Conseil national des femmes À Rideau Hall, Ottawa, Ontario, octobre 1898. (WILLIAM JAMES TOPLEY. BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA)

24 mai 2018 – Cent ans du droit de vote des Canadiennes

Share

Le 24 mai 1918, le Canada adoptait la loi qui donnait aux femmes le droit de vote aux élections fédérales. Le premier ministre Justin Trudeau a fait aujourd’hui la déclaration suivante à l’occasion du 100e anniversaire de l’obtention du droit de vote des femmes aux élections fédérales :

« Le 100e anniversaire de l’obtention du droit de vote des femmes aux élections fédérales nous rappelle que nous sommes plus forts lorsque chacun d’entre nous, peu importe son identité de genre, peut participer de manière libre, pleine et égale à notre démocratie. Un siècle plus tard, le leadership des femmes continue de faire avancer le Canada. Aujourd’hui, c’est l’occasion de célébrer les réalisations des nombreuses femmes qui ont façonné notre pays. Pour rendre hommage à l’héritage qu’elles nous ont laissé, défendons la justice et l’égalité en veillant à ce que toutes les voix puissent se faire entendre. »Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le Manitoba, inspiré des dénonciations et actions de l’écrivaine Nellie McClung est la première à permettre, en janvier 1916, les droit de vote aux femmes dans le cadre des élections provinciales.

Ailleurs au pays, l’accès des femmes au droit de vote a varié selon les régions :

  • En mars 1916, la Saskatchewan a adopté à son tour une loi modifiant sa loi électorale
  • Le 19 avril 1916, l’Alberta en faisait autant afin d’accorder l’éligibilité et le droit de vote aux femmes.
  • Le Québec a été la dernière province à permettre aux femmes le droit de vote et de se porter candidates aux élections provinciales. Un projet de loi soutenu par le premier ministre de l’époque, Joseph-Adélard Godbout, a été adopté le 11 avril 1940 et la Loi accordant aux femmes le droit de vote et d’éligibilité a été sanctionnée deux semaines plus tard, le 25 avril.

Comment le droit de vote pour les femmes a été obtenu? 

Avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale, au Canada comme en Grande-Bretagne et aux États-Unis, les femmes ont commencé à demander une plus grande égalité puisqu’à l’époque elles n’avaient aucune manière de faire entendre leurs voix ou d’influencer les lois auxquelles elles étaient subordonnées. 

Les partisans du suffrage féminin ont formé le mouvement dit suffragiste et les femmes qui en faisaient partie étaient appelées les « suffragettes ». À cette époque-là, les suffragettes étaient mieux organisées, plus bruyantes et, par moments, plus dérangeantes que jamais lorsqu’elles protestaient contre l’inégalité dont elles étaient victimes.

McClung, Murphy et Jamieson Nellie McClung (à gauche), Emily Murphy (à droite) et Alice Jamieson (en mars 1916) sont les dirigeantes du mouvement féministe de l’Ouest canadien (avec la permission des City of Edmonton Archives/Encyclopédie canadienne).

À l’époque de la Grande Guerre, à mesure que les hommes partaient pour les champs de bataille, les femmes les remplaçaient efficacement dans tous les types d’emplois. L’écart entre les obligations des femmes et leurs droits est vite devenu évident.

C’est à ce moment, nous dit l’Encyclopédie canadienne, que le gouvernement déclare que les femmes ont obtenu le droit de vote grâce à leur effort de guerre.

Le 24 mai 1918, les citoyennes qui ne sont pas exclues en raison de leur race ou de leurs origines autochtones et qui sont âgées de 21 ans et plus obtiennent le droit de voter aux élections fédérales, sans égard à leur capacité à voter aux élections provinciales. En juillet 1919, ces femmes obtiennent le droit de se présenter comme candidates à la Chambre des communes […] L’Acte des élections fédérales, adopté en 1920, continue à refuser le droit de vote à ceux qui étaient déjà exclus en raison de leur race dans les élections provinciales (ce qui comprend les Japonais, les Chinois et les Sud-Asiatiques en Colombie-Britannique et les Chinois en Saskatchewan) et maintient l’exclusion des Inuits et de la plupart des Premières Nations.Extrait d'un article sur le sujet de l'Encyclopédie canadienne
Plusieurs événements sont organisés au pays pour souligner qu’il y a 100 ans, le 24 mai 1918, le Canada adoptait la Loi ayant pour objet de conférer le droit de suffrage aux femmes, qui donne aux Canadiennes le droit de vote aux élections fédérales. 
Avec les informations du bureau du Premier ministre, la Presse canadienne et de l'Encyclopédie canadienne. 
Share
Catégories : Histoire, Politique, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «24 mai 2018 – Cent ans du droit de vote des Canadiennes»
  1. Avatar MIREA Mariana dit :

    Bonjour,

    En ce jour de célébrations à 100 ans depuis l’obtention du droit de vote des femmes du Canada par l’adoption de cette loi fédérale, je rends hommages à ces braves femmes canadiennes qui nous ont précédé et nous inspirent aujourd’hui à continuer notre lutte pour obtenir la reconnaissance de tous les droits civiques comme citoyennes à part entière de notre société.

    BRAVO AUX SUFFRAGETTES D’ANTAN ET DE NOS JOURS!

    Bonne journée,
    Mme STOLERIU MIREA Marina
    Enseignante, mère de famille, citoyenne, militante pour le respect des droits humains, être humain de sexe féminin