Environ 700 000 Rohingya, qui sont des musulmans sunnites, ont quitté le Myanmar depuis le mois d'août afin d'échapper aux agressions de la majorité bouddhiste. Photo : Reuters/Mohammad Ponir Hossain

Crise humanitaire des Rohingyas : les femmes au centre de la stratégie d’aide du Canada

Share

Après un rapport dramatique sur la situation des milliers de réfugiés rohingyas qui ont fui le Myanmar pour échapper à la torture et à l’épuration ethnique, le Canada veut continuer à agir pour arriver à une paix durable dans la région. Le premier ministre Justin Trudeau a dévoilé une stratégie d’aide qui mise sur les plus vulnérables, les femmes et les filles. Celles-là mêmes qui ont subi la pire humiliation dans des viols et qui vivent dans des conditions de vie précaires depuis le déclenchement de la crise.

Répondre aux besoins des personnes déplacées et des plus vulnérables

La [...]grave crise humanitaire et sécuritaire au Myanmar est une tragédie mondiale qui a poussé plus de 717 000 Rohingyas à fuir leur foyer situé dans l'État de Rakhine et à trouver refuge au Bangladesh.

Après avoir épluché le rapport déposé par l’envoyé spécial d’Ottawa, Bob Rae, au terme de cinq séjours dans la région concernée (Myanmar et Bangladesh), le premier ministre du Canada annonce une aide supplémentaire de 300 millions de dollars sur trois ans, pour répondre aux besoins humanitaires.

Extrait du rapport de l'envoyé spécial du Canada au Myanmar
Avec l’arrivée au Bangladesh de plus de 671 000 réfugiés additionnels depuis le 25 août 2017, le nombre de Rohingyas déplacés vivant dans des camps au Bangladesh approche maintenant 1 million de personnes. Les camps sont surpeuplés, la population est traumatisée et la saison des pluies est imminente.

Les organismes des Nations unies ont lancé un appel conjoint afin de recueillir 950,8 millions de dollars américains américains pour la prochaine année. De plus, il pourrait encore y avoir quelque 450 000 Rohingyas dans le centre et le nord de l’État de Rakhine.

Leur situation est précaire. Bon nombre d’entre eux sont dans des camps pour personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDIP), alors que d’autres sont enfermés dans leur village, où l’approvisionnement en nourriture et l’accès à l’aide humanitaire internationale sont déficients. Cet état de fait exige une intervention de la communauté internationale et le Canada doit jouer un rôle de premier plan.

En chiffres la contribution du Canada depuis 2017

Une jeune réfugiée dans un camp de Rohingyas, près de Sittwe, en Birmanie. Photo Crédit : Reuters/Soe Zeya Tun

Le sort des femmes et des filles ayant été des plus préoccupants lors de ce qui est qualifié de « véritable tragédie humaine », l’intervention du Canada est davantage axée sur ce groupe, classé comme vulnérable.

En effet, les femmes et les filles rohingyas ont subi toutes sortes d’agressions depuis le début de la crise humanitaire qui secoue le Myanmar.

Elles ont servi d’objet d’assouvissement des besoins sexuels des soldats. En plus d’être violées sans arrêt, elles ont été exposées aux intempéries, à la faim, à la soif, et ont vécu dans le dénuement total.

Depuis le début de 2017, le Canada a versé 45,9 millions à ses partenaires humanitaires afin qu’ils puissent offrir un soutien vital aux réfugiés. Un appui qui tient compte de leurs besoins en matière de l’égalité des sexes, ainsi que des besoins des personnes déplacées et des communautés qui les accueillent. Ce montant comprend les 12,5 millions du Fonds de secours pour la crise au Myanmar qui égalait les dons que les Canadiens ont versés à des organismes de bienfaisance du mois d’août au mois de novembre 2017.

Guidée par la Politique d’aide internationale féministe, cette stratégie donne la priorité aux besoins des femmes et des filles. Elle met de l’avant également des mesures concrètes et rapides pour promouvoir les droits de la personne, l’égalité des sexes, la dignité humaine ainsi que la paix et la sécurité dans la région.

Des réfugiés rohingyas venant du Myanmar tentent d’obtenir de la nourriture dans la ville de Cox’s Bazar, au Bangladesh, le 4 septembre. © Reuters/Mohammad Ponir Hossain

Les forces birmanes ont été accusées d’avoir commis des atrocités à l’encontre de la minorité rohingya, incluant des meurtres, des viols et des incendies criminels. Les Nations unies et les États-Unis ont qualifié la répression menée par l’armée de « nettoyage ethnique ».

Traduire en justice les auteurs de violations des droits de la personne

Le Canada a déployé de multiples efforts depuis le début de la crise pour venir en aide aux Rohingyas et souhaite à présent appuyer les efforts pour traduire en justice les auteurs de violations flagrantes des droits de la personne.

Le pays souhaite également qu’une solution politique soit trouvée rapidement pour mettre un terme aux souffrances infligées aux Rohingyas et autres minorités présentes au Myanmar.

Le Canada, qui demeure l’un des plus importants donateurs pour résorber cette crise, travaille en partenariat avec différents organismes des Nations Unies, la Croix-Rouge et d’autres organisations non gouvernementales.

En plus de l’envoyé spécial Bob Rae qui a été dépêché dans la région, la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland et la ministre du Développement international et de la Francophonie Marie-Claude Bibeau ont effectué une visite au Bangladesh en 2017.

Le premier ministre Justin Trudeau. Photo : Reuters/Chris Wattie

Le premier ministre a ouvert le dialogue avec différents dirigeants du monde pour réfléchir ensemble sur les issues possibles à cette crise dans la région.

Il est aussi en contact régulièrement avec Aung San Suu Kyi, la conseillère d’État de la République de l’Union du Myanmar pour souligner la nécessité d’œuvrer rapidement au respect des droits de la personne et des minorités ethniques religieuses, tout en assurant la sécurité des civils.

Nous partageons avec le reste du monde la responsabilité commune de répondre à cette crise. Nous saluons les autres intervenants qui ont agi avec compassion et générosité, en particulier le gouvernement du Bangladesh et les communautés hôtes de la région qui continuent d’offrir un refuge sécuritaire à leurs voisins dans le besoin. Nous continuerons de répondre à l’appel pour défendre les droits de la personne et promouvoir l’inclusion, le respect de la diversité et la sécurité pour tous. Nous travaillerons en vue d’établir une paix durable et une véritable réconciliation au Myanmar. Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Rci avec des informations du gouvernement du Canada

Lire aussi :

L’envoyé spécial du Canada constate au Bangladesh la tragédie des Rohingyas

Venir en aide aux enfants réfugiés rohingyas au Bangladesh

Alléger les terribles conditions de vie des Rohingyas au Bangladesh avec l’aide humanitaire

Les Rohingyas : une cause, un destin qui interpelle la bienveillance des Canadiens.
Share
Catégories : International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*