Des élèves de 4e année de la Première Nation de Membertou en Nouvelle-Écosse apprennent codage et robotique. Photo : CBC/Holly Conners

D’Odanak au Canada, de Swat au Pakistan à Chibok au Nigeria : pas d’enfant laissé sur le bord du chemin de l’école!

L’artiste française Laurence Gervot-Rostaing, connue sous le pseudonyme 1011, pousse un cri du cœur pour l’éducation de tous les jeunes, sans distinction de race, d’origine ou de classe sociale. Au 21e siècle, c’est une nécessité absolue qui ne devrait souffrir d’aucune contrainte.

L’éducation des enfants : un problème qui jaillit des siècles anciens

Laurence Gervot-Rostaing Crédit : 10 11

L’artiste a réalisé une série assez importante de livres, s’inspirant d’ouvrages français du 18e siècle, siècle des Lumières. Des livres qui parlent tous de l’importance de l’éducation des enfants.

Elle a écorché tous ces livres qu’elle a lus de broderies, au nom de Boko Haram, pour marquer le contraste entre ces livres qui prônent l’éducation et le fait pour la secte islamiste radicale de brûler des livres, d’enlever des jeunes filles, sous le prétexte que « l’éducation à l’occidental est un péché ».

Jeunes femmes libérées du clan de Boko Haram dans un camp de réfugiés au Nigeria. Photo : Getty Images/Stringer, EMMANUEL AREWA

Écoutez

Mettre en évidence le combat d’une jeune militante engagée

L’artiste rend également hommage à Malala Yusafzai, une figure de proue du combat pour l’éducation des jeunes filles au Pakistan. L’idée est de montrer que ce problème n’est pas seulement nigérian, mais universel.

Au 18e siècle, les auteurs incitaient déjà, par leurs ouvrages, à scolariser massivement les enfants. Les textes de l’auteur Condorcet sont impressionnants à ce sujet, car ils donnent l’impression de vivre le contexte de l’école contemporaine avec de l’aide pour les familles les plus démunies.

La question de l’éducation traverse les époques, les continents et les pays, souligne Mme Gervot-Rostaing.

L’auteure a exposé sa série d’ouvrages à plusieurs reprises en Europe, avec un moment fort cette année où elle a décidé d’intervenir auprès des jeunes dans un lycée de sa ville, Grenoble, où elle a exposé sa série pendant 15 jours et reçu toutes les classes du lycée. Ce sont près de 400 élèves qui ont été attirés par l’exposition sur la thématique de l’éducation, en lien avec les explications sur les exactions de groupes terroristes qui sévissent ailleurs dans le monde contre l’éducation et la scolarisation des jeunes.

Inversement, elle leur a parlé de manière positive de Malala et de son combat, question de les amener à lire son ouvrage pour mieux la connaître et comprendre sa pensée.

Il est aussi et surtout question de leur faire comprendre les difficultés auxquelles sont confrontés des enfants ailleurs dans le monde, alors que tout paraît facile pour eux dans leur pays.

C’est une expérience que l’artiste, qui a déjà reçu quelques sollicitations du Canada, aimerait bien faire vivre aux jeunes élèves canadiens. La question de la scolarisation des jeunes Autochtones dans ce pays posant toujours d’importants défis.

Malala Yousafzai prend la pose dans le salon familial de sa maison de Mingora, dans la vallée de Swat. Photo : EPA/Faridullah

La question de l'éducation des enfants autochtones au Canada
À noter  dans cet article de Radio-Canada :

Les Autochtones estiment que leurs écoles sont sous-financées, ce qui ne leur permet pas d’assurer une bonne éducation aux enfants.

Ils réclament donc plus de financements du gouvernement pour que leurs enfants aient une éducation comparable à celle que reçoivent les enfants des communautés non autochtones.

« Dans quelques années d’ici, ça va être une crise sans précédent », estime le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard. Selon lui, les écoles autochtones sont notamment très en retard sur le plan technologique et leurs bibliothèques manquent d’argent.

À lire aussi : 

Catégories : International, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*