Une personne âgée souffrant de dépression

Une personne âgée souffrant de dépression
Photo Credit: iStock

L’anxiété et la dépression sont-elles une épidémie au Canada? Oui, selon plus de la moitié de la population

Share

Parmi les Canadiens qui considèrent la dépression et l’anxiété comme une épidémie, les jeunes occupent une bonne place. Ils demandent à revoir le financement des soins du système de santé pour mieux répondre aux besoins en santé mentale.

Nécessité d’une nouvelle législation

L’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) a procédé à un sondage auprès des Canadiens pour savoir si la dépression et l’anxiété peuvent être considérées comme une épidémie.

  • Plus de la moitié des Canadiens (53 %) a répondu oui.
  • Chez les 18 à 34 ans, ils ont été un peu plus nombreux à le croire, soit 59 %.

L’anxiété et la dépression sont considérées comme une épidémie au Canada. Après suivent les dépendances (56 % ), les problèmes de santé physique comme les cancers (50 % ), les maladies cardiovasculaires et l’AVC (34 %), les diabètes (31 %) et le VIH/sida (13 %).

L’ACSM a accompagné le sondage du document de politique de son Bureau national intitulé : L’équité en santé mentale : mettre fin à la disparité en santé au Canada, que présente Leyna Lowe, analyste nationale en recherche et politiques à l’ACSM.

Écoutez

Ce document recommande la mise en place d’une nouvelle législation pour faire en sorte que les services en santé mentale et en santé physique soient sur un pied d’égalité.

« La loi sur la parité en santé mentale que nous réclamons ne signifie pas seulement un meilleur financement destiné aux services, mais également l’amélioration de la coordination, du traitement, de la recherche, de l’accès, ainsi que de meilleurs choix pour dépenser efficacement les sommes en soins de santé », dit Patrick Smith, chef de la direction nationale de l’ACSM. 

Statistique Canada révèle que les jeunes de 15 à 24 ans ont les taux les plus élevés de troubles de l’humeur et de l’anxiété de tous les groupes d’âge. 

Les services en santé mentale sont parmi les moins financés

Une vaste majorité de Canadiens (85 %) estiment que les services en santé mentale sont parmi les plus sous-financés du système de santé. Sensiblement la même proportion de Canadiens est d’avis que le gouvernement devrait financer davantage les services de santé mentale au même titre que les services de santé physique.

Comme l’a souligné le chef de la direction nationale de l’ACSM, le système de santé est certes universel et représente une source de fierté pour les Canadiens. En réalité, ce n’est pas d’un système de santé universel qu’il s’agit, mais bien d’un système médical universel qui ne garantit pas l’accès à certains des services les plus fondamentaux en santé mentale. 

Quelques faits saillants du sondage

Chaque année, plus de 1,6 million de Canadiens indiquent avoir des besoins de santé non satisfaits en matière de santé mentale.

Partout dans le monde, les troubles mentaux représentent environ 23 % du coût total des maladies, et pourtant, le Canada ne consacre que 7,2 % de son budget de santé aux services en santé mentale.

Une jeune femme assise dans les marches d'un escalier, recroquevillée sur elle-même

Une femme déprimée Photo : iStock

Le besoin de services et de soutien en santé mentale est grandissant. D’ici 2020, la dépression deviendra la principale cause d’incapacité au Canada.

Jusqu’à 80 % des Canadiens consultent leur médecin de famille pour répondre à leurs besoins en matière de santé mentale, mais ces services sont limités.

Les soins de santé, fournis par les intervenants en dépendances, les psychologues, les travailleurs sociaux et le personnel aidant spécialisé, constituent le fondement de l’intervention en santé mentale dans les autres pays du G7, mais ces services ne sont pas assurés par le système public canadien.

Par conséquent, les Canadiens dépensent 950 millions de dollars par année pour des services de conseils, et 30 % de ce montant est payé de leur poche.

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ne consacrent que 4,3 % de leur budget annuel de recherche à la santé mentale.

Le Canada a besoin d’investissements soutenus dans la recherche en santé mentale afin d’encourager l’innovation, de mieux mettre en pratique les connaissances scientifiques et de développer des thérapies appropriées et efficaces qui promeuvent l’acceptation du traitement auprès des personnes atteintes de maladies mentales. 

À lire aussi :

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*