Le premier ministre Justin Trudeau et le président chinois Xi Jinping, le 5 décembre 2017. Photo : The Canadian Press/Sean Kilpatrick

Négocier un accord de libre-échange avec la Chine! Le Canada est-il prêt pour cet autre pas de danse avec un éléphant?

Share

Justin Trudeau rappelait mardi son intention de négocier avec la Chine un accroissement des échanges commerciaux dans le cadre de sa stratégie de diversification économique. Elle vise à minimiser les risques sur l’économie canadienne dont 73 % de ses exportations sont dirigées vers les États-Unis.

Alors que le Canada vient de s’entendre dimanche sur les termes d’un nouveau traité de libre-échange avec les États-Unis et le Mexique, le premier ministre réaffirme ses intentions de faire avancer les pourparlers avec la Chine qui traînent depuis 2016, malgré sa visite officielle dans ce pays en décembre dernier.

L’ambassadeur de Chine au Canada, Lu Shaye Photo : Justin Tang de La Presse canadienne

L’ambassadeur de Chine au Canada déclarait lui aussi, en août, que son pays espérait progresser sur la voie d’un accord de libre-échange avec le Canada dans un contexte de tensions commerciales croissantes entre Pékin et Washington.

« Des divergences demeurent entre la Chine et le Canada sur certaines questions, mais je pense qu’elles ne sont pas liées au commerce. Et j’espère que ces questions n’influeront pas sur les discussions et les négociations futures », a dit l’ambassadeur Lu Shaye.

Rappelons que le Canada insiste en effet pour négocier un accord commercial « progressiste », qui couvrirait certaines questions liées aux conditions de travail, à l’environnement, à l’égalité hommes-femmes et à la gouvernance.

Voyez à quelles conditions le Canada et la Chine signeraient un accord de libre-échange…

Photo : La Presse Canadienne

Climat de négociation difficile avec la Chine

Après des négociations difficiles et imprévisibles avec les États-Unis de l’administration Trump, celles avec la Chine sont pour le moins délicates.

Les efforts du gouvernement canadien pour entamer des pourparlers officiels avec la Chine ont été freinés à la fin de l’année dernière, parce que les dirigeants chinois ont semblé agacés par la volonté de M. Trudeau de mettre les droits des femmes, des travailleurs et des peuples autochtones à l’ordre du jour.

La visite de quatre jours du premier ministre en Chine, en décembre 2017, s’était en fait terminée sans avancées sur un traité de libre-échange, mais Justin Trudeau continuait d’insister sur l’inclusion dans tout futur accord d’éléments progressistes reflétant les valeurs des Canadiens, et il ajoutait que cette inclusion était essentielle.

Un accord qui devra inclure des valeurs canadiennes
 
Justin Trudeau affirmait l’an dernier que la Chine doit savoir que les valeurs chères aux Canadiens (pratiques environnementales, égalité des sexes et des travailleurs, normes de commerce) doivent être inscrites dans un accord commercial.

« Il est reconnu que les progrès en matière d’environnement sont très bons pour les citoyens, très bons pour le pays, bien que certains leur accolent l’étiquette de progressistes. La Chine a été un leader mondial dans ce domaine », a mentionné M. Trudeau en Chine.

M. Trudeau avait également décrit la Chine comme étant une « âme soeur économique », déclarant qu’elle était « bien alignée » sur le Canada pour défendre des échanges commerciaux libres, une critique à peine voilée du protectionnisme américain.

M. Trudeau prenant la parole peu avant une rencontre avec le vice-premier ministre chinois Wang Yang. Photo : La Presse canadienne

Trudeau critiqué d’avoir négocié l’abandon de la souveraineté du Canada aux mains de Trump

Photo : iStock

M. Trudeau annonçait, mardi, son désir de poursuivre les négociations économiques avec la Chine alors que certains lui reprochaient d’avoir cédé la souveraineté canadienne en matière de commerce international lors de ses négociations avec l’administration Trump.

L’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) permet à ses signataires de s’en retirer avec un préavis de six mois dans l’éventualité où l’un des partenaires conclut un accord de libre-échange avec un pays n’ayant pas une économie de marché.

Ces termes sont largement considérés comme étant une référence à la Chine.

Justin Trudeau réitère au parlement sa volonté de négocier avec la Chine malgré l’AEUMC. Photo : La Presse canadienne

Aux Communes, les députés conservateurs désignent cette clause comme étant un « veto Trump », mais les experts en matière de commerce demeurent divisés sur la question.

Au moment où les États-Unis et la Chine s’échangent des mesures de représailles, certains experts estiment que la clause entravera encore davantage les aspirations commerciales du Canada à Pékin.

Il est concevable que les États-Unis déchirent l’accord si le Canada entreprend des discussions formelles avec la Chine, estime par exemple Cyndee Todgham Cherniak, une avocate torontoise spécialisée en droit du commerce.

Découvrez cette histoire d'une amitié particulière entre deux pays aux antipodes
De Pierre Elliott Trudeau à Justin Trudeau, 45 ans de relations canadiennes avec la Chine…

Le premier ministre canadien Pierre Elliott Trudeau, à droite, dans le cadre d’une visite officielle en Chine en 1973.

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Les hauts et les bas de la visite de Trudeau en Chine – RCI 

S’associer économiquement à la Chine pour mieux y chasser les contrats – RCI 

Fin de la visite de Justin Trudeau en Chine : quel bilan? – RCI 

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*