CRJ-900

CRJ-900
Photo Credit: Datacraft Co Ltd

Détente canado-iranienne? Téhéran serait prête à acheter 10 avions à Bombardier

Share

Le quotidien économique iranien anglophone Financial Tribune rapporte que deux ans après les premiers efforts d’Ottawa pour renouer progressivement les relations diplomatiques entre les deux pays, rompues depuis 2012 par l’ancien premier ministre Stephen Harper, Bombardier s’apprêterait finalement à décrocher en Iran une première commande portant sur 10 avions régionaux CRJ900.

La commande fait partie d’une initiative pour lancer une nouvelle compagnie aérienne appelée «Fly Qeshm» pour promouvoir le tourisme dans le sud de l’île de Qeshm. (Voir carte)

Selon le Financial Tribune, Bombardier a présenté un projet de contrat pour 10 avions régionaux CRJ900 NextGen de 104 places à l’organisation iranienne Qeshm Free Area pour examen. Le quotidien cite Reza Baqerinejad, PDG de Qeshm Investment and Development Company, qui précise que le contrat final sera officiellement dévoilé dans un mois.

Les livraisons devraient commencer 10 mois après le dévoilement de l’accord, a indiqué M. Baqerinejad. Bombardier devrait livrer deux avions tous les trois mois.

L’entente de Bombardier avec Fly Qeshm ne se limite pas à l’achat de biréacteurs régionaux, car le contrat comprendrait des services d’entretien et de réparation, de la formation et des pièces.

Aide-mémoire…
Le Canada avance l’argent
L’été dernier, le Canada avait révélé avoir accepté de fournir 100 millions de dollars pour financer un accord éventuel entre la multinationale aérospatiale canadienne et l’organisation Qeshm Free Zone d’Iran pour l’achat de 10 avions de passagers.

Le rapprochement en coulisse entre le Canada et l’Iran

Ancienne ambassade d'Iran dans la ville d'Ottawa.
Ancienne ambassade d’Iran dans la ville d’Ottawa. © PC/Fred Chartrand

Le gouvernement canadien de Justin Trudeau a dépêché l’automne dernier en sol iranien, pour la deuxième fois depuis son élection il y a un peu plus de deux ans, une délégation diplomatique dans l’espoir de réchauffer l’une des pires relations que le pays entretienne avec une autre nation.

Dans une note de service destinée à la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, obtenue par La Presse canadienne grâce à la Loi sur l’accès à l’information, on apprenait en novembre dernier que cinq fonctionnaires d’Affaires mondiales Canada s’étaient rendus à Téhéran, du 14 au 17 octobre, afin d’y rencontrer des responsables de niveau supérieur au ministère iranien des Affaires étrangères.

Lors de ces entretiens secrets, les Canadiens ont abordé des questions liées aux droits de la personne et discuté d’avoirs iraniens saisis par le Canada, comme l’immeuble de l’ancienne ambassade d’Iran à Ottawa.

Cette mission diplomatique, que l’hebdomadaire spécialisé en politique fédérale The Hill Times a été le premier à rapporter dans son édition du 1er novembre, s’inscrit dans la volonté du gouvernement libéral de se réengager avec la puissance nucléaire, et éventuellement de rouvrir l’ambassade canadienne en Iran.

Le Canada a rompu ses liens diplomatiques avec l’Iran en septembre 2012. Le gouvernement de Stephen Harper avait alors ordonné la fermeture de l’ambassade et l’expulsion de tous les diplomates iraniens en poste au Canada.

Tous les pays du G20 et de l’OTAN, sauf les États-Unis, le Canada et l’Arabie saoudite, ont aujourd’hui une présence diplomatique à Téhéran.

RCI avec La Presse canadienne

En complément

Liaisons aériennes possibles entre le Canada et l’Iran ? – RCI 

Canada : Levée partielle des sanctions économiques contre l’Iran – RCI 

Pourquoi le Canada doit renouer ses relations avec l’Iran – RCI 

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*