Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau à l'émission Tout le monde à la télévision de Radio-Canada

Meurtre de Khashoggi : Trudeau n’exclut pas l’annulation de vente d’armes à l’Arabie saoudite

Share

Alors qu’il était invité à l’émission Tout le monde en parle dimanche soir à la télévision de Radio-Canada, le premier ministre canadien n’a pas rejeté l’hypothèse que le Canada puisse annuler un important contrat de vente d’armes de 15 milliards de dollars à l’Arabie saoudite.

Ce n’est pas la première fois que ce contrat de vente de véhicules blindés légers à Riyad, signé par le gouvernement conservateur  précédent, soulève des critiques. Le gouvernement Trudeau avait lui-même exprimé ouvertement l’an dernier des inquiétudes sur l’éventuelle utilisation de ces blindés légers dans des opérations de répression dans l’est de l’Arabie saoudite.

À la lumière du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi dans un consulat de l’Arabie saoudite en Turquie, il y a trois semaines, l’existence de ce contrat est à nouveau critiquée par des organisations de défense des droits de la personne.

La réglementation canadienne sur les ventes de matériel à usage militaire prévoit des restrictions dans le cas de violations des droits de l’homme des citoyens du pays destinataire de ce matériel, et elle prohibe leur utilisation contre des civils.

Interrogé sur le maintien ou non de ce contrat, Justin Trudeau a déclaré qu’il y a « dans ce contrat des clauses qui doivent être suivies par rapport à l’utilisation de ce qu’on leur vend. S’ils ne suivent pas ces clauses, c’est sûr qu’on va annuler le contrat».

Entrevue avec Justin Trudeau

Précisons que L’émission Tout le monde en parle avait été enregistré jeudi, avant que l’Arabie saoudite n’admette à la face du monde que Jamal Khashoggi a bel et bien été tué dans son consulat à Istanbul.

Le saviez-vous?
– La vente de blindés à l’Arabie saoudite en avril 2016 avait permis au Canada de se tailler une place parmi les plus importants vendeurs d’armes et d’équipement militaire dans le monde.
– Le Canada était passé du 6e rang en 2014 au 2e rang en 2015 au palmarès des pays exportateurs d’armes au Moyen-Orient, avec une augmentation de 430 % de ses ventes.
– Avec un total de 2,7 milliards de dollars en ventes pour l’année 2015 dans la région, le pays se classait tout juste après les États-Unis.

Photo : Terradyne Armored Vehicles

Riyad perd des appuis

Les explications de Riyad sur la mort du journaliste critique du prince héritier Mohammed ben Salmane et exilé aux États-Unis sont loin d’avoir convaincu les grandes capitales occidentales.

Dans un communiqué commun, Londres, Paris et Berlin ont estimé dimanche qu’il y avait « un besoin urgent de clarification » sur les circonstances de la mort « inacceptable » du journaliste de 59 ans.

La chancelière allemande Angela Merkel a indiqué pour sa part dimanche que son pays n’autoriserait pas pour le moment des exportations d’armes vers l’Arabie saoudite, compte tenu de l’incertitude qui demeure autour de la mort du journaliste Khashoggi.

Allié des Saoudiens, Donald Trump serait embarrassé par cette crise, car des critiques fusent au sein de son propre camp républicain. Mais il refuse de remettre en cause des mégacontrats, notamment militaires, avec Riyad.

Chrystia Freeland – CBC

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland avait souligné samedi que les explications saoudiennes sur les circonstances de la mort du journaliste n’étaient « pas crédibles » et elle avait réclamé une enquête approfondie.

Les relations entre le Canada et le royaume saoudien ont connu une crise ces derniers mois.

Riyad avait annoncé en août l’expulsion de l’ambassadeur du Canada, rappelé le sien et gelé tout nouveau commerce ou investissement avec le Canada, après la dénonciation par Ottawa de l’arrestation de militants saoudiens des droits de l’homme.

Chicane entre Riyad et Ottawa sur la question des droits de la personne. Voyez si le Canada a vraiment commis une erreur dans la forme et dans le fond...

Le prince héritier Mohammed ben Salmane (AFP/FAYEZ NURELDINE) et l’ancien ambassadeur du Canada en Arabie saoudite, Dennis Horak, expulsé au mois d’août dernier (CBC)

RCI avec L’Agence France-Presse et la contribution de Radio-Canada

En complément

Ottawa va défendre les droits et libertés, n’en déplaise à Riyad – RCI 

Exportation controversée de véhicules blindés canadiens à l’Arabie saoudite de nouveau autorisée – RCI 

Le Canada préoccupé par l’idée que son matériel puisse être au service de la répression en Arabie saoudite – RCI 

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*