Les changements seront en vigueur à compter du 1er janvier.

Les changements seront en vigueur à compter du 1er janvier.
Photo Credit: Radio-Canada/Marie-Ève Trudel

Acheter une maison sera encore plus difficile même pour les acheteurs sans grande hypothèque

Share

De nouvelles règles hypothécaires dévoilées par l’autorité réglementaire des banques du Canada visent à prémunir le marché immobilier canadien du choc d’une hausse des taux d’intérêt.

Les nouvelles lignes directrices sur les prêts hypothécaires résidentiels tiennent notamment compte de simulations de crise pour les acheteurs qui n’ont pas besoin d’assurance hypothécaire.

Ces acheteurs qui ne sont pas obligés de contracter une assurance hypothécaire – parce qu’ils ont effectué une mise de fonds d’au moins 20 % sur le prix total de leur achat – devront dès janvier prouver qu’ils pourront continuer à effectuer leurs paiements si les taux d’intérêt devaient augmenter.

Ces acheteurs potentiels devront prouver qu’ils peuvent acquitter leur hypothèque non assurée à un taux hypothécaire majoré de deux points de pourcentage de plus que le taux d’intérêt de la Banque du Canada au moment de l’achat.

Les autres changements en vigueur le 1er janvier 2018 comprennent des restrictions sur la mise en commun entre conjoints d’un prêt hypothécaire. On veut éviter que les institutions financières contournent les règles sur la limite de quantité d’argent qu’elles peuvent prêter pour l’achat d’une propriété.

Aide-mémoire…
– Depuis la dernière élection, le gouvernement fédéral canadien est intervenu à deux reprises pour ralentir les marchés immobiliers, en particulier à Vancouver et à Toronto.
– Ces interventions comprennent un dépôt minimum dorénavant de 10 % pour l’achat d’une propriété au Canada de plus de 500 000 $ ainsi que des tests plus rigoureux pour s’assurer que les acheteurs pourront toujours s’acquitter de leur hypothèque au cas où leurs revenus déclineraient ou que les taux d’intérêt augmenteraient.

Les Canadiens ont été consultés et maintenant ils sont avertis

Les nouvelles mesures annoncées constituent la version finale de ce qu’avait proposé le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) en juillet dernier en marge d’une consultation publique.

Ces changements proposés ont été critiqués parce qu’ils pourraient faire croître les coûts et limiter l’accessibilité aux hypothèques pour certains acheteurs.

Le BSIF en a tenu compte en modifiant le calcul du taux admissible pour les hypothèques non assurées pour répondre aux inquiétudes voulant que le recours au taux contractuel majoré de deux points de pourcentage puisse encourager les emprunteurs à chercher à obtenir des hypothèques de plus courtes durées.

Les changements seront en vigueur à compter du 1er janvier indique le BSIF.

Une montée des taux d’intérêt qui bouscule les finances personnelles des Québécois

La Banque du Canada a haussé son taux d’intérêt directeur à deux reprises ces derniers mois, pour le porter à 1 %.

Une étude récente du Mouvement Desjardins indique que jusqu’à 40 000 ménages québécois dépasseraient le seuil critique du niveau d’endettement advenant que le taux directeur de la Banque du Canada soit de 3 ou 5 % à la fin de 2021.

Cela signifie que leur ratio du service de la dette (RSD) – qui tient compte des obligations financières liées au remboursement des emprunts en fonction du revenu brut – excéderait alors 40 %.

Découvrez :
Effondrement des ventes de maisons à Toronto de plus de 40 % 

Les ventes de maisons ont plongé de 40,4 % en juillet à Toronto, comparativement à juillet 2016, a annoncé jeudi le service immobilier MLS. Photo Credit: Radio-Canada

Les ventes de maisons ont plongé de 40,4 % en juillet à Toronto, comparativement à juillet 2016, a annoncé jeudi le service immobilier MLS. Photo Credit: Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Effet domino sur les Montréalais d’une taxe immobilière sur les étrangers à Toronto? – RCI 

L’Ontario réfléchit à une taxe foncière spéciale pour freiner les acheteurs immobiliers étrangers – RCI 

Repousser les acheteurs notamment chinois avec une surtaxe immobilière – RCI 

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Économie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “Acheter une maison sera encore plus difficile même pour les acheteurs sans grande hypothèque
  1. Avatar Bruno dit :

    Ce resserrement prévu affectera les gens qui avaient prévue refinancer leur maison pour payer leur dettes. Certains foyers vont se retrouver dans le pétrin suite à cette nouvelle reglementation…

  2. Avatar Marc dit :

    De quoi je me mèle?

    Si les gens veulent se mettre dans le trouble et s’acheter une maison à la limite de leur capacité c’est leur problème.

    Personnellement, j ai une compagnie et je ne me verse que très peu de dividende aux yeux des banques je serai à risque car il ne regarde que mon ‘salaire’ alors que j’ai amplement les capacité de payer.

    Cette nouvelle règle va me nuire sans le vouloir…

  3. Avatar Daniel Dagenais dit :

    Par cette mesure, le gouvernement vient diminuer le pouvoir d’achat de près de 20% de tous les acheteurs, mais aussi pour les refinancement.
    Cette décision force l’acheteur a investir dans une propriété ayant beaucoup moins de valeur et vient ainsi affecter sa qualité de vie et son potentiel de plus value de 20%!!! Ainsi il peut se qualifier par exemple pour une maison de $298,000 plutôt que $373,000 pour satisfaire le ratio du gouvernement et ainsi protéger les banques, ou forcer l’usage d’une assurance prêt (offerte par la SCHL/gouvernement, avec des primes d’assurances très élevées). TOUT A FAIT INNACEPTABLE!!!