Photo Credit: ICI Radio-Canada

Pourquoi un médecin québécois voit-il de 20 à 25 % moins de patients que celui d’une autre province?

Share

Ce portrait du médecin québécois moins performant qui passe moins d’heures au bureau et qui voit moins de patients que ceux des autres provinces canadiennes, c’est l’Association médicale canadienne (AMC) qui le dessine.

En analysant les données d’un sondage pancanadien auquel ont participé plus de 7000 médecins, dont un peu moins de 1000 au Québec, on apprend que les médecins québécois qui offrent directement des soins disent voir seulement 64 patients par semaine, en moyenne.

Or, ce chiffre est de 80 en Ontario, de 82 en Colombie-Britannique et de 83 en Alberta. La moyenne canadienne est de 78.

Il ne s’agit pas d’un problème de paresse, mais d’organisation

Un Québécois sur quatre n’a pas de médecin de famille, une situation record au Canada.
Un Québécois sur quatre n’a pas de médecin de famille, un record au Canada. © Istock

La perte importante de productivité des médecins québécois serait due en bonne partie à des lacunes technologiques dans l’organisation de leur travail, notamment en ce qui concerne l’utilisation d’outils informatiques et électroniques qui sont soit déficients ou inexistants.

Certes, les médecins du Québec travaillent moins que les autres, soit 49 heures par semaine. Mais le plus grand facteur de baisse de production est le retard informatique dans le réseau de la santé.

Les médecins québécois doivent passer plus de temps qu’ailleurs à gérer ou à obtenir de l’information. Il y a aussi un problème de fiabilité du système informatique qui force les médecins à adopter des stratégies de contournement ou de duplication.

Lorsqu’on leur demande s’ils utilisent des dossiers électroniques pour saisir et consulter des données cliniques sur leurs patients, 77 % des médecins québécois répondent oui, alors que ce pourcentage est de 86 % en Ontario et de 87 % en Alberta.

Tout cela n’est pas de nature à régler le grand problème des Québécois qui doivent attendre des années avant de pouvoir avoir accès aux services d’un médecin de famille.

Écoutez

Aide-mémoire…
– Le gouvernement du Québec et son ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ont multiplié les réformes au cours des dernières années, notamment avec l’adoption de la loi 20, pour faciliter la prise en charge par un médecin de famille dans un délai de 30 à 90 jours.
– La Loi favorisant l’accès aux services de médecine de famille, adoptée en novembre 2015, prévoit augmenter la proportion de Québécois qui ont un médecin de famille de 70 % à 85 % d’ici 2018.
– Les médecins qui refuseront d’étendre substantiellement leur clientèle et d’accroître d’autant leur disponibilité en cabinet seront sanctionnés.

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette
Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette

RCI avec la contribution du Téléjournal, Cathy Senay, Michel Marsolais, Jérôme Bergeron, Catherine Lachaussée et Marie-­Lou St-Onge de Radio-Canada

En complément

Plus de médecins au pays en 2015; leur salaire moyen est resté inchangé à 339 000 $ – RCI 

Le système de santé doit être repensé, selon l’Association médicale canadienne – RCI 

La profession médicale au Québec est en bonne santé – RCI 

Share
Catégories : Internet et technologies, Santé
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*