En parvenant à cacher les effets du sucre sur la santé, notamment en accusant le gras, l'industrie du sucre a influencé les politiques de santé publique.

En parvenant à cacher les effets du sucre sur la santé, notamment en accusant le gras, l'industrie du sucre a influencé les politiques de santé publique.
Photo Credit: iStock

Complot de l’industrie nord-américaine du sucre ciblant nos aliments

Share

Peu importe où nous sommes nés, Canada, Inde, Chili, ou Italie, nous aimons tous le sucre dès notre naissance. Mais quand notre culture, nos médias et nos entreprises de l’alimentation s’en mêlent, souvent à notre insu depuis des générations, notre consommation de sucre finit par atteindre des niveaux records.

Les Canadiens de souche ont grandi avec cette certitude que le sucre à sa place, des repas aux collations. Les jus de fruits, les boissons gazeuses et les desserts tout particulièrement occupent souvent l’avant-plan sur nos tables.

En 100 ans, la consommation annuelle de sucre est passée de 5 kg à 40 kg par habitant au Canada, de sorte que nous en consommons trois fois plus que ce qui est recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Au sommet de la consommation se trouve le Brésil, avec 39 cuillères à thé de sucre par personne par jour. Le Canada arrive au 50e rang avec ses 22 cuillères à thé. Les Israéliens (38 cuillères à thé), les Australiens (31), les Mexicains (25), les Européens (25) et les Russes (24) consomment tous plus de sucre que les Canadiens, pour ne nommer que ceux-là.

Consommation du sucre dans le monde

La présence insidieuse du sucre serait liée à un complot datant de 55 ans

L’industrie alimentaire le glisse et le mélange à tout. On retrouve même du sucre dans le sel de table de plusieurs grandes marques canadiennes. Pas moins de 80 % des aliments transformés vendus en épicerie au Canada contiennent du sucre sous une forme ou une autre.

L’abondance du sucre dans nos aliments serait en fait le fruit d’un complot. Il y a un an, on apprenait que l’industrie du sucre a essayé de cacher les effets de ses produits sur la santé en payant des scientifiques pour mettre en doute certaines recherches. C’est ce que révélait des documents internes qui ont fait l’objet d’une publication de l’American Medical Association’s Journal of Internal Medicine.

Au milieu des années 1960, en payant des scientifiques reconnus, l’industrie sucrière en Amérique du Nord a tenté de minimiser la nocivité du sucre, notamment en ce qui concerne son lien avec les maladies cardiovasculaires. Cette industrie utilisait la même stratégie que les entreprises de tabac. Elle a embauché des professionnels de la santé et financé des recherches scientifiques qui faisaient porter le blâme de l’obésité sur la sédentarité, entre autres.

On a montré par exemple que Coca-Cola était derrière l’organisme Global Energy Balance Network, une fondation dirigée par un réputé chercheur américain qui niait l’impact des boissons sucrées sur la santé.

Écoutez

L’affinité particulière des Canadiens pour des boissons sucrées

L’industrie vend au Québec, depuis des générations, son Coca-Cola ou son Pepsi en parlant de « boissons gazeuses ». Au Canada anglais, on lui donne le joli et inoffensif nom de « pop ». Dans les faits, on y trouve surtout du sucre.

Une étude publiée cette année par l’Université de Waterloo, en Ontario, signale qu’en raison d’une trop forte consommation de ces boissons sucrées, les Canadiens s’exposent à des conséquences dévastatrices pour leur santé, tout comme l’ensemble du réseau de la santé.

L’étude prévoit que, d’ici 25 ans, ces boissons devraient coûter plus de 50 milliards de dollars au système de santé et provoquer des maladies entraînant plus de 63 000 décès.

La recherche estime que la consommation de boissons sucrées au Canada sera liée à plus de 3 millions de cas d’obésité, à près de 1 million de cas de diabète de type 2, à près de 300 000 cas de cardiopathie ischémique, à plus de 100 000 cas de cancer et à près de 40 000 accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Le saviez-vous?
- En 2015, les Canadiens ont chacun acheté en moyenne 444 millilitres de boissons sucrées quotidiennement, soit l'équivalent d'une canette de soda par jour, tous les jours.
- Cette consommation était de 578 millilitres chez les jeunes, ce qui représente jusqu'à 16 cuillères à thé de sucre, une quantité qui dépasse largement l'apport maximal quotidien recommandé.

Même le jus d’orange non sucré n’est pas bon pour la santé

Il y a bien plus de sucre dans un jus que dans un fruit. Le jus de raisin contient jusqu’à neuf cuillères à café de sucre par portion. Pour consommer la même quantité de sucre, il faudrait manger 100 raisins.

Même les jus sans sucre ajouté pourraient ne pas correspondre à une alimentation saine. Des chercheurs de l’Université de Toronto viennent d’étudier plus de 3000 produits alimentaires et des boissons qui peuvent encore contenir des niveaux de sucre jugés trop élevés par l’OMS.

L’équipe a analysé des poudings, yaourts, céréales, boissons aux fruits et vinaigrettes. Plus de 630 d’entre eux avaient au moins une référence au sucre. Elle conclut que les mentions « sucre ajouté » et « réduit en sucre » sont déroutantes ou trompeuses pour les consommateurs.

Vidéo de Radio-Canada sur le contenu en sucre dans nos supermarchés – 0:59

RCI avec les informations de Lauren Pelly de CBC et la contribution de Catherine Lefebvre, Philippe Leblanc, et Michel Désautels de Radio-Canada

En complément

Des muffins plus sucrés que santé – Radio-Canada 

Où consomme-t-on le plus de sucre dans le monde? – Radio-Canada 

Vivre sans sucre ajouté pendant un an – Radio-Canada 

Foods with ‘no added sugar’ might not add up to healthy eating – CBC 

Share
Catégories : Économie, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Complot de l’industrie nord-américaine du sucre ciblant nos aliments
  1. Avatar Gillet Stephane dit :

    Sans oublier que la stéatose hépatique n’était pas répertorié avant les années 80 alors qu’elle touche 30% de la population américaine.

  2. Avatar serge dit :

    Je suis convaincu que certaines normes relèvent de cette pression des industriels du sucre. Par exemple la confiture doit être composée de 50% de sucre !!!