Le centre-ville de Montréal. Photo : Radio-Canada

Surchauffe immobilière : au tour de Montréal de vouloir taxer les acheteurs étrangers

Share

Montréal, deuxième ville en importance au pays, souhaite obtenir à son tour le droit du gouvernement provincial d’imposer une taxe spéciale aux acheteurs qui ne résident pas au pays. Vancouver et Toronto l’ont fait depuis deux ans en adoptant une taxe de 15 %.

Cela aurait eu pour effet de rendre le marché immobilier montréalais encore plus attrayant aux acheteurs étrangers et plus vulnérables à une montée des prix.

Actuellement, les villes n’ont pas le pouvoir de taxer les acheteurs étrangers, résidents de l’extérieur du Canada. La mairesse Valérie Plante rencontrera donc sous peu le nouveau ministre des Finances du Québec.

Au pouvoir depuis novembre 2017, l’administration Plante n’avait pas réussi à convaincre le gouvernement de Philippe Couillard de lui permettre de taxer les acheteurs étrangers, quand celui-ci était au pouvoir.

Le prix de l'immobilier dans nos métropoles rivalise avec notre capacité de payer
-À Vancouver, un ménage doit maintenant consacrer 88 % de ses revenus au coût d’une propriété, selon le plus récent indice de la Banque Royale du Canada (RBC).
– À Toronto, c’est 76 %.
– À Montréal, le chiffre est en croissance et pointe à 44 %.

Photo : Radio-Canada

La situation à Montréal évolue maintenant rapidement

Le marché immobilier montréalais présente des signes réels de surchauffe et le nombre d’acheteurs étrangers grimpe beaucoup au centre-ville. Depuis le début de l’année, 12 % des condos vendus au centre-ville ont été achetés par des étrangers.

L’analyse du marché de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL), publiée ce mois-ci, indique que le phénomène est presque uniquement attribuable aux acheteurs chinois. Leur nombre a augmenté de 64 % depuis l’année dernière. « À Montréal, le marché de la revente frôle la surchauffe », écrit la SCHL.

La firme JLR Solutions foncières évalue pour sa part qu’entre janvier et juillet 2018, 3,5 % des achats de condos et de maisons unifamiliales sur l’île de Montréal ont été réalisés par des étrangers, une augmentation de 17 % par rapport à la même période l’an dernier.

Près du tiers des achats étrangers ont été réalisés par des Chinois. On les retrouve beaucoup dans le marché des condos du centre-ville, mais ils sont aussi intéressés par les maisons unifamiliales dans les quartiers mieux nanties de Mont-Royal et de Westmount.

Les statistiques sous-estimeraient en fait le phénomène, puisque de nombreux projets sont en cours de réalisation au centre-ville et c’est seulement quand les actes de vente seront signés qu’on découvrira l’importance du nombre d’acheteurs étrangers.

Le problème n’est pas nouveau

Montréal était déjà en 2107 l’un des marchés immobiliers canadiens les plus vigoureux. La faiblesse du chômage, la croissance économique et la présence d’acheteurs étrangers attirés par des taxes et des prix beaucoup moins élevés qu’à Vancouver ou à Toronto avaient généré la meilleure croissance des ventes en 10 ans.

À l’été 2018, la tendance s’amplifiait au point où l’on assistait régulièrement à des guerres d’enchères immobilières. Une rare affaire dans une ville comme Montréal.

Dans l’ensemble, les prix des propriétés dans le Grand Montréal ont dépassé la moyenne nationale pour la première fois en sept ans.

Guerres d’enchères immobilières à Montréal : pas de bulle, mais beaucoup d’ébullition? Découvrez la réponse...

Photo : Radio-Canada

RCI avec les informations de Thomas Gerbet de Radio-Canada

En complément

Immobilier : la mairesse de Montréal veut pouvoir taxer les acheteurs étrangers – Radio-Canada 

Les baby-boomers canadiens n’ont pas fini d’impacter notre secteur immobilier – RCI 

La réalité de la surenchère immobilière à Vancouver, Toronto et Montréal – RCI 

Share
Catégories : Économie, Immigration et Réfugiés, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Surchauffe immobilière : au tour de Montréal de vouloir taxer les acheteurs étrangers»
1 Pings/Trackbacks pour "Surchauffe immobilière : au tour de Montréal de vouloir taxer les acheteurs étrangers"