Trans Mountain, un pipeline long de 1150 km et pesant 6,8 milliards de dollars, acheminera du pétrole d’Edmonton, en Alberta, vers un terminal situé à Burnaby, en Colombie-Britannique, près de Vancouver, d’où il sera exporté vers les marchés asiatiques.
Photo Credit: (CBC)

Trans Mountain : le gouvernement fédéral veut ouvrir de nouvelles consultations avec les peuples autochtones

Share

Dans un point de presse, le ministre fédéral des Ressources naturelles, Amarjeet Sohi, indique que le gouvernement ne portera pas en appel la décision de la Cour d’appel de suspendre le permis de prolongement de l’oléoduc Trans Mountain. Par contre, il compte bien aller de l’avant avec la consultation des peuples autochtones, un aspect qui avait motivé la décision de la Cour d’appel quant à la poursuite des travaux d’expansion.

RCI avec des informations du ministère des Ressources naturelles

Engager un dialogue bien ciblé avec les Autochtones

Le gouvernement fédéral se dit déterminé à tenir de véritables consultations avec les groupes autochtones. Ces derniers s’étaient opposés à l’expansion de l’oléoduc en soutenant que leurs préoccupations n’avaient pas été prises en compte, les consultations n’ayant pas été menées de manière adéquate.

Cette fois, Justin Trudeau et son équipe mettent de l’avant l’idée d’une consultation « bien ciblée, portant sur des points bien précis du projet d’agrandissement du réseau de Trans Mountain ».

Comme nous l’avons dit à de nombreuses reprises, aucune relation n’a plus d’importance pour notre gouvernement que notre relation avec les peuples autochtones. Nous nous emploierons à répondre aux préoccupations des Premières Nations et des communautés métisses afin de faire avancer ce projet de la bonne façon, conformément aux directives de la Cour. Nous faisons appel aux meilleures expertises et aux meilleurs conseils indépendants pour nous assurer de bien faire les choses. Amarjeet Sohi, ministre des Ressources naturelles
Le projet de pipeline Trans Mountain aboutit à Burnaby, en Colombie-Britannique.

Le projet de pipeline Trans Mountain aboutit à Burnaby en Colombie-Britannique. Photo : La Presse canadienne/Jonathan Hayward

 La deuxième partie du plan d’action élaboré par le gouvernement en réponse à la décision du 30 août 2018 de la Cour d’appel sur le projet Trans Mountain énumère les principaux points sur lesquels Ottawa compte mettre l’accent :

Premièrement, le gouvernement ne fera pas appel de la décision de la Cour.

Deuxièmement, le gouvernement reprendra les consultations de la phase III avec les 117 groupes autochtones concernés par le projet. Le ministre Sohi commencera par discuter avec eux de la bonne façon de procéder pour réussir, cette fois-ci, le processus de consultation. Nous veillerons à ce que les Autochtones aient voix au chapitre tout au long de ce processus.

Troisièmement, l’honorable Frank Iacobucci, ancien juge à la Cour suprême du Canada, a été nommé représentant du gouvernement fédéral, chargé de superviser le processus consultatif. Il prodiguera d’abord des conseils sur la conception du processus, puis supervisera celui-ci pour garantir que les consultations menées auprès des Autochtones sont significatives et conformes au jugement de la Cour d’appel fédérale. Il travaillera directement avec des responsables et divers spécialistes de l’extérieur du gouvernement.

Impact des transports maritimes sur les espèces menacées

Le gouvernement fédéral a aussi à cœur de tenir compte de l’impact des transports maritimes dans la région de Burnaby pour préserver les espèces menacées de disparition.

Cette préoccupation avait déjà fait l’objet d’une annonce le 21 septembre. Le gouvernement fédéral avait alors demandé à l’Office national de l’énergie (ONE) de revoir sa recommandation concernant le projet, en prenant en considération les effets du transport maritime lié au projet et des répercussions indésirables de ce transport sur les espèces en péril. À la suite de cette annonce, l’ONE avait mis sur pied le Comité d’audience chargé de réexaminer le projet.

Réactions de l’opposition

Les principaux partis d’opposition à Ottawa ont diversement réagi à l’annonce du gouvernement fédéral.

Mario Beaulieu, le chef par intérim du Bloc québécois, a dit espérer que les préoccupations des Autochtones soient réellement prises en compte

Du côté des conservateurs, Gérald Deltell, le porte-parole, a estimé que « quand le premier ministre parle de pipeline, il n’est pas crédible », car il a précédemment déclaré qu’il faut réduire les quantités de pétrole produites au pays.

En complément :

Share
Catégories : Économie, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*