La tour du CN à Toronto vue en travers du smog. Le Parti progressiste-conservateur a promis que le retrait de la bourse du carbone ne coûterait rien aux contribuables ontariens. Photo : Radio-Canada/Ramna Shahzad/CBC

L’Ontario réduit en cendre sa « bourse du carbone »

Share

Le tout nouveau premier ministre conservateur de l’Ontario, Doug Ford, vient donc de fermer mardi la « bourse du carbone », ouverte en mars 2017 sous le précédent gouvernement libéral de Kathleen Wynne. L’affaire pourrait coûter cher aux contribuables ontariens et aux entreprises en plus de plonger la province la plus populeuse du pays dans un combat de coqs avec le gouvernement central.

Doug Ford, qui a été officiellement investi comme premier ministre vendredi dernier, avait promis que son premier geste serait d’annuler le système de plafonnement et d’échange estimant qu’il s’agissait là d’une « taxe déguisée ».

S’il promet d’honorer les contrats et les commandes qui ont déjà été signés pour des projets financés par le système, comme l’isolation à haut rendement énergétique et la rénovation des fenêtres, la mort de la bourse du carbone pourrait plomber les relations du gouvernement avec des centaines d’entreprises qui avait déjà investi des millions de dollars dans l’achat de crédits de carbone.

Doug Ford réduit en poussière le marché du carbone dans sa province. Photo : La Presse canadienne/Frank Gunn

Une guerre avec Ottawa

Cette décision aura des répercussions importantes pour le gouvernement fédéral, qui envisage de mettre en place une taxe sur le carbone dans les provinces où il n’y en a pas. Mardi après-midi, le gouvernement fédéral critiquait déjà le changement de direction en Ontario.

« Le gouvernement de l’Ontario indique clairement qu’il n’est pas intéressé à prendre des mesures climatiques et qu’il se retire effectivement du plan national sur les changements climatiques du Canada, a déclaré la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna. Les Canadiens s’attendent à ce que nous protégions l’environnement et que nous développions notre économie, et nous prenons des mesures. »

Ottawa exige que chaque province adopte un système de tarification du carbone à un prix minimal de 20 $ la tonne d’ici le 1er janvier 2019. Ce tarif augmenterait de 10 $ annuellement pour atteindre 50 $ en 2022. Si Ottawa impose une taxe fédérale sur le carbone, Ford a promis de la contester devant les tribunaux, une menace qui l’aligne sur celle du gouvernement de la Saskatchewan.

Si la Saskatchewan et l’Ontario n’adoptent pas leur propre système de tarification de la pollution, comme d’autres provinces, Ottawa entend leur imposer une taxe du carbone. Photo : Radio-Canada

Aide-mémoire…
La bourse du carbone avait été officiellement implantée en 2017 en Ontario et imposait des limites aux émissions de gaz à effet de serre des entreprises.
Celles-ci peuvent tenter de réduire ces émissions ou acheter des permis pour dépasser le plafond imposé. Les coûts additionnels sont souvent passés aux consommateurs.
On estimait en 2017 que la bourse sur le carbone faisait grimper les factures d’électricité et les dépenses en essence de 13 $ par mois.

RCI avec La Presse canadienne, CBC et la contribution de Serge Olivier de Radio-Canada

En complément

Le Parti vert se prononce contre la sortie de la province de la bourse du carbone – Radio-Canada 

L’Ontario sort du marché du carbone commun avec le Québec – Radio-Canada 

Tarification du carbone et gouvernement canadien : 90 millions de tonnes d’émissions éliminées d’ici 2022 – RCI 

Tarifier le carbone à grande échelle pour contrer les changements climatiques – RCI 

Share
Catégories : Économie, Environnement, Politique, Santé
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*