Les employés non syndiqués de la Saskatchewan peuvent s’attendre à une augmentation de salaire de 3,2 %, selon le Conference Board du Canada

Des employés voulant démissionner se font offrir des augmentations salariales
Photo Credit: ICI Radio-Canada/Britainy Robinson

Hausser le salaire : la bonne stratégie de rétention des employés?

Share

Avec un taux de chômage qui varie entre 2 et 8 % dans les provinces et territoires canadiens et une pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs, les travailleurs tiennent le gros bout du bâton. C’est aux entreprises de se battre pour maintenir les meilleurs talents. Parfois, par une surenchère salariale.

En 2017, plus de 400 000 emplois ont été créés au Canada. Les employés qualifiés sont devenus une denrée précieuse. En même temps, les besoins en professionnels de haut niveau se font sentir un peu partout. Les travailleurs compétents se font désirer et les entreprises qui en ont veulent les conserver à tout prix. Ils se voient offrir un environnement professionnel stimulant, un équilibre entre le travail et la vie personnelle et surtout une rémunération concurrentielle.

Et si par malheur, un de ces employés talentueux menaçait d’aller chercher fortune ailleurs, le premier réflexe de son employeur sera de lui offrir un salaire encore plus élevé. Mauvaise idée selon le cabinet de dotation en personnel Robert Half. Selon une étude que vient de mener ce cabinet, les employés sollicités ailleurs qui sont retenus par une contre-offre de leur employeur finissent tout de même par partir moins de deux ans plus tard.

La Chambre de commerce de l’Ontario, qui a analysé elle aussi récemment les effets d'une augmentation progressive du salaire minimum dans cette province, souligne que ce sont en tout 185 000 emplois qui seront perdus, sur une période de deux ans. Photo Credit: Radio-Canada

Le premier réflexe de son employeur sera de lui offrir un salaire encore plus élevé.
Photo Crédit : Radio-Canada

L’argent ne règle pas tout

Les quelque 570 gestionnaires qui ont répondu au sondage de Robert Half estiment que la principale raison pour laquelle ils font une contre-offre est de prévenir la perte du savoir organisationnel. Vient ensuite la réticence à gaspiller temps, argent et énergie pour l’embauche d’un remplaçant.

Greg Scileppi, président, activités internationales de dotation en personnel pour Robert Half, suggère d’examiner en profondeur les raisons de la démission d’un employé. (Photo : Digital Energy Solutions)

Voilà qui fait dire à Greg Scileppi, président, activités internationales de dotation en personnel pour Robert Half, que les contre-offres sont souvent une stratégie de fidélisation provisoire qui ne traite aucunement des raisons principales de la décision de démissionner de l’employé. C’est que, pris isolément, l’argent ne résout pas les problèmes de fond comme l’absence de possibilité de perfectionnement professionnel ou la mauvaise adaptation à la culture de l’entreprise.

M. Scileppi conseille donc au travailleur tenté par une contre-offre d’évaluer attentivement si un salaire plus élevé au même poste assure sa satisfaction à long terme, ou si accepter une autre offre ailleurs lui donne ultimement de meilleures possibilités de perfectionnement ou d’avancement professionnel.

Des conseils de Robert Half aux travailleurs
  • Dresser la liste des raisons d’une éventuelle démission de l’emploi actuel.
  • Se demander si les problèmes peuvent être résolus avec l’aide du gestionnaire ou de l’employeur avant de remettre un avis de démission.
  • Si l’on est tenté par le télétravail (ex. : un jour par semaine) ou si l’on souhaite une augmentation de salaire, il faut directement le demander à son patron au lieu de rechercher une offre concurrentielle.
  •  Rechercher les occasions à l’interne avant d’explorer les occasions à l’externe.
  • Examiner les cheminements professionnels à l’interne ou consulter son gestionnaire afin de savoir s’il existe un moyen de rendre son travail actuel plus intéressant ou stimulant avant de penser à démissionner.
  • S’informer des conséquences potentielles de l’acceptation d’une contre-offre. Il se peut que l’employeur se mette rapidement à la recherche d’un remplaçant, ou que les collègues soient contrariés s’ils apprenaient qu’on a tenté d’avoir ou qu’on a obtenu une augmentation. Il se peut aussi que la contre-offre ne résolve pas les problèmes qui ont entraîné la recherche d’un nouvel emploi.

Taux de chômage dans certaines professions au Canada en 2017

  • Affaires, finance et administration (2,6 %)
  • Gestion (1,5 %)
  • Sciences naturelles et appliquées, et domaines apparentés (2,7 %)
  • Sciences sociales et postes gouvernementaux (1,2 %)

Lire aussi

Plus d’emplois permanents et de meilleurs salaires dans les secteurs techniques

Au Canada, le salaire d’un mois de travail pour un employé moyen équivaut au salaire de l’heure d’un PDG

Des salaires minimums trop généreux feront perdre leurs emplois à 60 000 Canadiens d’ici un an

Share
Catégories : Économie, Politique, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*