L'entente des véhicules blindés légers a été signée en 2014 sous le précédent gouvernement conservateur.

Véhicules blindés canadiens en Arabie saoudite : 1 milliard $ pour annuler le contrat?

Share

Un marché conclu il y a quatre ans entre le précédent gouvernement conservateur canadien et le régime monarchique saoudien pour la vente de véhicules blindés légers d’une valeur de 15 milliards continue de faire trébucher la politique internationale canadienne.

Ce contrat a déjà été remis en question à deux reprises par le gouvernement libéral de Justin Trudeau en raison des violations répétées des droits de la personne par l’Arabie saoudite.

Ressuscité par la suite politiquement, ce contrat avec l’entreprise canadienne General Dynamics Land System se retrouve maintenant à la une de l’actualité depuis une quinzaine de jours au fur et à mesure que les détails de l’affaire Khashoggi viennent noircir la réputation de Riyad.

Le premier ministre de l’époque, Stephen Harper, visite l’usine de General Dynamics Land Systems, en 2014. Photo : La Presse canadienne/Dave Chidley

Beaucoup de paroles

Justin Trudeau Photo : La Presse canadienne/Adrian Wyld

Plus tôt cette semaine, Justin Trudeau aurait exagéré le prix à payer par le Canada pour déchirer le contrat. « Je ne veux pas que les Canadiens se retrouvent avec une facture de 1 milliard de dollars. Alors, nous manoeuvrons très prudemment », avait-il soutenu en entrevue à CBC.

« La réalité, c’est qu’on est dans une situation où le contrat qui a été signé par Stephen Harper et le gouvernement précédent rend ça extrêmement difficile de sortir de ce contrat sans des pénalités exorbitantes [pour] les Canadiens », a-t-il précisé mardi.

« C’est pour ça que nous sommes en train de travailler attentivement pour voir quelles seraient nos options si nous voulions poursuivre une telle piste », a ajouté le premier ministre.

Ce n’est pas exactement ce que le premier ministre a voulu dire

En disant qu’il en coûterait 1 milliard, Justin Trudeau aurait évoqué une « expression », un ordre de grandeur, plutôt qu’un montant réel calculé par des groupes de comptables ou d’avocat. C’est ce qu’avance maintenant son entourage qui refuse de fournir plus d’informations, sous prétexte que les clauses du contrat sont confidentielles.

À sa sortie de la réunion du cabinet, mercredi, le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, a affirmé ne pas vouloir « spéculer » là-dessus, se contentant de répéter que le gouvernement « regarde les conditions du contrat ».

Chose certaine, après en avoir évoqué la possibilité, Justin Trudeau semble maintenant renoncer à un bris de contrat avec l’Arabie saoudite, car cela coûterait trop cher.

Le Canada pourrait-il cependant annoncer une suspension temporaire des permis d’exportations des véhicules?

Le gouvernement Trudeau a fermement condamné le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, mais n'a imposé aucune sanction au régime de Mohammed ben Salmane. Photo : La Presse canadienne/Adrian Wyld

Les réactions des partis d’oppositions

Le manque de nuances et le refus de répondre aux questions provoquent encore plus de questions des partis de l’opposition et de plusieurs groupes au Canada.

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh réclame des explications. « Est-ce que ce serait payé à l’Arabie saoudite? À General Dynamics? Quels sont les détails sur ce milliard? C’est juste un chiffre qui a été avancé sans aucun détail additionnel », a-t-il lancé en mêlée de presse.

Hélène Laverdière – PC

Toujours dans le camp néo-démocrate, la députée Hélène Laverdière, porte-parole en matière d’affaires étrangères, fait remarquer que le meurtre de Jamal Khashoggi n’est tristement qu’un nouveau crime qui vient s’ajouter à une longue liste de violations commises par le régime de Mohammed ben Salmane.

« C’est horrible, ce qu’on voit, mais c’est horrible ce qu’on voit depuis des années. C’est pour ça que nous autres, ça fait des années qu’on demande de suspendre les ventes d’armes à l’Arabie saoudite », a-t-elle dit.

Le chef du Parti conservateur Andrew Scheer refuse pour sa part de dire s’il faudrait que le Canada se retire de l’entente. Le porte-parole de son parti en matière d’affaires étrangères, Erin O’Toole, ne veut pas non plus se prononcer, affirmant qu’il revient aux libéraux de décider.

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Annie Desrochers et Fannie Olivier de Radio-Canada

En complément

Meurtre de Khashoggi : Trudeau n’exclut pas l’annulation de vente d’armes à l’Arabie saoudite
Alors qu’il était invité à l’émission Tout le monde en parle dimanche soir à la télévision de Radio-Canada, le premier ministre n’a pas rejeté l’hypothèse d’annuler l’important contrat de vente d’armes de 15 milliards de dollars à l’Arabie saoudite. Ce n’est pas la première fois que ce contrat de vente de véhicules blindés légers à Riyad soulève des critiques.

Meurtre de Jamal Khashoggi : l’analyse du Groupe d’intervention en cas d’incident
Sans suspendre ses livraisons d’armes à l’Arabie saoudite, le Canada est déterminé à défendre les droits de la personne et la démocratie à la suite du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. La question a fait l’objet d’une analyse du Groupe d’intervention en cas d’incident, réuni autour du premier ministre Justin Trudeau.

Iran et Arabie saoudite : deux poids deux mesures?
Les États-Unis ont visiblement du mal à critiquer les actions du royaume saoudien en matière des droits de l’homme, alors que la Maison-Blanche n’hésite pas à vilipender par exemple les politiques de l’Iran. En matière de respect des droits de la personne, y a-t-il deux poids deux mesures avec d’un côté les alliés et de l’autre les ennemis de la nation américaine? On en parle avec Pierre Pahlavi, professeur au Collège des Forces canadiennes de Toronto.

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*