Kang Kyung-wha, ministre des affaires étrangères de la Corée du Sud, le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson, et la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.PHOTO REUTERS

La ministre sud-coréenne des Affaires étrangères, Kang Kyung-wha, ministre des affaires étrangères de la Corée du Sud, le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson, et la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.PHOTO REUTERS

L’armée américaine prépare une guerre avec la Corée du Nord pendant qu’au Canada on tente de l’éviter

Share

Prévenir la guerre en la préparant ou prévenir la guerre en négociant une solution diplomatique. Les États-Unis et le Canada semblaient mardi développer des stratégies bien différentes pour tenter de composer avec la menace nucléaire coréenne.

Mac Thornberry
Mac Thornberry © Manuel Balce Ceneta

D’abord, on apprenait mardi que l’armée américaine se prépare « très sérieusement » à une possible guerre avec la Corée du Nord tout en espérant que ces préparatifs ne soient pas mis en pratique, selon le témoignage devant quelques journalistes d’un élu républicain, Mac Thornberry, qui préside la commission des forces armées de la Chambre des représentants.

«L’administration examine très sérieusement les options militaires qui pourraient entrer en jeu en ce qui concerne la Corée du Nord. Les entraînements sont très sérieux », a-t-il ajouté.

Le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis a insisté à plusieurs reprises sur le fait que les efforts en vue de régler la crise nord-coréenne devaient être avant tout diplomatiques, tout en ajoutant que le Pentagone devait toujours se préparer à toute éventualité.

Faite de la diplomatie, pas la guerre

Chrystia Freeland
Chrystia Freeland © PC/JONATHAN HAYWARD

Une solution diplomatique est possible avec la Corée du Nord, indiquait mardi la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, alors que les ministres des Affaires étrangères d’une vingtaine de pays étaient réunis à Vancouver pour discuter de l’application rigoureuse des sanctions contre Pyongyang.

En point de presse au terme de la rencontre, la ministre a dit croire « absolument qu’une solution diplomatique est possible et nécessaire », et a soutenu que les représentants d’une vingtaine de pays à Vancouver avaient exprimé la même vision de choses.

Mme Freeland a déclaré que les sanctions commençaient à porter leurs fruits, et que la meilleure chose pour la suite était de s’assurer qu’elles sont « totalement implantées ».

Pour contribuer à renforcer l’application des sanctions, Mme Freeland a affirmé que le gouvernement du Canada avait réservé 3,2 millions de dollars pour aider d’autres pays dans la formation et certains aspects techniques, ajoutant que l’enjeu des sanctions serait abordé également durant le sommet du G7 dans Charlevoix.

Le gouvernement canadien a fait face à des critiques pour ne pas avoir invité la Chine et la Russie à cette rencontre, qui a réuni principalement des ministres de pays ayant soutenu les forces des Nations unies pendant la guerre de Corée il y a plus de 50 ans.

Le numéro un de la diplomatie américaine vise une dénucléarisation

Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson, qui organisait le sommet avec Mme Freeland, a appelé la Chine et la Russie à appliquer de façon rigoureuse les sanctions de l’ONU contre la Corée du Nord.

Il a cependant fait valoir qu’il ne pouvait pas y avoir de solution diplomatique sans dénucléarisation de la péninsule coréenne.

« Nous pouvons faire progresser nos efforts diplomatiques et nous préparer à des discussions, mais la Corée du Nord n’a pas encore démontré qu’elle était une partenaire fiable […] La Corée du Nord sait que nos canaux sont ouverts. », a dit M. Tillerson.

Le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson.  Rex Tillerson. Les États-Unis et leurs alliés étaient réunis mardi à Vancouver au Canada pour tenter de durcir les sanctions contre Pyongyang, une réunion sans la Chine ni la Russie que Pékin et Moscou ont d'ores et déjà remise en cause.
Le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson.  Rex Tillerson. Les États-Unis et leurs alliés étaient réunis mardi à Vancouver au Canada pour tenter de durcir les sanctions contre Pyongyang, une réunion sans la Chine ni la Russie que Pékin et Moscou ont d’ores et déjà remise en cause. © PHOTO ARCHIVES AP

L’ONU souhaite éviter toute confrontation

Antonio Guterres
Antonio Guterres

Une guerre avec la Corée du Nord est évitable, a affirmé mardi le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, qui a salué les récentes initiatives de Séoul et de Pyongyang pour apaiser les tensions.

Il a estimé qu’il y avait de « petits signes d’espoir » avec la remise en service du téléphone rouge intercoréen et les Jeux olympiques de Pyeongchang, auxquels la Corée du Nord a accepté de participer.

« Je ne suis pas certain que la paix soit garantie », a ajouté M. Gutteres.

Kim Jong-Un s’entretient avec des haut-gradés de son armée.PHOTO ARCHIVES AGENCE KCNA/AFP
Kim Jong-Un s’entretient avec des haut-gradés de son armée.PHOTO ARCHIVES AGENCE KCNA/AFP

RCI avec La Presse canadienne et l’Agence France-Presse

En complément

Corée du Nord aux Jeux olympiques : Pékin déclare le sommet de Vancouver inutile – RCI

La Corée du Nord « représente une menace réelle », selon Justin Trudeau – RCI

Une délégation canadienne en Corée du Nord vient d’y faire libérer un pasteur – RCI

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*