L’usine Koch Fertilizer à Brandon était le plus grand émetteur de gaz à effet de serre du Manitoba en 2009.

Le gouvernement fédéral pris en étau entre la lutte contre les changements climatiques et la nécessité de poursuivre l’enrichissement du Canada à travers l’exploitation de ses pipelines ?
Photo Credit: Courtoisie

Changements climatiques : le danger est imminent et la Chambre des communes en débat

Share

Un rapport de 800 pages rédigé par les experts du climat de l’ONU réunis au sein du Groupe des experts internationaux en climat (GIEC) tire la sonnette d’alarme sur le fait que si rien n’est entrepris, entre 2030 et 2052, la température augmentera de 1,5 degré Celsius sur la planète. Cette situation s’annonce catastrophique pour l’humanité déjà en proie aux effets néfastes des changements climatiques partout dans le monde. La question a fait l’objet de débats à la Chambre des communes du Canada. Que peut ce débat à l’urgence de la situation?

RCI avec des informations de la Chambre des communes et du gouvernement fédéral, YouTube et Radio-Canada

Les partis de l’opposition à Ottawa réclament des mesures plus ambitieuses

Nous travaillons pour atteindre l’objectif de réduction de 1,5 degré Celsius des émissions en gaz à effet de serre du Canada d’ici 2030, affirme Catherine McKenna, la ministre de l’Environnement et des Changements climatiques.

Le gouvernement fédéral mise sur l’investissement dans la croissance propre pour créer de bons emplois, soutenir les collectivités et soutenir l’économie.

L’opposition considère qu’il ne s’agit là que de déclarations de bonnes intentions et que le gouvernement devrait aller au-delà, en proposant des mesures plus ambitieuses, notamment dans un contexte où l’exploitation des pipelines dans l’ouest du pays contribue à aggraver la pollution.

En réponse, la ministre de l’Environnement et des Changements climatiques a fustigé la façon de critiquer des conservateurs et des néo-démocrates, pourtant tous ne présentent en retour aucun plan pertinent pour lutter contre les changements climatiques au pays.

Le gouvernement fédéral a lancé son tout premier plan sur la croissance propre et les changements climatiques il y a tout juste un an, en collaboration avec les provinces et les territoires. Il a mis en place la taxe sur le carbone pour réduire les gaz à effet de serre.

Depuis, ce plan se heurte à quelques résistances au pays, principalement en Ontario, en Alberta, au Manitoba et en Saskatchewan. Dans le cas de l’Ontario, le premier ministre Doug Ford a fait part à maintes reprises de sa détermination à contrer toute tentative de Justin Trudeau d’imposer une taxe sur le carbone partout au pays.

Tel que promis durant la campagne électorale, M. Ford a sorti sa province du marché de carbone commun avec le Québec et la Californie.

Le gouvernement libéral prisonnier des pipelines?

Sur la scène internationale, il est reproché au Canada de tenir un double discours : celui de la préservation de l’environnement qui masque mal la volonté du pays de s’enrichir grâce à l’exploitation de ses sables bitumineux.

Le Canada a récemment acquis le projet de pipeline Trans Mountain de l’entreprise Kider Morgan après la décision de la Cour d’appel fédérale de suspendre le projet pour deux raisons principales : le non-respect des droits des peuples autochtones et des normes en ce qui a trait à la navigation par bateau qui représente une menace pour certaines espèces menacées de disparition.

Le premier ministre, qui a répété que le projet de pipeline présente un intérêt national, a décidé de mettre le portefeuille fédéral à contribution, à hauteur de 4,5 milliards de dollars, pour faire en sorte que le projet aille de l’avant et que l’exploitation du pipeline génère les revenus nécessaires pour soutenir la croissance économique ainsi que la classe moyenne au pays.

Sa décision a reçu une pluie de critiques de l’opposition, de certains groupes autochtones, de’organisations environnementalistes et de nombreux Canadiens.

Des canalisations installées côte à côte sur le site de Trans Mountain près d'Edmonton

Des canalisations de Trans Mountain près d’Edmonton Photo : La Presse canadienne/Jonathan Hayward

Voici certaines de ces mesures de lutte contre les changements climatiques du gouvernement libéral
adoption par les provinces et les territoires du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques;

annonce d’une approche nationale à l’égard de la tarification de la pollution par le carbone;

engagement à accélérer l’élimination progressive des centrales au charbon traditionnelles d’ici 2030 et mise sur pied de l’alliance internationale Énergiser au-delà du charbon en collaboration avec le Royaume-Uni;

investissement fédéral historique dans des infrastructures, du transport et des innovations écologiques, ainsi qu’un financement pour rendre les immeubles et le secteur industriel plus écoénergétiques;

élaboration de règlements pour que l’industrie pétrolière et gazière réduise ses émissions de méthane de 40 % à 45 % d’ici 2025;

adoption de nouvelles normes sur les systèmes d’échappement des véhicules;

élaboration d’une norme sur les combustibles propres visant à réduire les émissions liées aux carburants utilisés dans les secteurs du transport, de la construction et des industries;

engagement à verser plus de 2,5 milliards de dollars pour aider les pays en développement à lutter contre les changements climatiques.

À lire aussi :

Share
Catégories : Économie, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*