Le mois de mars marque le mois de sensibilisation contre le cancer colorectal au Canada. Photo : Istock

Le cancer colorectal, 2e tueur de sa catégorie, n’épargne pas les jeunes

Share

 Le cancer colorectal fait partie des principales causes de décès liés au cancer au Canada. Il semble déjouer tous les pronostics qui le confinaient dans la catégorie de maladie de personnes de 50 ans et plus. Aujourd’hui, il sévit tout aussi dangereusement au sein des populations plus jeunes. Cette situation suscite une mobilisation tous azimuts à l’occasion du mois de sensibilisation qui sera lancée le 1er mars, à l’initiative de Cancer colorectal Canada, avec comme thème : Jamais trop jeune. 

Des défis énormes pour les familles

Le cancer colorectal, comme la plupart des maladies de cette catégorie, représente pour les personnes qui y font face ainsi que pour leurs familles un véritable fardeau.

Cette maladie, classée comme 2e cause de mortalité de tous les cancers au Canada, n’épargne personne.

Jadis considéré comme la maladie des hommes et femmes de 50 ans et plus, ce cancer fait de plus en plus de victimes au sein des 20 à 39 ans.

Les chiffres sur les ravages de ce cancer donnent froid dans le dos. Selon Cancer colorectal Canada, 1 homme sur 12 et 1 femme sur 14 sont susceptibles d’être touchés par cette maladie au cours de leur vie.

Pour la seule année dernière, ce cancer a été diagnostiqué chez 26 800 Canadiens, et il a malheureusement soufflé la vie à 9400 d’entre eux.

Le saviez-vous?
  • Le cancer colorectal est également connu sous le nom de cancer de l'intestin ou de cancer du côlon
  • Il désigne une croissance cellulaire anormale dans le côlon (l'intestin) et le rectum.
  • Ces cellules anormales peuvent se développer pour devenir des polypes, c'est-à-dire des tumeurs bénignes (non cancéreuses).
  • Les polypes ne se transforment pas tous en cancer colorectal, mais le cancer colorectal est presque toujours causé par un polype.
  • À l'heure actuelle, le diagnostic de cancer colorectal se fonde sur des tests très invasifs et sur des évaluations subjectives qui incluent la coloscopie. Elle est la technique de référence pour dépister ce cancer.
  • C'est une méthode invasive, qui consiste à insérer une sonde flexible dans l'intestin pour observer s'il y a des excroissances ou des tissus anormaux qu'on appelle polypes.
  • Le fait de connaître des biomarqueurs génétiques améliorera la méthode de diagnostic et pourrait contribuer à éviter les résultats erronés, qui se produisent dans 10 % à 15 % des endoscopies.

Selon Action Cancer Ontario, il y a un certain laxisme au sein de la population. Ainsi, très peu de gens subissent un dépistage, surtout les hommes. Cela malgré une campagne de sensibilisation intensive. Photo Istock

Vaincre le monstre grâce à la prévention, au diagnostic et au traitement

Le monde de la recherche est convaincu de venir un jour à bout de cette maladie qui ne cesse d’étendre ses tentacules dans la société.

Cancer colorectal Canada met de l’avant la prévention qui permet d’éviter ce cancer par l’adoption de saines habitudes de vie. Et même si ce mal est hautement ravageur, il n’est pas pour autant invincible. Une détection précoce permet de le traiter, voire de le guérir.

 Lorsque la maladie est diagnostiquée à temps, son taux de guérison atteint 90 %. Les symptômes sont entre autres : la présence des traces de sang dans les selles, des crampes au niveau de l’abdomen, des nausées récurrentes, des vomissements, une forte sensation de fatigue et une perte de poids subite.

Plusieurs options thérapeutiques sont proposées. Certains des traitements permettent d’améliorer la qualité de vie des malades et de la prolonger.

D’autres encore, qui ont le potentiel de révolutionner la façon dont nous abordons cette maladie, sont présentement évalués dans le cadre d’essais cliniques. Des immunothérapies permettent à certaines personnes souffrant d’un cancer colorectal d’espérer, alors qu’aucun espoir ne leur était permis auparavant. Plus que jamais, je suis optimiste quant à notre capacité à prolonger des vies et, éventuellement, à trouver un remède à ce cancer. » Barry D. Stein, le président de Cancer colorectal Canada.
Écoutez

À lire aussi :

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*