Pain blanc tranché

Pain blanc tranché
Photo Credit: Radio-Canada

Au moins sept entreprises ciblées par l’enquête sur la fixation des prix du pain

Share

Selon des documents de cours, il appert que l’enquête menée par le Bureau canadien de la concurrence pour fixation illégale du prix du pain vise un plus grand nombre d’entreprises que le petit groupe nommé publiquement pour la première fois en octobre dernier, au moment de perquisitions policières.

L’enquête du Bureau de la concurrence au sujet d’un présumé stratagème de fixation des prix du pain viserait donc au moins sept entreprises, de boulangeries grossistes aux chaînes à bas prix en passant par les trois grands épiciers du pays, révèlent les documents de cour.

Selon des déclarations sous serment, le Bureau de la concurrence enquête aussi sur l’implication présumée, en plus de George Weston et des Compagnies Loblaw, de Canada Bread, Walmart, Sobeys, Metro et Tigre géant, ainsi que « d’autres personnes connues et inconnues ».

Aide-mémoire
George Weston et les Compagnies Loblaw ont admis plus tôt cette semaine que certains de leurs employés ont participé à un stratagème de fixation des prix du pain de 2001 à 2015 et elles ont révélé avoir averti le Bureau de la concurrence lorsqu’elles ont découvert l’existence de ces manœuvres.
En signe de mea culpa, Loblaw a annoncé qu’elle offrira à ses clients admissibles qui s’enregistrent en ligne une carte de 25 $, qui peut être utilisée pour l’achat d’articles vendus dans des supermarchés Loblaw partout au Canada.
Cliquez ici pour connaître les détails de cette offre et obtenir un bon de remboursement.

Une enquête élargie le 23 octobre et qui avait débuté le 11 août dernier

On apprend dans les documents de cours que les mandats de perquisition et l’information utilisée pour les obtenir étaient sous scellés parce que le groupe de réglementation fédérale craignait que leur divulgation ne compromette son enquête.

Cependant, des déclarations sous serment faites par un enquêteur du Bureau de la concurrence ont été libérées de ces restrictions cette semaine.

« Le Bureau recueille des faits pour déterminer la période précise du stratagème allégué, et ses participants », affirmait ainsi Simon Bessette, un officier de police judiciaire de la concurrence, dans une déclaration sous serment datant du 26 octobre.

« Si les détails de l’enquête en cours du Bureau étaient rendus publics, l’intégrité de la preuve disponible par l’entremise de nouvelles étapes d’enquête et/ou d’autorisations de la cour pourrait être compromise », a écrit M. Bessette.

Le saviez-vous?
Dans une déclaration publiée mardi, le géant québécois de l’alimentation Metro indiquait qu’elle continuait à coopérer avec les autorités et qu’elle avait lancé sa propre enquête interne.
Sobeys, Canada Bread et Walmart Canada ont aussi dit qu’elles coopéraient avec les autorités. Lisez la suite…

Une tranche de pain Photo Credit: iStock

Une tranche de pain Photo Credit: iStock

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Perquisitions dans des supermarchés canadiens pour fixation des prix du pain – RCI 

Les Québécois vont bénéficier de quelques gouttes de réduction des prix des vins – RCI 

Le cartel québécois du sirop d’érable doit être aboli par Ottawa – RCI 

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*