C’est aussi Québec identitaire qui avait installé des affiches haineuses sur les murs de trois mosquées de Québec en novembre 2014.
Le Centre culturel islamique a aussi été le théâtre de l’attentat survenu le 29 janvier dernier. Six hommes ont perdu la vie dans cette fusillade.

Des citoyens déposent des fleurs et des mots de solidarité à proximité du Centre culturel islamique de Québec pour exprimer leur soutien à la communauté musulmane.
Des citoyens déposent des fleurs et des mots de solidarité à proximité du Centre culturel islamique de Québec pour exprimer leur soutien à la communauté musulmane en janvier dernier. © Radio-Canada/Maxime Corneau

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Attentat à Québec : les identités des 6 victimes révélées – RCI 

Funérailles : des milliers rendent hommage à trois des victimes de l’attentat de Québec – RCI 

La Ville de Québec vend un terrain qui deviendra un cimetière au Centre culturel islamique de Québec – RCI 

La grande mosquée de Québec reçoit un colis haineux – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Incendie criminel du véhicule du président du Centre culturel islamique de Québec»
  1. Avatar Rene Albert dit :

    Et nos politiciens Quebecois essayent de fair accroire a tout le monde qu’il n’y a pas de racisme au Quebec…ils vivent sur une autre planete!!!