Photo : YouTube

Véhicules toujours pas autorisés sur les deux nouveaux traversiers reliant le Canada et la France

Share

La collectivité territoriale française de Saint-Pierre-et-Miquelon, située au large de la grande île canadienne de Terre-Neuve, et des milliers de touristes doivent prendre leur mal en patience.

La mise en service d’un nouveau super-traversier français, le SUROÎT, ne signifie pas, pour le moment, que des véhicules pourront pour la première fois de l’histoire effectuer des trajets en bateau entre le Canada et la France. Seuls les passagers à pieds seront autorisés.

On doit blâmer le Canada dans cette affaire et l’île de Terre-Neuve qui n’ont pas été en mesure, faute d’argent, d’améliorer les quais pour le déchargement des voitures et des camions. Il manquerait un peu moins de quatre millions de dollars pour exécuter les travaux.

Aide-mémoire…
Saint-Pierre-et-Miquelon est un archipel français d’Amérique du Nord situé dans l’océan Atlantique, à 25 km au sud seulement de l’île canadienne de Terre-Neuve.
L’archipel est composé de deux îles principales : Saint-Pierre, la plus petite, qui abrite 86 % de la population, ainsi que Miquelon, constituée de deux toutes petites presqu’îles reliées entre elles par un isthme de sable. D’autres îlots minuscules non habités font partie de l’archipel.
C’est la dernière parcelle de l’ancienne Nouvelle-France au Canada.

Deux navires qui devaient faire bondir le tourisme

Les deux navires français procurés au prix de plus de 50 millions de dollars doivent améliorer l’accessibilité du petit territoire français et ainsi faciliter le transport entre les îles et avec Terre-Neuve.

Avec un nombre plus important de voyages, une nouvelle liaison directe entre Miquelon et la municipalité de Fortune au Canada deux fois par semaine en saison estivale, Saint-Pierre-et-Miquelon mise beaucoup sur les nouveaux traversiers pour aider à la diversification de l’économie locale.

L’ancien traversier des îles françaises à Terre-Neuve était strictement un navire à passagers, mais les nouveaux traversiers de 55 mètres peuvent en principe transporter jusqu’à 15 véhicules et 3 camions-remorques chacun.

Le président du conseil territorial de Saint-Pierre-et-Miquelon, Stéphane Lenormand, était récemment à Terre-Neuve pour rencontrer des représentants de Fortune et de Saint-Jean et dénouer l’impasse.

« Nous sommes ici pour une raison simple. Depuis de nombreuses années, nous investissons massivement dans notre industrie touristique et nous voulons créer un partenariat avec Terre-Neuve-et-Labrador », avait-il déclaré.


Le territoire français de Saint-Pierre-et-Miquelon a dépensé des dizaines de millions de dollars pour deux nouveaux traversiers pouvant transporter des véhicules et leurs passagers en provenance de Terre-Neuve au Canada. (Frédéric Lahiton / SPM la 1ère)

RCI avec La Presse canadienne et CBC

En complément

St-Pierre-et-Miquelon : des archéologues canadiens découvrent les ruines d’une colonie anglaise – RCI 

Sur les routes du Canada — Premier arrêt : Terre-Neuve et Labrador – RCI 

À qui appartient le sous-sol marin autour de Saint-Pierre et Miquelon? – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Économie, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*