Le dernier rapport d'Onusida comporte des éléments positifs et des points très préoccupants.

Lutte contre le sida : progrès notables, mais reculs préoccupants

Share

Quelques clignotants sont au rouge dans la lutte contre le sida : hausse des nouvelles infections à VIH dans une cinquantaine de pays, surtout parmi les populations n’ayant pas accès aux services dont elles ont besoin, stagnation des ressources, faible diminution du nombre de décès liés au sida… Le dernier rapport d’ONUSIDA appelle à une action immédiate, sinon les objectifs primordiaux de 2020 ne seront pas atteints.

Le bon et le moins bon se côtoient dans la lutte contre le sida. D’un côté, la proportion de séropositifs ayant accès aux traitements est plus élevée que jamais. Près de trois séropositifs sur cinq dans le monde, soit 21,7 millions sur 36,9 millions prennent des traitements antirétroviraux. C’est la plus haute proportion jamais atteinte, selon le rapport d’ONUSIDA publié mercredi.

Quelque 940 000 personnes sont mortes de maladies liées au sida l’an dernier. Ce qui est un progrès notable comparé à l’année 2005, où, au plus fort de l’épidémie, ONUSIDA dénombrait 1,9 million de décès. À l’époque, sur 30 millions de séropositifs, seuls 2 millions avaient accès aux traitements antirétroviraux, qui préviennent le développement du sida.

De réels progrès

À l’époque aussi, « personne n’aurait cru que nous aurions pu mettre 22 millions de personnes sous traitement en 2018. C’était un rêve », a rappelé le directeur général d’ONUSIDA, Michel Sidibé, lors d’une conférence de presse à Paris. De nouveaux médicaments sont aussi venus enrichir la panoplie de traitements déjà disponibles.

Michel Sidibé, directeur général d’ONUSIDA, présente son rapport lors d’une conférence de presse à l’Institut d’études politiques de Paris, le 18 juillet 2018. / AFP / Thomas SAMSON

Mais seulement voilà : ces nouvelles encourageantes ont peut-être eu un effet pervers. Il y a eu un relâchement dans la prévention. « Malheureusement, se désole M. Sidibé, nous sommes un peu victimes de ces résultats. » Il déplore en particulier une « crise de la prévention » et une « complaisance » qui risquent de mettre en cause ces acquis. Pour lui, ce n’est donc pas le moment de baisser la garde.

Ce qui inquiète le plus le patron d’ONUSIDA c’est la chute des contributions financières. « Il manque 7 milliards de dollars américains par an […] pour nous permettre de maintenir nos résultats », a indiqué M. Sidibé à l’AFP. ONUSIDA disposait d’environ 20,6 milliards de dollars en 2017, soit une augmentation de 8 % par rapport à 2016. Ce montant représente 80 % de l’objectif fixé par l’Assemblée générale des Nations unies pour 2020.

De nombreux progrès ont été réalisés dans la recherche sur le sida au cours des dernières années.

Les objectifs primordiaux de 2020, rappelons-le, sont notamment que 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut, que 90% de ces dernières soient sous traitement, et que parmi celles-ci, 90% aient une charge virale indétectable.

Besoins financiers pressants

En l’absence d’un important nouvel engagement financier, il est peu probable, selon ONUSIDA, que les objectifs 2020 soient atteints. On s’attend déjà une baisse de la quote-part américaine. Les États-Unis de Donald Trump, qui ont toujours été le contributeur majeur de la lutte contre le sida, ont prévu des coupes budgétaires.

Michel Sidibé redoute un effet domino en cas de démobilisation de la communauté internationale. « La crainte est que la diminution des contributions des bailleurs internationaux n’entraîne une diminution des investissements internes des pays touchés. » Or, observe-t-il, « au moins 44 pays dépendent à 75% de l’aide internationale pour combattre l’épidémie ».

Si l’on ne dispose pas de ces ressources, il y a un risque important de rebond de l’épidémie, avec un risque de résistance grandissante et d’augmentation de la mortalité due au sida

Michel Sidibé, directeur général d’ONUSIDA
L’Organisation mondiale de la santé a noté une augmentation alarmante des infections chez les hommes gays par le VIH, le virus du Sida. L’OMS appelle les homosexuels à prendre des antirétroviraux à titre de prévention. Cécile Tremblay est Professeure au département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal et directrice scientifique du laboratoire de Santé publique du Québec
L’accès aux traitements reste inégal à travers le monde, selon l’Onusida.

ONUSIDA souligne qu’il y a eu 1,8 million de nouvelles infections l’an dernier, un nombre stable par rapport aux années précédentes. Cependant, au rythme actuel, il sera difficile de « briser la colonne vertébrale de cette épidémie » comme souhaité. L’objectif était de parvenir à 30 millions de patients traités en 2020.

Les résultats globaux dévoilés mercredi cachent de fortes disparités. En Afrique de l’Ouest et centrale, seulement 26 % des enfants et 41 % des adultes ont eu accès au traitement en 2017. En Afrique de l’Est et en Afrique australe, en revanche, ces chiffres sont de 59 % pour les enfants et de 66 % pour les adultes. Depuis 2010, le nombre de décès liés au sida a diminué de 24 % en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, contre 42 % en Afrique de l’Est et australe.

Le cas des pays comme le Nigeria inquiète particulièrement Michel Sidibé. Le Nigeria concentre plus de la moitié (51 %) de la charge de morbidité du VIH en Afrique de l’Ouest et peu de progrès y ont été réalisés en matière de réduction des nouvelles infections ces dernières années. De plus, seule une personne sur trois vivant avec le VIH est sous traitement, même si la couverture du traitement contre le VIH y a augmenté de 24 % par rapport à deux ans plus tôt.

Autre source d’inquiétude pour Michel Sidibé, « l’épidémie en Russie est en train de se généraliser. Alors qu’elle était concentrée sur les populations qui s’injectent des drogues, elle touche de plus en plus la population générale ».

Des Ougandais
Seulement la moitié des enfants vivant avec le VIH reçoivent des traitements. © iStockphoto

Les enfants, laissés pour compte

Les progrès du côté des enfants ont été faibles. Les nouvelles infections n’ont diminué que de 8 % au cours des deux dernières années. Seulement un enfant sur deux (52 %) vivant avec le VIH reçoit un traitement et 110 000 enfants sont morts de maladies liées au sida en 2017. Bien que 80 % de femmes enceintes séropositives aient eu accès à une thérapie antirétrovirale pour prévenir la transmission du virus à leur enfant en 2017, 180 000 enfants ont contracté le VIH pendant à la naissance ou pendant l’allaitement. On est très loin de l’objectif de moins de 40 000 transmissions mère-enfant d’ici fin 2018.

M. Sidibé reconnaît que la lutte contre le sida chez les enfants a été défaillante, que les enfants ont été « laissés pour compte ». Il admet que « Même si on a évité 1,4 million de nouvelles infections chez les enfants depuis 2010, on constate malheureusement que nous n’avons pas fait suffisamment de progrès ».

Selon le patron d’ONUSIDA, « Un enfant nouvellement contaminé par le VIH, ou un enfant qui meurt du sida, c’est encore trop ». En somme, dit-il, « rien n’est acquis d’avance dans la lutte contre l’épidémie de sida. Le monde doit tenir compte de ce signal d’alarme et lancer un plan d’accélération afin d’atteindre ses objectifs ».

(Source : ONUSIDA, AFP)

Lire aussi

Journée pancanadienne de dépistage express du VIH

VIH/Sida : besoin d’argent et de sensibilisation

Faut-il mettre un terme à la criminalisation du VIH

Share
Catégories : International, Politique, Santé, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*