Catherine Tait à la tête de CBC/Radio-Canada Photo : Twitter

Catherine Tait à la tête de CBC/Radio-Canada Photo : Twitter

Pour la première fois, une femme sera à la tête de Radio-Canada et elle connaît bien la scène internationale

Share

Ceux qui ont côtoyé la productrice anglophone Catherine Tait la décrivent comme une personne visionnaire qui ne craint pas de prendre des risques et qui a une bonne connaissance de l’industrie tant sur la scène canadienne qu’internationale.

Selon les informations de Radio-Canada et de La Presse canadienne, c’est donc elle qui remplacera Hubert T. Lacroix comme PDG de CBC/Radio-Canada, une nomination devant être confirmée mardi par la ministre canadienne du Patrimoine, Mélanie Joly.

Catherine Tait, bien connue dans le milieu de la télévision et du cinéma, a été sélectionnée à partir d’une courte liste de candidats recommandés par un comité indépendant.

Mme Tait est surtout connue au Canada anglais pour avoir dirigé Salter Street Films, la maison de production qui a créé l’émission This Hour has 22 Minutes diffusée à CBC. Catherine Tait a par ailleurs travaillé à Téléfilm Canada et à l’Ambassade canadienne à Paris, où, selon le site de Duopoly, elle a occupé la fonction d’attachée culturelle.

À quoi s’attendre de Catherine Tait?

Cette femme d’affaires de 60 ans est aujourd’hui présidente de Duopoly, une entreprise qui produit du contenu numérique, télévisuel et cinématographique. Elle a travaillé autant au Canada qu’aux États-Unis et habite maintenant à New York.

Elle entrera en fonction en juillet pour remplacer l’actuel président-directeur général du diffuseur public, qui occupe ce poste depuis 2008. Il devait s’en aller le 31 décembre dernier, mais son mandat avait été renouvelé pour donner plus de temps au comité indépendant nommé par le gouvernement de faire ses recommandations.

Elle devra proposera des solutions qui permettront au diffuseur public de poursuivre sa transformation vers le virage numérique entamée il y a six ans, notamment à grand coup de mise à pied.

La nomination de Catherine Tait fait partie d’une série de décisions du gouvernement Trudeau pour renforcer le diffuseur public. La première a été d’augmenter son financement en 2016 de 675 millions de dollars sur cinq ans.

« C’est une des personnes les plus allumées que j’ai rencontrées ces dernières années, s’est exclamée l’ex-présidente de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), Monique Simard. Elle est très, très au fait des défis du numérique. »

 Le président-directeur général de CBC/Radio-Canada, Hubert Lacroix, en entrevue à Winnipeg au Manitoba lundi 28 septembre 2015. Photo Credit: ICI Radio-Canada


Le président-directeur général de CBC/Radio-Canada, Hubert Lacroix, en entrevue à Winnipeg au Manitoba le lundi 28 septembre 2015.
Photo Credit: ICI Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Réinvestissement dans CBC/Radio-Canada et la culture si Thomas Mulcair est élu – RCI 

Plus d’argent à Radio-Canada accélérera le virage numérique – RCI 

Parler de l’avenir à 70 ans! Le défi de Radio Canada International – RCI 

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*