Un élan traverse la route de Yellowhead dans le parc national Jasper en Alberta, le 14 novembre 2016 (Crédit photo : Reuters/Chris Helgren)

Au Canada aussi les espèces animales disparaissent

Share

Selon un récent rapport inquiétant du WWF (le Fonds mondial pour la nature), entre 1970 et 2014, les animaux sauvages ont décliné de 60 %. En seulement 40 ans, la Terre a perdu un nombre considérable de ses animaux sauvages. Aucune région sur la planète ne semble épargnée. L’activité humaine serait responsable de l’hécatombe. Quand est-il au Canada? Le pays est-il à l’abri du désastre? On joint Sophie Paradis, directrice pour le Québec de l’organisation WWF-Canada.

Les conclusions de l’étude sont sans équivoques : les animaux disparaissent. « Il s’agit d’un rapport que nous publions et dont les données sont colligées depuis 1970, déclare en entrevue Mme Paradis. Nous constatons le déclin de toutes nos espèces animales vertébrées, les mammifères, les amphibiens, les reptiles, les poissons et les oiseaux.

Toutes les régions du globe sont touchées, certaines plus que d’autres, rappelle la directrice. « Ce qui nous amène à une moyenne globale pour la planète entière d’une perte de 60 % de toutes ces espèces. Le pire se situe en Amérique latine et dans les Caraïbes qui ont connu une perte de 89 % de leur biodiversité. »

Écoutez l’entrevue avec Sophie Paradis (7 minutes et 53 secondes) :

Écoutez

Il reste que le Canada n’est pas épargné. « En effet, le pays n’est pas à l’abri, précise Mme Paradis. Pour la première fois, nous avons publié en 2017 des résultats alarmants. Nous croyons à tort que nous avons de grands espaces verts. En fait oui, mais ils sont mal protégés. Nos espèces dont les habitats sont fragmentés en souffrent. »

L’effondrement des populations atteint des taux dramatiques. « Par exemple, les populations de mammifères ont chuté de 43 % au Canada, les amphibiens et reptiles de 34 % , les poissons de 20 % – jusqu’à 80 % pour certaines espèces – et enfin les oiseaux, dont les populations de plusieurs groupes ont chuté jusqu’à 69 %. »

Les espèces canadiennes touchées sont bien déterminées.  « Le béluga du Saint-Laurent, le caribou de la toundra, le caribou forestier, autant d’animaux emblématiques qui déclinent à des vitesses inédites. »

Malgré tout, les solutions existent, explique la directrice. On peut agir sur plusieurs plans, aussi bien à l’échelle internationale que nationale. Les entreprises et les citoyens ont aussi un rôle à jouer. La surconsommation est l’une des plus grandes menaces à notre biodiversité. L’agriculture ou la surpêche sont les conséquences de notre surconsommation. Si la planète entière consommait comme les Canadiens, il faudrait cinq planètes pour assouvir nos besoins de consommation qui sont exagérés. Il faut donc réduire notre consommation et éviter le gaspillage. »

Selon Mme Paradis, il n’est pas trop tard, mais il faut agir vite et tout de suite. « Notre fenêtre d’action est réduite. On n’a plus le loisir d’attendre. Il nous reste peu de temps. Il faut intervenir dès maintenant et à tous les niveaux. C’est une responsabilité de tous afin de régler la situation et ainsi laisser une planète en santé aux générations futures. »

La Terre a vu ses populations d'animaux sauvages, mammifères, oiseaux, poissons, décliner de 60 % entre 1970 et 2014. Une annonce alarmante faite par le Fonds mondial pour la nature (WWF) dans son dernier bilan. Nous recevons leur directrice pour le Québec, Sophie Paradis.

Lire aussi :

La moitié des espèces animales canadiennes sont maintenant menacées

Attention danger : de plus en plus d’espèces menacées et cela va en s’accélérant

WWF Canada : se servir de l’art pour donner une vitrine à la beauté des espèces animales à Montréal

Share
Catégories : Environnement, International
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Au Canada aussi les espèces animales disparaissent»
  1. Avatar Normand dit :

    Excellent rappel. Ce type d’information devrait faire la une de tous les médias afin de sensibiliser ceux e celles qui n’y croient pas. Le jour où nous entendrons : Il est trop tard… On entendra des voix s’élever et clamer: Pourquoi vous nous l’avez pas dit avant? C’était au gouvernement de prendre ses responsabilités !!!!