Une image en 3D d'un crâne humain et d'un cerveau avec un cancer. Photo : iStock

Le Canada affiche l’un des taux les plus élevés de cas de cancer du cerveau dans le monde

Share

Huit Canadiens apprendront aujourd’hui qu’ils souffrent d’un cancer du cerveau, souligne la porte-parole francophone de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales, qui lance la campagne Les tuques de l’espoir pour amasser des fonds qui permettront l’avancement de la recherche sur cette maladie aux effets dévastateurs pour l’organisme.

Une journée porteuse d’espoir

Alors que la recherche sur l’un des cancers les plus dévastateurs aussi bien au Canada que dans le reste du monde piétine, la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales œuvre à sa relance.

Ces cancers affectent diversement la santé :

  • Perturbation de la vision, de l’audition, de la mémoire, de l’équilibre et de la mobilité;
  • Effets physiques, émotionnels et financiers qui durent toute une vie.
Romina Ferro, la porte-parole francophone de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales, met de l’avant l’idée selon laquelle malgré l’absence de traitements définitifs contre ces cancers, il y a très certainement de l’espoir.

 

Romina Ferro Crédit : Romina Ferro

Écoutez

Alors qu’il n’existe aucun traitement à l’heure actuelle contre le cancer du cerveau, il y a très certainement de l’espoir. #Lestuquespourlespoir (Groupe CNW/Brain Tumour Foundation of Canada)

Une incidence plus importante chez les personnes de 40 ans et plus

C’est l’Alberta qui est responsable du registre canadien des tumeurs cérébrales.

Le cancer reste la première cause de mortalité au pays

Un Canadien sur quatre en mourra.

Entre 1992 et 2008, 13 340 Canadiens sont décédés de glioblastome (GBM), la forme la plus courante et la plus dévastatrice de tumeur cérébrale maligne primaire.

Ce sont 80 800 Canadiens qui en seraient morts à la fin de 2017, dont 21 800 Québécois.

Malgré toute la recherche sur le cancer et les campagnes de sensibilisation, le nombre de cas continue de progresser au pays.

En 2017, 206 200 Canadiens devraient avoir reçu un diagnostic de cancer.

Et d’ici 2030, la Société canadienne du cancer s’attend à une augmentation du nombre de cas d’environ 35 %.

Ainsi, 270 000 Canadiens recevront ce diagnostic dans 13 ans, si la tendance se maintient.

Radiographie du cerveau. Le glioblastome (GBM) est la forme la plus courante et la plus dévastatrice de tumeur cérébrale maligne primaire. Photo : Radio-Canada

Des tumeurs dites primitives ou secondaires

Le cerveau humain est composé de plusieurs cellules et il peut être le lieu de développement de tumeurs dites primitives ou secondaires. Les symptômes sont nombreux :

  • Troubles gastro-intestinaux;
  • Céphalées et troubles mémoriels;
  • Troubles de la parole et difficultés de concentration;
  • Engourdissement des membres et troubles de la coordination motrice.

Les causes exactes de ces cancers ne sont pas assez documentées, mais les chercheurs soutiennent que les facteurs génétiques, le genre, l’exposition aux produits chimiques et aux radiations ionisantes peuvent constituer des facteurs déclencheurs.

Le pronostic vital à la suite des traitements (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie) reste globalement négatif.

À lire aussi :

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*