Les usines dans les sables bitumineux de l’Alberta prendraient très peu en compte les questions environnementales, selon Le Monde. La Presse canadienne/Jeff McIntosh

« La province canadienne de l’Alberta est souillée et défigurée par l’exploitation des sables bitumineux » – Le Monde

Share

 Le journal français Le monde a récemment publié une série de reportages intitulés « Contaminations ». L’un dépeint l’Alberta comme une province où les fleuves, les lacs et les populations amérindiennes sont empoisonnés par l’or noir des sables bitumineux.

RCI avec Le Monde, Ressources naturelles Canada, Radio-Canada et You Tube

 Entre rejet de la pollution et richesses: la population partagée

Partant du témoignage d’un pêcheur autochtone de 75 ans, qui a pratiqué son activité sur un lac en Alberta pendant de longues années, le reporter décrit la pollution progressive du lac au fil des ans. En cause, les déchets rejetés par les usines qui transforment le pétrole des sables bitumineux.

Le pêcheur a mal à son lac, mais en même temps, il affiche une certaine reconnaissance aux compagnies pétrolières qui ont permis à son fils d’avoir un travail. Sa communauté est fière des pétrolières qui investissent dans les infrsatructures, dont la construction des établissements scolaires, entre autres, pourtant elle est loin de négliger le mal qui se cache derrière toutes ces richesses.

Une ambivalence qui est, selon le reporter, Simon Roger, caractéristique de la population générale de cette province qui se retrouve partagée entre le rejet de l’exploitation des sables bitumineux et l’acceptation des biens matériels qu’ils leur procurent.

Faits saillants sur le pétrole brut canadien:

Qu’est-ce que le pétrole brut?

Le pétrole brut est un liquide à forte teneur énergétique qui est principalement composé d’hydrocarbures;

Au Canada, les sables bitumineux de l’Alberta représentent la plus grande réserve de pétrole brut du pays, bien que l’on retrouve aussi d’importants gisements de pétrole brut au large de la côte atlantique du Canada;

Les activités reliées au pétrole brut comprennent l’exploration, le forage, la production et le traitement préliminaire du pétrole, en plus de l’entreposage et du transport du pétrole;

Le Canada est le quatrième producteur en importance et le quatrième exportateur en importance de pétrole dans le monde;

98 % des réserves prouvées de pétrole au Canada proviennent des sables bitumineux;

99 % des exportations canadiennes de pétrole brut sont destinées au marché des É.‑U;

Les émissions de GES par baril de pétrole provenant des sables bitumineux ont diminué de plus de 29 % depuis 2000.

Un bassin de décantation de Shell, à son usine près de Fort McMurray, en Alberta

Un bassin de décantation de Shell, à son usine près de Fort McMurray, en Alberta  Photo : Todd Korol / Reuters

Déforestation, pollution, gaz à effet de serre et maladies : le pétrole, une malédiction pour l’Alberta?

Le Monde dépeint une situation apocalyptique dans laquelle les sables bitumineux engendrent des dommages multiples, aussi bien pour la planète que pour les humains, ce qui a inspiré le titre suivant pour le reportage: Contaminations : dans l’Alberta, la malédiction du pétrole.

Un symbole fort de cette malédiction est la région pétrolière de Fort McMurray et sa rivière Athabasca, qui connait très souvent des déversements de fluides toxiques issus de forages.

« Les scientifiques ont révélé la présence de métaux lourds, il y a du cadmium, du mercure, de l’arsenic, du nikel, du plomb dans l’eau. Ça pourrait impacter la faune, la flore locale, et puis il y a aussi la santé humaine qui est impactée […] — certaines communautés présentent des taux de maladies rares qui montent en flèche. On a un vrai problème de santé publique dans ces territoires du nord du pays », a observé le reporter du journal Le Monde.

Les sables bitumineux représentent 9,9 % des émissions de GES totales du Canada et 0,1 % des émissions mondiales. 

L’extraction de ces sables entraîne l’accumulation de grandes quantités de résidus constitués d’un mélange d’eau, d’argile, de bitume non récupéré et d’agents solvants, de produits chimiques dissous, incluant certains composés organiques toxiques. 

«Une étude menée par le professeur David Schindler et son équipe de l’Université de l’Alberta démontre que la pollution générée par l’industrie des sables bitumineux est cinq fois plus importante et deux fois plus répandue que ce que prétendent les représentants de l’industrie. » Photo : AFP/Mark Ralston

L’accroissement de la production annuelle pose divers problèmes environnementaux, notamment en ce qui concerne les sols, l’eau, l’air et l’économie d’énergie. 

En 2014, les chercheurs ont mesuré la concentration dans l’eau et dans l’atmosphère de 13 hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), ce qui a permis de démontrer que les émissions cancérigènes issues des bassins de décantation des sables bitumineux sont très importantes.

Justin Trudeau... (PHOTO MICHEL EULER, ASSOCIATED PRESS)

Justin Trudeau à Davos, en Suisse, lors du Forum économique de 2016. Photo : Michel Euler, Associated Press

À qui la faute ?

Au gouvernement albertain qui accorde son soutien indéfectible aux pétrolières tout en prônant une exploitation intelligente pour sauver l’environnement ?

Au gouvernement fédéral? On se souvient que Justin Trudeau avait clairement souligné, en 2016, au forum économique de Davos, que la prospérité économique ne tient pas qu’à « ce qu’il y a sous nos pieds », mais aussi à ce que « nous avons entre les deux oreilles ». On sait aussi qu’un an plus tard, devant les pétrolières réunies à Houston, aux États-Unis, il avait apporté la nuance suivante: « Aucun pays qui possède dans son sol 173 milliards de barils de pétrole ne les laisserait là sans y toucher »

Le reporter du journal Le Monde relève que la réglementation est assez rigoureuse et que les entreprises ont l’obligation de la respecter, en vérifiant par exemple l’état des bassins de décantation dans lesquels les eaux toxiques sont rejetées, en restaurant aussi les terres. Mais, ni l’une ni l’autre de ces priorités n’est respectée.

Alors tous sont-ils coupables? Difficile à dire, car une certaine ambivalence prévaut à tous les niveaux, et les gouvernements mettent l’accent aussi bien sur la poursuite de l’exploitation que sur les mesures réglementaires pour préserver l’environnement, malgré quelques lacunes récemment dénoncées par la Commissaire fédérale à l’environnement et au développement durable.

À lire aussi :

Share
Catégories : Environnement, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*