Photo Credit: GI / Getty Images / xijian

La GRC participe au plus grand coup de filet international contre des pirates du web

Share

La Gendarmerie royale du Canada a exécuté un mandat de perquisition à Toronto dans le cadre d’une opération policière internationale qui a permis aux enquêteurs de neutraliser un site web établi comme la plus importante source mondiale d’attaques par saturation qui paralysent des sites en les bombardant de demandes.

L’enquête dirigée par des experts néerlandais et britanniques, en collaboration avec l’agence policière Europol et la GRC, a mené non seulement à une série d’arrestations, mais aussi à la saisie du site webstresser.org.

Selon Europol, webstresser.org comptait 136 000 abonnés responsables de quatre millions d’attaques contre des banques, des gouvernements, des forces policières et l’industrie du jeu.

Ce site permettait à n’importe qui de lancer de telles attaques, qui nécessitaient auparavant des connaissances informatiques importantes. Selon l’agence policière, les utilisateurs du site n’avaient qu’à débourser 15 euros (23 $ CA) pour perpétrer leur méfait.

Le site web a été saisi par l’Interpol grâce notament à la GRC…

Aide-mémoire…
Le Canada a ratifié en 2015 la Convention sur la cybercriminalité du Conseil de l’Europe, également connue sous le nom de « Convention de Budapest ».
La Convention de Budapest offre aux États signataires des outils juridiques susceptibles de les aider à enquêter sur la criminalité informatique et de poursuivre en justice les auteurs de ces crimes.
L’un des intérêts de la Convention de Budapest est qu’elle facilite la coopération des États sur la cybercriminalité, un phénomène qui transcende désormais les frontières nationales.

Une attaque informatique par saturation consiste à envoyer des milliers de messages depuis des dizaines d’ordinateurs, dans le but de submerger les serveurs d’une société, de paralyser pendant plusieurs heures son site web et d’en bloquer ainsi l’accès aux internautes. Photo Credit: GI / NurPhoto

Des arrestations au Canada et des saisies

Photo : Facebook

La GRC indique que l’enquête au Canada a commencé tardivement, en novembre 2017, à la suite d’une demande de collaboration du Royaume-Uni pour rassembler des preuves. Les enquêteurs britanniques avaient découvert un possible lien au Canada.

Des administrateurs du site ont été arrêtés mardi au Canada, au Royaume-Uni, en Croatie et en Serbie. Le service illégal a été neutralisé et des ordinateurs et autres infrastructures ont été saisis aux Pays-Bas, aux États-Unis et en Allemagne.

D’après les autorités policières de la Croatie, un jeune homme de 19 ans, identifié comme le propriétaire de webstresser.org, est détenu et accusé d’«actes criminels graves contre des systèmes informatiques, des programmes et des données». Des gestes passibles d’une à huit années d’emprisonnement.

Recommandé pour vous :
Réseau de pédophiles : 16 Canadiens arrêtés dans une opération planétaire 

La police de Toronto a révélé, ce mois-ci, plusieurs détails de l’enquête qui a commencé il y a quatre ans lorsque des enquêteurs britanniques ont découvert un réseau sur le web qui diffusait, enregistrait et distribuait des scènes montrant des enfants être sexuellement agressés.

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Record mondial : trois milliards d’identités volées et stockées sur un serveur québécois – RCI 

Les banques canadiennes interconnectées sont vulnérables aux cyberattaques – RCI 

Traquer de malicieux cybercriminels grâce à un prodige de l’informatique – RCI

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*