Expédition en Arctique 2016

Le réchauffement climatique met en danger la survie des sites archéologiques de l' Arctique, selon un groupe de chercheurs internationaux.
Photo Credit: Students on Ice

Le réchauffement climatique menace des sites archéologiques de l’Arctique

Share

Des milliers de sites historiques de l’Arctique fondent comme neige au soleil. À cause des changements climatiques fulgurants dans le pôle Nord, ces sites « disparaissent rapidement ». Il faut agir de toute urgence, selon des archéologues qui tirent sur la sonnette d’alarme dans une étude publiée jeudi.

Des archéologues originaires du Danemark, de Norvège, du Royaume-Uni, du Canada, des États-Unis et de la Russie sont très inquiets. Après l’examen de 46 études préalables, ils arrivent à la conclusion que les bouleversements engendrés par la hausse de la température de la surface de la Terre « détruisent un grand nombre de ces archives culturelles et environnementales de l’Arctique ».

Les changements climatiques sont deux fois plus prononcés au pôle Nord que sur le reste de la planète. Or, le Grand Nord compte quelque 180 000 sites archéologiques, majoritairement dans l’Arctique norvégien (60 %), l’Arctique canadien (19 %) et en Alaska (20 %). Pendant longtemps, disent les archéologues,  le climat froid et humide de cette région a « préservé de manière extraordinaire » ces sites.

Les effets du réchauffement climatique se font déjà sentir partout dans le Grand Nord canadien.

Selon les archéologues dont l’étude a été publiée dans la revue scientifique Antiquity, la situation est d’autant plus grave que « très peu de ces sites ont été fouillés », et ils pourraient disparaître avant d’avoir livré leurs secrets.

Des villages polaires ont disparu

Les scientifiques s’inquiètent en particulier de l’intensification de la fonte du pergélisol ainsi que de l’érosion côtière causée par la montée des eaux et la multiplication des tempêtes sur un sol normalement gelé en permanence qui représente un quart des terres émergées de l’hémisphère nord. Tout cela a déjà conduit à la disparation de plusieurs villages polaires.

Max Friesen, archéologue polaire de l’Université de Toronto et l’un des 10 coauteurs de l’étude, parle carrément de « catastrophe ». Une majorité de sites, dont plusieurs parmi les plus importants, soutient-il, ont déjà disparu.

Les archéologues appellent à une action urgente pour sauver les richesses patrimoniales de l’Arctique.

Au nombre des autres effets sinistres de l’élévation des températures dans l’Arctique, les archéologues citent le verdissement, c’est-à-dire la croissance des végétaux causée par le réchauffement du sol, les feux de toundra, l’accroissement de l’exploitation de matières premières, l’augmentation du tourisme, notamment avec la multiplication des croisières polaires facilitées par le recul de la banquise. La présence accrue de touristes entraîne à son tour le vol d’artefacts sur ces sites historiques non surveillés.

La pire catastrophe patrimoniale

Pour Matthew Betts, conservateur au Musée canadien d’Histoire, « c’est la pire catastrophe patrimoniale du monde en ce moment ». M. Betts a organisé le mois dernier un forum avec 30 archéologues et dirigeants autochtones afin de dégager des solutions d’urgence à cette crise.

Selon l’étude, trois des quatre sites archéologiques de Drew Point, dans le nord de l’Alaska, ont disparu en raison de l’érosion côtière. Et le site restant est lourdement endommagé. D’après Matthew Betts, le risque de perte du patrimoine des communautés autochtones nordiques ainsi que la disparition possible des d’éléments de preuves pouvant sous-tendre d’éventuelles revendications de droits sur ces terres sont très grands, si rien n’est fait.

(Avec des informations de l’AFP)

Lire aussi

Arctique : droit de poursuite reconnu aux États-Unis pour maintenir l’interdiction d’exploration d’hydrocarbures

Nouveau traité international interdisant la pêche commerciale en Arctique

Couvert de glace en Arctique: à peine un peu plus de 4 millions de kilomètres carrés, mesure prise le 13 septembre

Share
Catégories : Autochtones, Environnement, International, Politique, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*