Le premier ministre, Justin Trudeau, a fait très peu de commentaires à sa sortie d'une réunion d'urgence de son cabinet, tard dimanche soir. Photo : La Presse Canadienne

Le Canada et les États-Unis concluent un nouvel accord économique maintenant appelé AEUMC

Share

Les négociations de l’ALENA ont finalement connu leur aboutissement dimanche soir après 14 mois de discussions. Le nom Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) a été modifié pour Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC).

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland et le secrétaire américain au Commerce, Robert Lighthizer, ont fait une déclaration conjointe dimanche. (Graham Hughes/Presse canadienne)

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et le secrétaire américain au Commerce, Robert Lighthizer, ont publié dimanche soir une déclaration conjointe annonçant le nouvel accord.

Il repose essentiellement sur un compromis entre un meilleur accès des États-Unis au marché canadien des produits laitiers, qui est fortement protégé par un système de gestion de l’offre, et les demandes canadiennes de maintien d’un processus de règlement des différends.

« Aujourd’hui, le Canada et les États-Unis ont conclu, avec le Mexique, un accord qui donnera à nos travailleurs, agriculteurs, éleveurs et entreprises un accord commercial de haut niveau qui se traduira par des marchés plus libres, un commerce plus équitable et une croissance économique robuste dans notre région. »

« C’est un bon jour pour le Canada », a déclaré le premier ministre Justin Trudeau en quittant une réunion de son Cabinet à Ottawa, tard dimanche soir.

« On va en parler demain, a-t-il ajouté avant de s’engouffrer dans sa voiture. On va en parler demain, promis. »

Un responsable de l’administration américaine a dit que MM. Trudeau et Trump et le président mexicain Enrique Pena Nieto signeront l’AEUMC à la fin du mois de novembre. Il appartiendra ensuite au prochain Congrès américain de ratifier l’accord.

Le premier ministre Trudeau quitte le Conseil privé après la conclusion d’un accord dans le cadre des négociations de l’ALENA. (Justin Tang/Canadian Press)

Protection contre les sautes d’humeur de Washington

Les deux parties se sont entendues sur un mécanisme de résolution des conflits similaires à ce qui était dans l’ALENA, selon Daniel Ujczo, un avocat en droit commercial international qui représente les constructeurs automobiles américains et les fabricants de pièces automobiles.

Les deux parties ont convenu de garder intact le chapitre 19, le mécanisme de règlement des différends de l’ALENA. C’est une grande victoire pour les négociateurs canadiens qui cherchent depuis longtemps à maintenir une sorte de procédure pour contester les affaires de droits antidumping et compensateurs, que le Canada a déployée dans le passé dans le dossier du bois d’oeuvre.

Le chapitre 19 sera conservé mot pour mot, même s’il sera renuméroté dans le nouvel accord, ont annoncé dimanche des responsables américains.

Le Canada cherchait à obtenir des garanties pour ne pas être frappé par des droits de douane, en vertu de l’article 232 sur les exportations d’acier, d’aluminium et d’automobiles, que le président américain Donald Trump a imposé ou menacé d’imposer pour des raisons de sécurité nationale.

Un responsable de l’administration Trump a fait demi-tour dimanche quand on lui a demandé si préserver le chapitre 19 était une victoire pour le Canada. « De notre point de vue, nous pensons qu’il y a vraiment, vraiment de très bonnes choses dans cet accord. Nous sommes enthousiasmés par ces aspects », a déclaré le responsable.

« C’est une grande victoire pour les États-Unis, le Mexique et le Canada. C’était l’une des promesses de campagne les plus importantes du président, a dit un haut responsable de l’administration Trump. Nous pensons qu’il s’agit d’un accord fantastique. C’est une grande victoire pour le président et une validation de sa stratégie dans le domaine du commerce international. »


Un accord de libre-échange tripartite entre le Mexique, le Canada et les États-Unis semble maintenant une réalité. Photo : Reuters/Rebecca Cook

Concessions du Canada

Les changements sont surtout de nature cosmétique sur le commerce canado-américain.  Le Canada aurait fait toutefois des concessions sur l’accès au marché laitier qui sont légèrement plus élevées que dans le cadre de l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique.

Comme le note le New York Times, cette concession du Canada est donc semblable à ce que les États-Unis auraient obtenu grâce au Partenariat transpacifique, un traité commercial dont Trump s’était retiré l’an dernier.

Le chapitre 19, le mécanisme de règlement des différends, qui constituait un point de friction important dans les négociations, sera aussi maintenu sans aucun changement comme le réclamait le Canada.

En ce qui concerne les droits de douane sur l’acier et l’automobile, les responsables américains affirment qu’ils feront l’objet d’une future négociation et d’un accord parallèle.

Une révision de l’accord aura lieu tous les six ans, ont dit les responsables.

Brèche dans la gestion de l’offre


(Jonathan Hayward/Canadian Press)

Le Canada a donc ouvert une brèche dans son régime agricole de gestion de l’offre similaire à celle qui avait été accordée dans l’Accord de Partenariat transpacifique (PTP).

Le PTP avait ouvert 3,25 % du marché des produits laitiers à la concurrence européenne.

En échange de certaines concessions américaines sur un mécanisme de règlement des différends, le Canada devrait donner aux agriculteurs américains un meilleur accès à son marché en augmentant le quota d’importations étrangères.

Dans le système actuel de gestion de l’offre, le Canada impose des droits de douane sur les importations de produits laitiers pouvant aller jusqu’à 300 % qui dépassent le quota établi. Le gouvernement fédéral prévoit indemniser les agriculteurs qui seront touchés.

S’il a fait des concessions sur la gestion de l’offre, le Canada a toutefois pu conserver l’exemption culturelle, qui est en quelque sorte un rempart pour protéger le secteur de la culture canadienne.

Les concessions dans la gestion de l’offre pourraient être un problème politique

Une partie de ce que le Canada a accepté pourrait être un défi politique pour le gouvernement libéral, en particulier au Québec, où les producteurs laitiers exercent un pouvoir électoral dans certaines circonscriptions.

Le Canada a notamment accepté de mettre fin à ce qu’on appelle la tarification de classe 7, une classe de lait créée en mars 2017 qui a réduit les prix de certains ingrédients laitiers produits au Canada comme les concentrés de protéines, le lait écrémé et le lait entier en poudre utilisés pour faire du fromage et du yaourt. La réduction de prix coordonnée a rendu les équivalents américains non compétitifs.

Les responsables de l’administration Trump ont insisté sur ce changement dimanche, le présentant comme une avancée majeure pour les agriculteurs américains, en particulier dans le Wisconsin et à New York, où les producteurs laitiers souhaitent décharger une partie de leurs produits au Canada parce qu’ils sont aux prises avec un grave problème de surproduction.

Au début des pourparlers sur l’ALENA, les États-Unis avaient demandé au Canada de démanteler entièrement la gestion de l’offre – ce que Trudeau a toujours soutenu était impossible. Sa préservation, à l’exception de quelques ajustements, sera présentée comme une réussite par les libéraux au pouvoir.

À moins de 24 heures de la 42e élection générale au Québec, les leaders des quatre principaux partis politiques s’inquiétaient dimanche de possibles concessions canadiennes sur la gestion de l’offre, comme une entente semblait à portée de main.

Philippe Couillard, le premier ministre du Québec, avait commenté en ces termes l’état des négociations de l’ALENA à son arrivée à son local électoral de Roberval, dimanche après-midi : « On ne laissera rien passer. »

Philippe Couillard Photo : Radio-Canada/Dany Pilote

RCI avec La Presse canadienne, Reuters, CBC et Radio-Canada

En complément

ALENA : le Canada et les États-Unis concluent un nouvel accord de libre-échange – Radio-Canada

Couillard et Legault se lancent dans une surenchère sur la protection de la gestion de l’offre – Radio-Canada

Canada, U.S. have reached a NAFTA deal – now called the USMCA – CBC

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “Le Canada et les États-Unis concluent un nouvel accord économique maintenant appelé AEUMC
  1. Avatar Roland maillet dit :

    Les autochtones ont il eu droit à des avantages dans cette entente
    Onenh

  2. Avatar Linda Lallier dit :

    Trahit par son propre gouvernement…
    La gestion de l’offre est un système de production reconnu à travers le monde qui permet aux producteurs laitiers de vivre décemment et aux consommateurs d’avoir accès à des aliments de qualité à juste prix.Le principe de base est simple… On produit en fonction de notre consommation. Donc, c’est facile de
    a comprendre que ça nécessite une fermeture des marchés extérieurs.On ne négocie pas la souveraineté alimentaire comme on négocie les autres secteurs commerciaux. M. Trudeau vous n’avez rien compris!
    Demandez aux producteurs laitiers de France s’ils sont heureux depuis l’abolition du système de quota et demandez aux consommateurs français si les produits laitiers sont moins cher depuis l’abolition du système de quota??
    Je m’inquiète pour l’avenir de ma relève sur notre ferme laitière.
    Avec des premiers ministres comme M Trudeau, on n’a pas besoin d’ennemi!!

  3. Avatar lapierre dit :

    le Père Trudeau un jour a vendu le Québec pour avoir sa confédération.
    Aujourd’hui`hui son fils Justin vend le Québec au américain.

    Par contre nous pouvons changer les choses arrêtons de consommé les produits U.S.A dans les produit laitiers.
    Voici ce que donne la mondialisation nos pays sans plus dirigé par nos élus mais par trot de cul des finances F.M.I.
    Pausez-vous la question a qui cela profite .