© iStock

Un toit, des amis et de bons choix de vie, la recette de la santé mentale

Share

Josée Parent a été nommée championne de la santé mentale dans la catégorie domaine communautaire (individuel) par l’Alliance canadienne pour la maladie mentale. Son projet bilingue Mon shack, mes choix, mon avenir! veut s’attaquer aux problèmes de logement des jeunes anglophones et francophones de 18 à 35 ans aux prises avec la maladie mentale en leur offrant un logement de transition sous supervision.  

Résultats de recherche d'images pour « mon shack mon choix mon avenir »Le projet :  18 logements (présentement en construction) sous supervision pour les 18-35 ans ayant à vivre avec un problème de santé mentale.

Le but : le rétablissement et le développement de l’autonomie. 

Les services offerts dans les unités résidentielles : 

  • des rencontres individuelles et de groupe;
  • des ateliers sous diverses formes avec la participation de la communauté (cuisine collective, estime de soi, expression, gestion de son budget);
  • un soutien personnalisé pour le développement de l’autonomie;
  • un milieu de vie inclusif, dynamique et sécuritaire;
  • un tremplin vers l’indépendance.

Les moyens : Mon shack, mes choix, mon avenir est un organisme de charité communautaire enregistré (fédéral et provincial). 

L’idée de cette bachelière multidisciplinaire en travail social, toxicomanie et psychologie n’est venue de nulle part. Travaillant comme coordonnatrice de projet dans un centre de prévention du suicide de la région, Josée Parent a pu constater non seulement la diversité des problèmes mentaux au sein de la population locale, mais aussi le manque de services pour répondre à ses particularités.

En entrevue avec Radio Canada International, Josée Parent expliqué que la région où elle vit, l’Estrie, a la plus forte proportion de cas de schizophrénie dans la province du Québec, ainsi qu’une importante population anglophone.

Mon shack, mes choix, mon avenir! est la première organisation de ce genre dans les Cantons de l’Est, comme on appelle aussi cette région du Québec.

Selon la Direction de la santé publique de l’Estrie, 1 % de sa population vit avec un diagnostic de schizophrénie, soit environ 3000 personnes. De plus, il s’agit d’un phénomène qui continue d’augmenter depuis 2005 et qui n’existe nulle part ailleurs dans la province.

Il est documenté que l’Estrie compte au moins 20 500 personnes dont la langue maternelle est l’anglais.

Ce qui n’est pas documenté, c’est la raison de la forte prévalence des personnes atteintes de troubles de la personnalité et de schizophrénie. Josée Parent évoque peut-être une possible migration des personnes ayant ces conditions des grands centres urbains à la recherche de la tranquillité offerte par la région, mais c’est une conjecture parce qu’il n’y a rien qui puisse l’expliquer scientifiquement.

Le projet de Josée Parent veut offrir un environnement sain aux personnes qui en ont besoin. Un espace où les interactions sociales et les habitudes de vie saine sont la norme. Elle est convaincue que cela est nécessaire pour trouver une vie meilleure, malgré la dépendance aux drogues ou à l’alcool ou les difficultés liées aux problèmes de santé mentale.

Selon Josée Parent, de nombreuses recherches scientifiques démontrent que la pauvreté, l’isolement et la stigmatisation sont les facteurs de risque les plus importants pour le développement ou la présence à long terme de problèmes de santé mentale. Voilà pourquoi à son avis, Mon shack, mes choix, mon avenir! est une option tout à fait valable pour essayer de trouver de meilleurs moyens de vivre avec la maladie mentale ou encore de la prévenir si l’on est à risque.

Les champions de la santé mentale 2018 de l'Alliance canadienne pour la maladie mentale dans toutes les catégories
  • LE PRIX SHARON JOHNSTON POUR LA JEUNESSE DES CHAMPIONS DE LA SANTÉ MENTALE : Kristin Legault-Donkers (London, ON)
  • MÉDIAS : Traci Melchor (Toronto, ON)
  • DOMAINE COMMUNAUTAIRE (INDIVIDUEL) : Josée Parent (Sherbrooke, QC)
  • DOMAINE COMMUNAUTAIRE (ORGANISME) : La British Columbia Aboriginal Network on Disability Society (Victoria, BC)
  • INNOVATION, CHERCHEUR OU CLINICIEN : Le Dr Stanley Kutcher (Halifax, NS)
  • DOMAINE PARLEMENTAIRE : Majid Jowhari, député (Richmond Hill, ON)
  • SANTÉ MENTALE EN MILIEU DE TRAVAIL : Linda Corkum (Halifax, NS)

Pour d’autres reportages de RCI sur la santé mentale : 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*