Le dépistage d’un virus.

Les organisateurs de la première journée nationale du dépistage du SIDA s'attendent à recevoir plus de 1500 personnes des communautés les plus à risque.
Photo Credit: CBC

Journée pancanadienne de dépistage express du VIH

Environ 75 000 personnes sont porteuses du VIH au Canada. Seulement en 2016, pas moins de 2344 personnes ont contracté le virus au pays. Ce qui, selon Santé Canada, représente une augmentation de 11,6 % par rapport à l’année précédente. Et une personne sur cinq ne sait pas qu’elle est infectée. Cela accroît les risques de transmission du virus à d’autres personnes. Voilà qui explique la décision de la Société canadienne du sida (SCS) et de divers organismes communautaires du pays d’organiser mercredi la première Journée nationale du dépistage du VIH.

À en croire Santé Canada, il s’écoule en général de 1 à 3 mois entre l’infection au VIH et l’apparition d’anticorps détectables. Mais la période entre l’infection par le VIH et le diagnostic de sida peut varier de moins d’un an à 15 ans et plus. Donc, il y a une possibilité d’être un porteur asymptomatique pendant longtemps, ce qui n’empêche pas qu’on puisse transmettre le virus à d’autres personnes.

En tout, ce sont plus de 40 sites au Canada qui ont été choisis afin de cibler des groupes particulièrement touchés par le VIH et qui n’ont pas accès à des ressources adéquates en santé sexuelle et à la capacité de dépistage du VIH. Des membres des communautés LGBTQ et autochtones hors réserves, ainsi que des consommateurs des drogues, sont parmi les groupes cibles. Les organisateurs de la journée s’attendent à faire passer le test à plus de 1500 personnes qui obtiendront leur résultat en moins d’une minute.

(archives)
Les toxicomanes font partie des groupes ciblés par le dépistage du 27 juin.

Le dépistage hâtif est crucial

Cette première journée pancanadienne de dépistage du VIH a pour thème « Connaissez votre statut ». Pour Gary Lacasse, le directeur général de la Société canadienne du sida, « le seul moyen de savoir avec certitude si vous êtes séropositif pour le VIH ou pas, c’est de vous faire dépister ». « Plus tôt on sait qu’on a le virus, plus tôt on peut en prendre le contrôle et éviter des dommages à notre système immunitaire », a-t-il ajouté.

Les organisateurs de cette journée souhaitent que ce projet pilote conduise à une augmentation du nombre de nouveaux patients. M. Lacasse fait aussi le pari qu’une Journée nationale du dépistage aidera à réduire la stigmatisation associée au fait de se faire dépister.

Gary Lacasse, le directeur de la Société canadienne du sida plaide pour un dépistage hâtif du VIH.

Connaître son statut VIH, insiste M. Lacasse, c’est important pour sa santé. Si l’on vit avec le VIH, on devrait commencer un traitement dès que possible, conseille-t-il. « Les médicaments contre le VIH peuvent vous maintenir en santé de nombreuses années, en plus de réduire énormément les chances de transmettre de virus », affirme Gary Lacasse.

On n’en guérit pas, mais des traitements existent

À l’heure actuelle, on ne guérit pas du sida, mais on n’en meurt plus automatiquement comme au début de la pandémie dans les années 80-90. Divers traitements pour supprimer la charge virale plasmatique de façon durable, c’est-à-dire de rendre le virus indétectable, de rehausser le système immunitaire pour réduire le risque de contracter des maladies opportunistes, comme le sida, existent.

Les traitements actuellement disponibles permettent de prolonger la survie des porteurs du virus et d’améliorer leur qualité de vie. En outre, il est possible de prévenir la transmission du VIH par la diminution de sa charge virale.

Toutefois, l’efficacité du traitement est fortement conditionnée à la prise de médicaments conformément aux indications. Une interruption ou des écarts dans la prise des médicaments réduisent l’efficacité du traitement et peuvent conduire à des résistances.

(Sources : Santé Canada, Société canadienne du sida, Portail VIH/Sida du Québec)

Lire aussi

Hausse des infections transmises sexuellement au Canada

VIH/Sida : besoin d’argent et de sensibilisation

Catégories : Politique, Santé, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*