Près de 8,8 millions de tonnes de plastique finissent chaque année dans les océans, selon une étude parue en février 2015
Photo Credit: iStock

La Dominique devient la première nation sur la planète à interdire le plastique

Share

En 2016, la fondation Ellen MacArthur tirait la sonnette d’alarme en déclarant qu’il y aura plus de plastique que de poisson dans les océans d’ici 2050. La planète est submergée par les déchets de plastique et, selon les données compilées par l’ONU, les êtres humains ont réussi à en accumuler depuis 1950 plus de 9 milliards de tonnes.

L’île de la Dominique est pour l’instant le seul pays à réagir fortement à cette menace écologique. Dès le 1er janvier 2019, elle interdira sur son sol tous les objets en plastique et polystyrène à usage unique. Ce territoire des Caraïbes de 754 kilomètres carrés, situé entre la Martinique et la Guadeloupe, compte se positionner à l’avant-poste en résistant aux changements climatiques.

« La Dominique est fière d’être « l’île Nature ». Nous devons tout faire pour mériter cette désignation pour qu’elle se reflète sur l’île. La gestion des déchets solides est un problème qui nuit à cette perception et nous poursuivons nos efforts pour en venir à bout », a déclaré par voie de communiqué le premier ministre Roosevelt Skerrit.

Seulement 9 % des plastiques sont recyclés

Selon une étude publiée en 2015 dans la revue Science, plus de huit millions de tonnes de plastiques se déversent chaque année dans les océans et mettent en péril la vie des animaux marins.

Rappelons que seulement 9 % des plastiques sont recyclés. La majorité du plastique fabriqué aux quatre coins du globe termine sa route dans les décharges ou dans les océans. Les experts précisent qu’il faut des siècles, voire des milliers d’années, avant une totale décomposition de la matière plastique.

L’annonce de la Dominique, durement touchée par l’ouragan Maria en 2017, arrive après plusieurs initiatives en matière de protection de l’environnement, notamment la baisse des importations de contenants non biodégradables. Le gouvernement de l’île espère que ses politiques seront suivies par d’autres nations.

« C’est une occasion unique de devenir un modèle pour le monde entier, un exemple qui montre comment une nation tout entière peut se relever après un désastre et résister au changement climatique pour l’avenir », a déclaré le premier ministre Skerrit.

Lire aussi :

Charte canadienne du plastique dans les océans au cœur de la rencontre du G7 à Halifax

Les gaz à effets de serre proviennent aussi du plastique dans les océans

Bannir les sacs de plastique : l’urgence se bute à la force de l’habitude

Share
Catégories : Environnement
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «La Dominique devient la première nation sur la planète à interdire le plastique»
  1. Avatar monique dit :

    très bonne décision ! car au dela de l’impact visuel des déchets, il faut savoir que les plastifiants, les phtalates sont couramment utilisés comme additifs des matières plastiques pour les rendre souples,et ce sont des perturbateurs endocriniens :  » prévention des risques des perturbateurs endocriniens  » : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=507