Vue du camp de réfugiés de Dadaab, près de la frontière entre le Kenya et la Somalie, le 29 août 2011 (Crédit photo : Reuters/Eduardo De Francisco)

L’ONU demande au Canada d’accueillir davantage de réfugiés somaliens

Share

Les Nations unies invitent le Canada à accueillir plus de réfugiés somaliens parce que les populations originaires de la corne de l’Afrique sont particulièrement touchées par des décennies de guerre.

L’envoyé spécial du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Mohamed Abdi Affey, est de passage cette semaine à Ottawa afin de plaider la cause des réfugiés de cette région de l’Afrique de l’Est. Il est venu rappeler la situation d’urgence que vit près de 1 million de Somaliens, dont beaucoup sont entassés depuis 27 ans dans l’immense camp de réfugiés de Dadaab au Kenya.

« Les tragiques événements en Syrie, au Yémen et au Soudan du Sud risque de faire oublier la crise des réfugiés somaliens. Mon rôle est d’attirer l’attention du monde sur la situation de ces réfugiés et de trouver des solutions », a déclaré M. Affey dans une interview accordée au Globe and Mail.

L’une des solutions proposées par le HCR consiste à demander à des pays comme le Canada d’accepter un plus grand nombre de réfugiés somaliens, en particulier les plus vulnérables comme ceux en situation d’urgence médicale et les mères célibataires. M. Affey a fait cette demande directement au ministre de l’Immigration Ahmed Hussen, lui-même venu au Canada à l’adolescence en tant que réfugié somalien.

La Somalie est plongée dans une guerre civile depuis 1991, année marquée par le renversement du régime militaire du président Siad Barre. Le conflit, aggravé par la sécheresse et d’autres catastrophes naturelles, s’est transformé en l’une des crises de réfugiés les plus longues de la planète. Toujours selon le HCR, plus de 2,6 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur même du pays.

Il a également encouragé le gouvernement canadien à continuer ses investissements en aide humanitaire pour les pays de la région, dont la Somalie, l’Éthiopie, l’Érythrée et Djibouti.

Tout en soulignant l’urgence pour la communauté internationale de mettre fin à cette crise sans précédent, le représentant du HCR au Canada, Jean-Nicolas Beuze, a déclaré que c’est au gouvernement fédéral de décider du nombre de réfugiés somaliens qu’il compte accueillir.

Selon les statistiques de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR), le nombre de demandes d’asile en provenance de la Somalie a augmenté au cours des cinq dernières années.

Crise humanitaire en Somalie

L’impact de près de 25 ans de conflit armé en Somalie, exacerbé par la sécheresse et d’autres aléas naturels, a mis à mal la résilience et les stratégies d’adaptation des citoyens les plus vulnérables du pays.

Plus de 870 000 Somaliens sont enregistrés comme réfugiés dans la corne de l’Afrique et au Yémen. Selon les estimations, quelque 2,1 millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont déplacés à l’intérieur du pays.

Source : L’agence des Nations unies pour les réfugiés

Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, ce chiffre record est presque deux fois celui de la population canadienne. La Syrie arrive en tête des pays les plus fuis avec 4,9 millions de réfugiés. Elle est suivie de l'Afghanistan et de la Somalie.

Lire aussi :

Arrivé à la nage au Canada en août, un Somalien obtient finalement le statut de réfugié

Tam Tam Canada : révision de la politique de rétention des réfugiés

Compatir avec les réfugiés sans compromettre la sécurité des Canadiens

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*