Photo: Spencer Platt Getty Images Agence France-Presse Tesla a commercialisé au Canada des modèles de voiture dotés de programmes pouvant permettre une conduite quasi autonome.

Photo: Spencer Platt Getty Images Agence France-Presse Tesla a commercialisé au Canada des modèles de voiture dotés de programmes pouvant permettre une conduite quasi autonome.

L’humain ou la machine? Dans une auto sans conducteur, qui sera responsable de la mort d’un piéton?

Share

Les voitures autonomes pourraient créer 35 000 emplois au Canada d’ici 2021. Une série d’entreprises principalement québécoises et ontariennes sont sur la ligne de départ, selon le Conseil des technologies de l’information et des communications (CTIC). 

Images de l'accident - Photo : ASP

Images de l’accident – Photo : ASP

La mort d’une piétonne en Arizona percuté par une auto d’Uber rappelle toutefois que la technologie n’est peut-être pas au point et que les lois au Canada ne sont pas adaptées à ce brave Nouveau Monde.

Si plusieurs États américains disposent de lois portant sur les tests et la circulation des voitures autonomes, au Canada et au Québec, l’encadrement se fait attendre. Pour l’instant, l’Ontario est la seule province qui a légiféré pour permettre les projets pilotes de voitures sans conducteur.

Tout l’aspect de la responsabilité lors d’un accident reste une zone grise d’un bout à l’autre du pays. Le Québec, par contre, s’apprêterait à agir dans ce domaine, dans le cadre de sa grande réforme du Code de la sécurité routière, qui doit être adoptée d’ici l’été.

Le conducteur pour le moment serait le seul et unique coupable au Canada

Le plus important cabinet d’avocats du pays, Borden Ladner Gervais, estime que tant que les véhicules dits autonomes seront munis d’un volant, les Canadiens devront pour le moment assumer toute la responsabilité d’un accident, sans pouvoir accuser l’informatique à bord.

En vertu du Code civil québécois et de la common law, au Canada, la conduite en mode semi-autonome équivaudrait finalement à utiliser le régulateur de vitesse automatique, déjà courant, conclut le rapport du cabinet d’avocats.

Puisque le conducteur a toujours la possibilité de « reprendre le contrôle » du véhicule, sa responsabilité juridique semble inchangée dans les cas de négligence criminelle ou de responsabilité civile, conclut le rapport.

Un accident qui ne déroute pas les promoteurs, mais qui va certainement les ralentir

Les véhicules autonomes de Google ont parcouru depuis 2009 plus de 8 millions de kilomètres sur des routes fréquentées par des piétons sans avoir causé d’accident mortel.

Toutefois, l’accident d’un véhicule Uber, équipée de technologies utilisée dans l’ensemble du secteur de la conduite autonome, a tué le 18 mars une passante sur une route de l’Arizona.

À la suite de cet accident, l’entreprise américaine a suspendu ses essais de conduite autonome qui étaient menés non seulement en Arizona et en Californie, mais aussi à Toronto au Canada.

Ce drame ravive les craintes entourant la technologie autonome censée, selon ses partisans, réduire le nombre d’accidents routiers.

Cette vidéo montre l’accident fatal de la voiture autonome d’Uber en Arizona

Sur ces images, publiés par les services policiers, seuls les pieds de la passante sont d’abord visibles dans les phares du véhicule placé en mode autonome sur une route mal éclairée.Une seconde et demie plus tard, c’est l’impact.

La victime de 49 ans est décédée à l’hôpital. La chef de la police de Tempe a néanmoins estimé mardi dernier qu’Uber n’était pas en tort, car la victime traversait en dehors des passages pour piétons.

Des spécialistes de la conduite autonome affirment que l’ordinateur de bord aurait dû détecter la victime à temps pour l’éviter.

Le saviez-vous?
Un sondage réalisé l’automne dernier pour le compte de la firme DesRosiers Automotive Consultants indique que près de la moitié des consommateurs canadiens font confiance aux véhicules autonomes pour se rendre à leur destination, mais que seulement 30 % d’entre eux remplaceraient leur véhicule actuel par une automobile qui se conduit elle-même.
C’est au Québec où les répondants ont montré le plus haut niveau de confiance, 56,8 %, suivi par ceux de l’Ontario, à 51 % et des provinces atlantiques à 50,1 %.

Photo : Getty Images / Olivier Le Moal

Photo : Getty Images / Olivier Le Moal

RCI avec la contribution d’Alain Gravel, Philippe Marcoux et d’Olivier Bachand de Radio-Canada

En complément

Le Canada et le Québec sont-ils prêts pour les voitures autonomes? – RCI

Les Canadiens ne sont pas encore prêts à céder le volant à une voiture autonome – RCI

Les voitures autonomes sauveraient aux Canadiens 65 milliards – RCI

Share
Catégories : Économie, International, Internet et technologies, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*