Photo: LOIC VENANCE/AFP/Getty Images)

Googler et payer : Google veut avoir une commission pour des achats sur Internet

Google veut faire chanter ses caisses en demandant des commissions sur les ventes sur Internet. Le moteur de recherche, qui reçoit des millions de requêtes d’informations sur des produits et service, se voit coiffer par le sérieux rival Amazon qui capte l’essentiel des revenus du commerce électronique.

Google a lancé Shopping Actions, un nouveau programme qui permet aux vendeurs de mettre en avant leurs produits à la fois sur le moteur de recherche, sur son service de vente Google Express et sur les haut-parleurs intelligents comme Google Home.

Google sera rémunéré par une commission sur chaque vente réalisée. La valeur de cette prime n’a pas été précisée. Elle sera déterminée en fonction du volume de ventes.

Ces résultats de recherches seront affichés sous les annonces d’achats sponsorisés en haut de la page des résultats de recherche sur Google. Est-ce que les résultats de recherches organiques seront désavantagés et relégués en bas de la page? Non, rétorque Google.

Les cybercommerçants qui utiliseront le service Shopping Actions vont probablement repasser cette commission à leurs clients.

Où est ce que je peux acheter ça ?

Les internautes effectuent sur Google des dizaines de millions de recherches et échangent des images sur des produits et services qu’ils veulent acheter. Ils posent notamment les questions suivantes : « Où est-ce que je pourrais acheter ça? » « Où est-ce que je pourrais trouver un tel produit », « Comment puis-je l’acheter », a précisé à l’agence Reuters, Daniel Alerge, président de la division commerce électronique à Google.

Ce boom de requête, dont une bonne partie se réalise sur le mobile (une augmentation de 85 % durant les deux dernières années), se matérialise principalement par un achat sur Amazon, constate le dirigeant de Google. Ce qui à la fois pénalise les importants partenaires en commerce électronique du moteur de recherche comme Walmart et Target d’un côté et les centaines de milliers d’annonceurs des PME, source de revenus substantiels pour Google d’un autre côté.

Google propose alors, à travers Shopping Actions, aux commerçants en ligne, une « part efficace » pour contrer l’hégémonie d’Amazon sur le commerce électronique. Mais qu’est-ce que Shopping Actions rapporte de nouveau par rapport aux régies publicitaires existantes de Google, AdWords et AdSense?

C’est une offre de publicité multiplateforme et intégrée (ordinateur, mobile, assistants intelligents) qui mise surtout sur le florissant marché des haut-parleurs intelligents. La firme canadienne RBC Capital Market estime que l’assistant intelligent Alexa rapportera à Amazon 13 milliards de dollars en 2020.

Amazon.ca. Photo : istock

Les commandes vocales sont le nouveau champ de bataille des géants du commerce électronique. Amazon possède dans ce domaine une longueur d’avance sur ses concurrents, dont Google. Ce dernier essaye de les rattraper, notamment par l’entreprise de Shopping Actions.

Google, qui vient d’être détrôné par Amazon de la deuxième position de la compagnie la mieux capitalisée en bourse, multipliera les tentatives comme Shopping Actions pour répondre à l’expansion de la compagnie de Jeff Bezos.

Zoubeir Jazi

Catégories : Internet et technologies, Web et Nouvelles technologies
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.