L'Inde abrite des centaines de centres d'appels répartis sur son territoires dont certains sont exploités par des criminels. Photo : Reuters/Sherwin Crasto

60 000 Canadiens ciblés par des escroqueries téléphoniques en 5 ans : arrestations majeures en Inde

Share

La police indienne procède depuis deux semaines à une série de descentes dans des centres d’appels liés à des dizaines de milliers d’escroqueries téléphoniques. Des téléphonistes se faisaient passer pour des représentants du ministère canadien responsable du prélèvement des impôts, l’Agence du revenu du Canada (ARC).

Une enquête de CBC sur l’escroquerie téléphonique en Inde a permis de retracer certains appels à cet immeuble d’appartements à Mumbai. (Dave MacIntosh/CBC)

L’action policière aurait été menée à la demande de la Gendarmerie royale du Canada, en collaboration avec le FBI, notamment à Noida.

Il s’agit d’une banlieue de la capitale New Delhi et le lieu d’une enquête récente réalisée par une équipe de tournage du radiodiffuseur public canadien CBC.

C’est cette enquête de l’émission Market Place qui aurait mis la GRC sur la piste des auteurs de « l’escroquerie de l’ARC ».

La police indienne a fait irruption dans des centres d’appels soupçonnés d’actes illégaux, a arrêté toutes les personnes et a saisi des montagnes de matériel électronique servant à commettre les fraudes téléphoniques contre des étrangers.

Un groupe de suspects arrêtés en Inde dans le cadre de l’enquête sur une arnaque téléphonique visant des Canadiens, vue dans un cadre de la couverture télévisée indienne des raids de la police. (Grenonews.com)

L’opération policière n’en serait qu’à ses débuts

L’Inspecteur Peter Payne, chef des Crimes financiers à la GRC. Son message aux fraudeurs téléphoniques indiens : « Nous allons vous arrêter. (Jonathan Castell/CBC)

« Ce n’est que le début, dit le chef Ajay Pal Sharma de la station de police de Noida. D’autres centres d’appels illégaux fonctionnent dans la ville et seront bientôt démantelés. Nous ferons d’autres raids. »

Selon la police, 28 personnes ont été arrêtées au cours d’un seul de leurs ratissages, dont deux sont considérées comme les piliers de l’opération. La plupart sont dans la vingtaine. On s’attend à ce qu’ils soient accusés de fraude, ce qui pourrait entraîner des peines d’emprisonnement.

Plusieurs de ces centres d’appels ne seraient pas aussi clandestins qu’on pourrait le croire. Selon des observateurs de la sécurité indienne consultés par CBC News, certains d’entre eux opéreraient avec l’approbation de la police, payée pour détourner le regard.

Voyez comment les centres d’appels de l’Inde attrapaient leurs victimes canadiennes…

Jayesh Dubey est un ancien employé d'un de ces centres d'appels illégaux à Mumbai. Plus il arnaquait d'argent, plus il en ramenait à la maison. (Dave MacIntosh/CBC)

Explosion du nombre de plaintes et de victimes depuis 2014

En 2014, on comptait 1553 plaintes de Canadiens, et on en répertoriait 14 995 un an plus tard. Revenu Canada estime avoir reçu 60 000 plaintes en cinq ans.

Selon le Centre antifraude, ces statistiques ne représenteraient qu’environ 5 % de la population touchée par le phénomène. Des centaines de milliers de Canadiens auraient reçu depuis 2013 environ un appel téléphonique sur leur répondeur affirmant qu’ils faisaient l’objet d’une poursuite judiciaire de l’Agence du revenu du Canada. S’ils ne rappelaient pas rapidement à un certain numéro, ils s’exposaient au pire.

La personne au bout du fil se faisait passer pour un employé de l’ARC et affirmait à sa victime canadienne qu’elle devait beaucoup d’argent au fisc.

Au premier appel, on réclamait typiquement 2800 $. Mais au deuxième appel, quelques heures plus tard, on affirmait avoir découvert un autre manque à gagner, par exemple de 4128 $, remboursable immédiatement. Sinon, Revenu Canada n’aurait d’autre choix que d’entreprendre des poursuites judiciaires qui pourraient coûter près de 95 000 $ en frais de recouvrement.

On estime que ces arnaques auraient coûté 10 millions de dollars aux Canadiens depuis cinq ans.

Extrait d'un message frauduleux laissé sur une boîte vocale d'un Canadien
« Cet appel a pour but de vous informer que nous avons enregistré à la Cour d’appel fédérale une affaire criminelle contre vous concernant une évasion fiscale et une fraude fiscale […] Rappelez-nous dès que possible au 613 927-9919, le numéro de la ligne directe de l’administration centrale de l’Agence du revenu du Canada. Si vous ne retournez pas notre appel, vous devrez faire face aux conséquences légales, car la situation est extrêmement sérieuse et urgente. Au revoir. » – Source : Revenu Canada

L’édifice principal des quartiers généraux de l’Agence du revenu du Canada à Ottawa, la capitale canadienne. Photo : La Presse canadienne

RCI avec la contribution de Caroline Bordua et Louis-Philippe Ouimet de Radio-Canada et les informations de David Common et Nelisha Vellani de CBC

En complément

L’Inde sévit contre les escrocs ayant usurpé le nom de l’Agence du revenu du Canada – Radio-Canada

L’Agence du revenu du Canada met en garde contre les fraudeurs – Radio-Canada 

‘They’re nothing but financial terrorists’: 60,000 Canadians have complained about the CRA phone scam – CBC 

.

Share
Catégories : Économie, International, Société
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*